Parquet en chêne flottant

L’essentiel

Maintenant que vous êtes incollables sur les parquets en chêne, tâchons d’en savoir plus sur les parquets en chêne flottants. Composés de plusieurs essences, ils permettent de combiner la solidité du chêne et une pose facile !


Un parquet en chêne flottant, pourquoi et comment ?

Le parquet en chêne flottant désigne davantage un mode de pose qu’un type de parquet : les lames sont clipsées les unes aux autres sans recours aux clous ni à la colle.

Les parquets massifs ne sont pas adaptés à ce type de pose car soumis à des variations volumiques importantes à cause de l’humidité. On utilise donc des parquets en contrecollé :

Un parquet flottant est composé de plusieurs épaisseurs de bois massif contrecollées, ce qui permet de profiter des avantages de chacunes des essences et donc d’une plus grande stabilité : le volume variera donc jusqu’à 15 fois moins qu’un plancher massif sous le coup des variations de l’hydrométrie.

La couche d’usure, c’est à dire la couche supérieure en bois noble doit avoir une épaisseur minimale de 2,5 millimètres, bien que la majorité soit comprise entre 3,2 et 4 millimètres. Vous ne pourrez donc pas poncer votre parquet plus d’un certain nombre de fois, ce parquet doit donc être d’une grande qualité pour être durable. La couche d’usure peut supporter toutes les finitions, dont dépendent son entretien.

Grand avantage du parquet en chêne flottant, il est écolo car seule la couche d’usure est en bois noble, le reste, tandis que les vernis et huiles utilisés ne contiennent pas de formaldéhyde et de solvants. 

Par ailleurs, l’un des grands avantages des parquets flottants réside dans sa pose plus facile, vous pouvez en effet simplement « clipser » les lames de parquet. 

Pose d’un parquet en chêne flottant

Comme pour tout revêtement, la pose doit s’effectuer sur un sol parfaitement plat et propre. Si vous constatez des différences importantes du niveau de votre sol, il vous faudra peut-être envisager une opération de ragréage, c’est-à-dire de remise à niveau du sol. L’usage d’une sous-couche peut être utile comme isolant phonique et thermique. 

La pose dépend de l’épaisseur totale de la lame :

  • Si l’épaisseur de votre parquet en parquet contrecollé dépasse les 18 millimètres, vous pouvez envisager de le clouer sur lambourdes, une pratique généralement réservée au bois massif épais.
  • Vous pouvez aussi choisir l’option d’un parquet en chêne clipsable, et c’est tout l’intérêt d’un parquet en chêne flottant. Dans ce cas, nul besoin de colles ou de clous, seule l’habilité et la patience, maîtres mots du bricoleur suffisent. Les lames sont posées sur une sous-couche et s’emboîtent les unes dans les autres. La première lame doit donc être posée le long du mur, perpendiculairement au mur qui reçoit le soleil, en respectant un écartement de 8 millimètres du mur, sous peine de voir votre parquet gondoler en cas de dilatation du bois, cet espace sera ensuite caché par les plinthes. Les autres lames doivent être clipsées à la première. 

Prix d’un parquet en chêne flottant

Les prix varient encore une fois avec la qualité et les finitions, mais vous trouverez des parquets en chêne flottant à partir de le mètre carré.