Plancher en robinier

L’essentiel

Enfin une alternative crédible aux bois tropicaux pour l’aménagement des extérieurs, mais aussi des pièces de la maison : particulièrement prisé pour les salles de bain et les pièces à fort passage, le robinier impressionne par sa dureté et sa durabilité. Petit tour du propriétaire. 


Le robinier

Le robinier, aussi appelé à tort acacia, est une essence peu familière des Français, bien qu’il ait connu son heure de gloire jusqu’au 19ᵉ siècle. Cet arbre originaire d’Amérique du Nord tire son nom du botaniste du roi Henri IV, Jean Robin, qui l’a introduit en France en 1600. On l’a tout d’abord utilisé pour réaliser des piquets délimitant les parcelles, en raison de son adaptation à des conditions climatiques parfois extrêmes.

Mais le robinier est aussi passé des champs aux salons : très prisé jusqu’au Second Empire pour sa solidité et sa durabilité naturelle, le robinier est depuis un peu tombé dans l’oubli, à tort ! Pourtant, ses jolies teintes veinées et mâtinées de brun avaient tout pour plaire !

Les avantages des parquets en robinier

Naturellement résistant aux agressions extérieures, le robinier est un bois dur et l’une des rares essences européennes qualifiées de classe 4 sans aucun traitement chimique, c’est-à-dire bois pouvant résister à un contact prolongé avec le sol et l’humidité. Il résiste aux assauts des insectes, aux champignons les plus fréquents dans nos climats tempérés, aux intempéries et à l’humidité. Bref, un bois idéal pour des constructions en extérieur !

Mais aussi en intérieur dans les pièces à fort passage, comme les couloirs, les cuisines ou les salons ! Il s’accommode bien de l’humidité et fait figure de candidat parfait pour une salle de bain, posé en joint pont de bateau pour une étanchéité renforcée.

Autres arguments en la faveur du bois de robinier, il est antidérapant et ne chauffe pas trop au soleil. 

Il égale donc les bois exotiques sur bien des aspects (solidité, résistance aux agressions et à l’humidité, esthétique) Cette espèce qualifiée d’invasive, tant elle prolifère, constitue donc une alternative durable au teck et autres bois importés.

Pose d’un parquet en robinier

Le robinier est aussi bien utilisé pour des parquets massifs, c’est-à-dire composés d’une seule essence de bois d’un tenant, que pour des parquets contrecollés flottants, composés d’une couche supérieure de robinier (épaisseur minimale de 2,5 millimètres) et d’aggloméré.

Comme pour toute pose de revêtement, le sol doit être parfaitement plat, propre et sec. S’il existe des différences de niveau importantes, une opération de ragréage, c’est-à-dire de remise à niveau du sol soit être envisagée.

Pose d’un parquet en robinier massif

Les bois massifs étant soumis à de grandes variations hydrométriques en fonction de l’humidité dans la pièce,il faut entreposer le bois dans son emballage pendant 48 heures dans la pièce de pose.

  • Les planchers en robinier massif se posent généralement cloués sur des lambourdes. Les lambourdes sont des lames de bois qui reposent sur les solives, une des pièces de bois de la charpente.
  • Mais il existe de plus en plus de parquets massifs à coller sur du ciment, une chape de béton, du vieux carrelage ou encore un vieux parquet, pourvu que le sol soit plat. Utilisez une colle respectueuse de l’environnement pour coller à votre désir de maison verte. Encollez le support sur 2 mètres carrés au maximum et posez les premières lattes le long du mur en laissant un interstice de 8 millimètres entre cette latte et le mur pour prévenir toute dilatation du bois après la pose. Appliquez fermement les lattes et faites pression afin qu’elles adhèrent totalement au support. 

Pose d’un parquet en robinier flottant

  • Vous pouvez aussi choisir l’option d’un parquet en robinier clipsable, et c’est tout l’intérêt d’un parquet en robinier flottant. Dans ce cas, nul besoin de colles ou de clous, seule l’habilité et la patience, maîtres mots du bricoleur suffisent. Les lames sont posées sur une sous-couche et s’emboîtent les unes dans les autres. La première lame doit donc être posée le long du mur, perpendiculairement au mur qui reçoit le soleil, en respectant un écartement de 8 millimètres du mur, sous peine de voir votre parquet gondoler en cas de dilatation du bois, cet espace sera ensuite caché par les plinthes. Les autres lames doivent être clipsées à la première. 

Prix d’un plancher en robinier

Vous pourrez trouver des parquets en robinier à partir de 50 euros hors taxe le mètre carré, mais les gammes sont très étendues.