Zéro déchet

Guide du zéro déchet

Réduire vos déchets au quotidien, ça vous semble impossible ? Et pourtant, les Français sont de plus en plus nombreux à adopter ce mode de vie, à la fois bénéfique pour la santé, le porte-monnaie et la planète. Si cette démarche requiert de changer ses habitudes en profondeur, elle possède également de nombreux avantages, qui ne manqueront pas de vous convaincre.

Pourquoi est-il essentiel de réduire nos déchets au maximum ? Quels sont les accessoires indispensables à posséder ? Par quoi commencer pour se mettre au zéro déchet ? Suivez le guide.

Les bonnes raisons de passer au zéro déchet

Certes, limiter ses déchets au quotidien n’est pas chose facile. Entreprendre cette démarche nécessite d’être prêt à fournir de nombreux efforts personnels, et à s’organiser en famille. Toutefois, vous pourriez en retirer bien plus de bénéfices que vous ne le pensez, que ce soit pour votre santé et celles des gens qui vous entourent, pour l’environnement et même pour votre compte bancaire. Autant d’arguments qui vont vous persuader de vous lancer dans l’aventure.

Pour l’environnement

Déchets plastiques dans la mer
Déchets plastiques dans l’océan

Il y a plus d’une dizaine d‘années, nous apprenions tous avec effarement l’existence d’un “septième continent”. En effet, lors d’une mission destinée à étudier le plastique dans l’océan, un vortex de déchets a été découvert dans le Nord du Pacifique. Grandissant tous les jours un peu plus, ce monstre de plastique met en lumière le gaspillage mondial et la nécessité d’une prise de conscience face à l’urgence climatique. 

Car, il faut le savoir, un déchet en plastique pollue deux fois : 

  • Lors de sa fabrication : C’est ce qu’on appelle le bagage écologique. Car, avant d’être un déchet, l’emballage plastique a nécessité des ressources pour être fabriqué (pétrole, charbon, gaz de schiste…). Or, l’extraction de ces matières premières est responsable de 50% des émissions de gaz à effet de serre
  • Lors de son rejet : C’est ce qu’on appelle le coût écologique. Après son utilisation, la destruction du déchet a également un impact environnemental, qu’il finisse à la décharge ou bien à l’incinérateur. 

Le plus gros problème survient lorsque les déchets sont mal gérés et sont jetés dans la nature ou dans l’océan, entraînant la formation de décharges sauvages et la destruction de la biodiversité. Car ce sont plus d’1,5 million d’animaux qui sont tués à cause du plastique chaque année, par plus de 1 800 milliards de déchets jetés dans les océans.

Si vous ne voyez toujours pas en quoi vous pourriez agir à votre échelle, sachez qu’on estime que chaque habitant produit environ 513 kg de déchets ménagers par an. Chacun a donc une responsabilité et peut agir à titre individuel, en réduisant sa quantité d’ordures. Vous l’aurez compris, c’est à vous de jouer !

Pour votre santé

Le plastique n’est pas nocif que pour les animaux, il l’est aussi pour nous. Car si le dauphin s’étouffe en ingurgitant des sacs plastiques, qu’il prend pour des méduses, nous en ingérons également à plus petites doses. En effet, le plastique pollue à la fois l’air que nous respirons, mais aussi les aliments et l’eau. On estime ainsi qu’une personne ingère en moyenne 1769 particules de plastique par semaine en buvant de l’eau du robinet. Votre plat préféré, le microplastique, vraiment ?

Alors pour éviter de devenir “plastiquovore”, réduire ses déchets et recycler est absolument essentiel. Le zéro déchet s’accompagne d’une philosophie de vie, d’un nouveau mode de consommation plus sain. Cela passe notamment par un changement d’alimentation pour manger bio, local, et de saison. Mais aussi par du fait maison, qui permet de consommer moins d’aliments transformés, dont les conséquences sur l’organisme ne sont plus à prouver. C’est bon pour la santé et pour celle des autres ! 

