Parquet en chêne

L’essentiel

Les forêts françaises font la part belle au chêne, qui couvre 40% de sa surface et symbolise le patrimoine forestier français. Compatible avec une exploitation durable, le chêne a tout bon !


Le chêne couvre en abondance les forêts françaises, à son actif donc, très peu de transport. Pour parfaire votre maison durable, choisissez le plancher tamponné du label PEFC, qui garantit l’exploitation raisonnée des forêts principalement en Europe.

Parquet en chêne, pourquoi et comment ?

Les parquets en chêne sont connus pour leur résistance, leur stabilité et leur dureté, un avantage qui permet au parquet de se maintenir dans la durée, jusqu’à 70 ans si vous en prenez soin. 

Il existe différents types de finitions

  • Parquet en chêne vitrifié ou verni : Concernant 80% des parquets sortis d’usine, la vitrification consiste à apposer un vernis sur la lame de parquet en chêne. Le bois est alors protégé contre les rayures et autres agressions, ce qui le rend encore plus résistant. Le traitement est toutefois moins esthétique que l’huilage ou le cirage, mais bien plus économique.
  • Parquet en chêne huilé : Au lieu d’un vernis, on applique une huile qui met en valeur le détail du bois, pour un aspect plutôt rustique et un coût plus important. Le traitement pénètre en profondeur dans le bois, ce qui le protège des taches. Ayez à l’esprit que ce traitement est irréversible.
  • Parquet en chêne ciré : ce traitement donne de l’éclat au bois, mais nécessite davantage d’entretien. 

Pose d’un parquet en chêne

Ici encore, tout dépend du type de parquet que vous avez choisi :

Entretien d’un parquet en chêne

Le nettoyage d’un parquet en chêne dépend de la finition que vous aurez choisie.

  • Parquet vitrifié ou vernis : dépoussiérer régulièrement. Si le vernis perd de son éclat, utilisez un polish adapté à la rénovation de parquets vitrifiés (ou raviveur) dilué dans de l’eau, sans rincer. Une opération à renouveler tous les six mois. Autre truc pour améliorer la durée de vie de votre parquet, et le protéger des traces et rayures, posez des patins sous les pieds de vos meubles, notamment les tables et les chaises qui peuvent bouger beaucoup. 
  • Parquet huilé : surtout, n’utilisez pas d’eau, au risque de voir le bois se patiner de gris (problème bien connu des bois en extérieur, soumis à … l’humidité !) En cas de salissure, utilisez un savon noir naturel avec une machine à nettoyer le sol. Autre besoin du parquet en chêne huilé, repasser de l’huile environ deux fois par an.
  • Parquet ciré : Pas d’eau non plus, vous risqueriez de tacher votre parquet ! Un coup d’aspirateur et un nettoyage à sec suffisent généralement aux parquets cirés. Repassez de la cire quand son éclat diminue, mais attention au risque de glissade ! En cas de tache, il vous faudra poncer et remettre une couche de cire.

Si vous avez « hérité » d’un vieux parquet en chêne encore en bon état général, surtout n’en changez pas, il existe des moyens pour le rénover !

  • Première opération, vérifier l’état de votre parquet : si des lames sont endommagées, remplacez-les.
  • Passez ensuite au ponçage à l’aide d’une ponceuse à bandes d’abord équipée de gros grain puis de grain fin. Progressez dans le sens du bois et veillez à ne pas stationner à un endroit sous peine de creuser votre parquet ! Pour les bordures, utilisez une bordureuse.
  • Appliquez votre finition : fond dur + deux couches de vernis, ou huile, ou cire.

Prix d’un parquet en chêne

La qualité a un prix, comptez minimum de 25 euros hors taxe au mètre carré. Sachez néanmoins que la gamme de prix est très étendue et dépend de la qualité, mais aussi du type de parquet choisi : massif ou flottant