Pour votre budget

Tirelire

Si vous pouviez bénéficier d’une réduction de plus de 10% à chaque fois que vous faisiez vos courses, vous vous jetteriez dessus, n’est-ce-pas ? Avec la démarche zéro déchet, vous réalisez justement des économies, puisque l’emballage et le marketing du produit représentent 10 à 40% du prix du produit. Se débarrasser des boîtes, contenants et autres sachets polluants permet donc d’alléger la facture tout en réalisant un geste pour l’environnement. 

Il s’agit également de se tourner vers des produits de seconde main et/ou recyclés pour leur donner une seconde vie, ce qui permet par la même occasion de ne pas payer le prix fort pour du neuf. 

 5 chiffres qui donnent envie de se mettre au zéro déchet

Pour achever de vous convaincre d’ajouter votre pierre à l’édifice, voici quelques chiffres préoccupants qui justifient l’objectif zéro déchet :

  • 2050 : c’est l’année lors de laquelle on estime que l’océan comptera plus de plastique que de poissons.
  • 89 milliards : c’est le nombre de bouteilles en plastique vendues chaque année dans le monde.
  • 450 années : c’est le temps qu’il faut à un seul déchet plastique pour se dégrader.
  • 9% : c’est le pourcentage de déchets réellement recyclés depuis 1950, d’après un rapport de l’ONU.
  • 10 tonnes : c’est la quantité de plastique produite dans le monde par seconde.

Enfin prêt à passer au zéro déchet ? Alors, découvrons ensemble comment s’y mettre et par quoi commencer, pas à pas.

Le starter pack du zéro déchet

Légumes en vrac
Légumes en vrac

Tout d’abord, un adepte du zéro déchet doit être équipé comme il se doit lorsqu’il part faire ses courses, afin d’éviter d’accumuler les emballages et pour réduire les déchets :

  • Des sacs en tissu, cabas ou panier : Heureusement, la mise à disposition de sacs en plastique est devenue interdite par la loi en 2017 dans les supermarchés. Il vaut donc mieux amener son propre sac en tissu, ou un cabas pour celles et ceux qui ne veulent pas se faire mal au dos.
  • Des bocaux et tupperwares en verre : Pour éviter les emballages pour les légumes, fruits, gâteaux et autres aliments, il est fortement recommandé d’acheter en vrac. Vous pourrez ainsi apporter vos propres contenants et les réutiliser à chaque fois que vous faites vos courses.
  • Des boîtes en métal : Idéales pour conserver les petits gâteaux et les biscuits secs, ces petites boîtes métalliques seront vos plus précieux alliés pendant les courses.
  • Une boîte d’oeufs réutilisable : Vous pourrez trouver, dans le commerce ou bien en ligne, des boîtes à oeufs réutilisables. Inutile, donc, de payer l’emballage en carton à chaque fois que vous devez faire un gâteau ou une omelette.

Le zéro déchet dans ma maison

Qui dit zéro déchet dit aussi changement d’habitudes complet à la maison. Pour cela, faisons le tour d’horizon pièce par pièce des astuces à mettre en place au quotidien, tout seul ou en famille.

Ma cuisine zéro déchet

Pots pour vrac
Bocaux vrac

C’est dans la cuisine que s’accumulent le plus d’emballages et d’ordures ménagères : paquets de gâteaux, conserves à gogo, bouteilles de jus d’orange… Vous pourriez en faire des sculptures avec tous ces déchets !

Mais comment faire pour réduire cette quantité astronomique d’ordures ? Se priver de nourriture ? La réponse est bien plus simple que cela : il suffit de se mettre à cuisiner soi-même avec des produits frais, venant tout droit du potager ou de producteurs locaux, et même d’élever ses propres poules chez soi. Le tout afin de devenir le plus autosuffisant possible ! Il est également préconisé de prévoir ses menus de la semaine à l’avance, afin d’éviter le gaspillage alimentaire. Certes, cette démarche peut se révéler chronophage, mais elle permet de n’acheter que ce qui est nécessaire et de ne pas jeter ses restes dans la poubelle. En plus, cuisiner soi-même est une solution pour éviter d’accumuler les emballages, et pour troquer le plastique contre des contenants réutilisables, comme des boîtes en métal, des gourdes… Et c’est bien meilleur pour la santé ! 

Côté équipement, vous pouvez fabriquer votre propre liquide vaisselle et même vos éponges, pour être 100% éco responsable dans votre cuisine .

En effet, les éponges ont tendance à s’user bien trop vite et sont fabriquées à partir de matériaux peu respectueux de l’environnement. Le tawashi, un carré de tissu au maillage serré, apparaît ainsi comme une bonne alternative écologique, avec une durée de vie nettement supérieure à celle d’une éponge lambda.

Ma salle de bain zéro déchet

Brosse à dent

Exit tous les produits cosmétiques chimiques, les crèmes de jour à n’en plus finir, et la montagne de shampoing qui manque de s’écrouler chaque fois que vous prenez une douche ! Dans la salle de bain zéro déchet, on trouve des alternatives à tous ces produits toxiques, en les réalisant soi-même. Dentifrice, déodorant, lessive, baume à lèvres : il est très facile de les fabriquer chez soi sans se ruiner. À défaut d’avoir le temps de jouer au petit chimiste, vous pouvez aussi vous rendre dans un magasin bio et acheter des produits cosmétiques solides, bien plus respectueux de l’environnement. 

On commencera donc par remplacer le gel douche par du savon. Il est plus sain pour la peau, plus économique et plus écologique. Rien de tel, donc, qu’un bon savon de Marseille pur olive, qui lave aussi bien qu’un gel douche chimique bourré d’additifs qui sent la barbe à papa. Quant au shampoing, les alternatives solides existent et se popularisent sur le marché. Idem pour les lingettes démaquillantes lavables en coton bio, qui sont de plus en plus populaires et remplacent les cotons jetables. Notre conseil : opter pour les modèles en fibres de bambou, produits dans des forêts responsables. En effet, la culture du coton nécessite beaucoup d’eau, et n’est pas la plus écologique. Pour continuer sur l’hygiène zéro déchet, il est également recommandé d’échanger les cotons-tiges pour l’oriculi qui, en plus de son drôle de nom, est réutilisable à vie. 

Mon jardin zéro déchet

Compost déchets alimentaires
Composter ses déchets de légumes

Dans le jardin aussi, les déchets s’empilent sans que l’on s’en rende vraiment compte. L’idéal consiste donc à faire l’acquisition de composteurs ; un pour les déchets de la cuisine, l’autre pour les végétaux. 

Quant au potager, il est essentiel d’éviter tous les traitements chimiques sur vos plantes et de privilégier des solutions naturelles. Vous pouvez réaliser vous-même votre insecticide maison. Avec autant de soins apportés à vos jeunes pousses, vous pourrez ainsi devenir auto-suffisant en légumes, ce qui constitue l’une des ambitions du zéro déchet.

Ma chambre zéro déchet

Côté chambre à coucher, le choix des meubles et des textiles est primordial pour être éco-responsable (c’est d’ailleurs le cas dans les autres pièces également). Investissez donc dans du mobilier et des draps éthiques, ou bien achetez d’occasion dans des brocantes ou des magasins de seconde main. 

Idem pour votre dressing, qui croule sous les vêtements que vous ne mettez plus. Vous êtes certain d’avoir encore besoin de cette veste trop grande achetée en 2008 ? C’est bien ce qu’on pensait. Alors, c’est l’heure de faire un grand tri, et de participer à l’économie circulaire en donnant une seconde vie à vos affaires. En plus, c’est une manière de gagner un peu d’argent, en vendant à prix cassé vos vêtements. D’une pierre deux coups !

10 bonnes actions pour se mettre au zéro déchet

Vous avez entendu parler du zéro déchet mais vous ne savez pas par où commencer ? Pas de panique, il existe des astuces simples à mettre en place rapidement pour changer vos habitudes quotidiennes.

Je mange local et de saison

Légumes du marché

Dans les supermarchés, les étals sont remplis de produits internationaux, venus des quatres coins du monde. Or, l’importation de ces produits est responsable d’une grande partie des émissions de gaz à effet de serre et des déchets, et participent à la déforestation ainsi qu’à l’exploitation de certaines populations. Alors, pour limiter son impact environnemental à titre individuel, on achète local, de saison et bio au maximum. 

Non seulement vous connaîtrez mieux la provenance des produits, mais vous pourrez préserver votre santé avec des aliments non chimiques. Le mieux : faire ses courses autant que possible chez les petits producteurs locaux et dans les fermes.

Je fais mes courses en vrac

Non seulement c’est bien moins cher pour votre porte-monnaie, mais c’est aussi meilleur pour la planète. Acheter en vrac, c’est réduire le plus possible votre consommation d’emballages et mesurer avec précision ce dont vous avez besoin en termes de quantité, pour éviter le gaspillage alimentaire. D’autant que les grandes enseignes s’y mettent de plus en plus, conscientes de l’enjeu écologique. Ne soyez pas en retard, suivez la marche vous aussi !

Je répare ou recycle les objets cassés

Repeindre une chaise

Nous avons tendance à jeter des objets légèrement abîmés, des vêtements un peu troués, alors que ces derniers peuvent tout à fait être réparés ou réutilisés. Dites non à la surconsommation et donnez une seconde vie aux objets ! En plus, le DIY est très tendance et permet de s’amuser en faisant du bien à l’environnement. Il existe de nombreux tutos en ligne pour repriser un pantalon, transformer vos boîtes de conserve en rangements de maquillage ou encore en décoration murale… Il suffit de faire preuve d’un peu d’imagination !

Je bannis le plastique

On ne le redira jamais assez, mais le plastique, c’est fini ! Commencez par troquer les packs de bouteilles d’eau par une gourde en métal, que vous pourrez garder pendant des années. Puis, achetez en vrac et amenez vos propres contenants.

Je porte des vêtements de seconde main

Vetements d'occasion

L’industrie de la fast fashion est l’une des plus polluantes au monde. Elle est également responsable de catastrophes humaines, en plus de provoquer des désastres écologiques. En effet, chaque année le secteur de la mode émet 1,2 milliards de tonnes de gaz à effet de serre, soit environ 2% des émissions globales de gaz à effet de serre (GES).

Pour ne pas encourager la mode jetable, il existe de nombreuses alternatives : acheter des vêtements de seconde main, dans les friperies, les brocantes ou bien en ligne. De plus en plus de marques se lancent dans la mode éthique et éco-responsable, pour proposer des produits plus respectueux de l’environnement. Et ça fait aussi du bien au compte en banque !

Je minimise mes trajets en voiture

Covoiturage
Covoiturage

Les voitures sont responsables d’un tiers des émissions de GES en France. Un chiffre qui montre l’importance de minimiser ces trajets en voiture et de privilégier les transports en commun. Et, si vous résidez en campagne et que votre ville n’est pas assez bien desservie, le covoiturage est votre ami. Il permet de rentabiliser au maximum chaque trajet, et de faire de nouvelles rencontres par la même occasion.

Je privilégie les cosmétiques solides

Cosmétiques solides
Cosmétiques solides

Il est grand temps de remplacer tous vos produits de beauté ultra chimiques par des cosmétiques solides. N’étant pas liquides, ils ne nécessitent aucun emballage et ils évitent les composants toxiques comme les silicones, sulfates, parabens… Ils durent également plus longtemps, ce qui leur permet d’être plus économiques sur le long terme. De quoi déconstruire le mythe selon lequel acheter responsable, c’est se ruiner ! 

Je refuse les publicités dans ma boîte aux lettres

Il s’agit d’une astuce simple et efficace, mais, d’un seul geste, vous réduisez considérablement votre quantité de déchets. Fini le temps où les prospectus inutiles s’empilaient dans votre boîte aux lettres ! En collant un simple “pas de pub”, vous limitez le gaspillage.

Je réalise ma propre lessive

Savon de marseille

Le DIY n’a cessé de se développer sur Internet depuis plusieurs années. En ligne, de nombreuses vidéos expliquent comment réaliser sa lessive maison. C’est très simple, économique et durable.

Je pratique la zéro culpabilité

Maintenant que vous savez tout sur la démarche zéro déchet, vous êtes prêt pour lutter contre le gaspillage au quotidien. Mais, souvenez-vous, personne n’est parfait, et c’est normal de ne pas faire les choses idéalement. Aussi, veillez à ne pas tomber dans la culpabilité et livrez bataille à votre rythme et selon vos moyens. Car si tout le monde s’y met, même imparfaitement, nous ferons bouger les choses !

Pour aller plus loin