Tour d’horizon des jardins du prince Charles à la cavalcade dans l’Assemblée nationale

 


Luxe, calme et… potagers : le prince Charles ouvre ses jardins au public. Son altesse royale organise un festival pour célébrer et promouvoir le développement durable : « A garden party to make a difference ». Alors en ce week-end des Journées européennes du patrimoine, pourquoi ne pas aller faire un tour à la garden-party « verte » du prince de Galles ? Bien loin de l’atmosphère champêtre de Londres, à Paris, le climat politique est à la foire d’empoigne. 329 pour et 233 contre. Sans surprise, le texte du gouvernement sur la réforme des retraites a été adopté mercredi 15 septembre à l’Assemblée nationale. Mais c’est dans une ambiance de course poursuite dans les couloirs du Palais Bourbon que s’est déroulé le vote. Des députés PS aux trousses de Bernard Accoyer. Sur-ré-a-lis-te ! Enfin l’écogeste cette semaine nous mènera au large de la façade atlantique vers l’autoroute de la mer Saint-Nazaire / Gijón.

 

 

 

jardins-mont-stewart-prince-charles

Le prince Charles dans les jardins du Mont Stewart en Irlande du Nord le 13 mai dernier (crédit : AFP).

 

 

Au cœur de Londres, le prince Charles ouvre ses jardins au public pour 12 jours de festival. Manger bio et parcourir la roseraie royale avec le prince Charles, ça vous tente ? C’est le top de la semaine !


Vous ne le saviez peut-être pas, mais son altesse royale aime la nature, les espaces verts et les beaux jardins de Buckingham Palace. Avec sa belle auto Austin Martin, il a décidé de montrer l’exemple à ses compatriotes britanniques. Il roule désormais à l’éthanol.

 

 

  • C’est la fête à Clarence House, Marlborough House et Lancaster House


« A garden party to make a difference ». Voici le festival organisé par le prince Charles dans sa maison moderne à énergie positive : Clarence House (4000 kw/h). Comédiens, musiciens, conférenciers, performers, se succèderont dans les jardins pour une garden-party engagée. Voilà qui pourrait peut-être donner des idées à Nicolas Sarkozy si future garden-party de l’Elysée il y a.

 

 

 

prince-charles-jardins-2009

Le prince Charles (crédit : Flickr-Ciaron).

 

 

Outre-manche, voilà un an que le prince Charles a lancé l’opération « START ». L’idée est de sensibiliser et de booster les actions autour du développement durable dans le pays. Marquer sa différence. C’est le nouveau leitmotiv pour l’héritier de la couronne qui fait trembler le trésor britannique.

 

Car la tournée écolo dans le royaume (via un train au bio-fuel) a un prix : 60 000 euros les cinq jours. En ces temps de déficits budgétaires, le contribuable appréciera. Pour croiser son altesse royale, pas une minute à perdre. L’opération (payante) « A garden party to make a difference » ferme ses portes le 19 septembre au soir. 



  • A Paris, c’est une tout autre atmosphère qui règne : électrique 


Sifflets, insultes et cavalcades dans les travées du Palais Bourbon. C’est dans une ambiance surréaliste et déchaînée qu’a été voté le texte sur la réforme des retraites à l’Assemblée nationale. E t c’est le véritable flop de la semaine !

 

 

 

ambiance-houleuse-reforme-retraites-assemblee-nationale

 


Mercredi matin, Bernard Accoyer a coupé court à l’explication des votes personnels. La faute selon lui à l’obstruction du débat par une centaine de députés PS. Mais suite à cette interruption de séance, la colère du camp de l’opposition a alors éclaté. Et provoqué dans la foulée : une course poursuite contre le président de l’Assemblée nationale.

 


Une cacophonie de plus dans l’hémicycle, quoi de plus banal me direz-vous. Les fidèles du bruyant spectacle des questions au gouvernement du Palais Bourbon vous le confirmeront. Alors rien de nouveau sous le soleil ? Une fois de plus les noms d’oiseaux étaient bien au rendez-vous (Eric Woerth traitant hors micro de « collabo » une députée socialiste après l’avoir accusé de mensonges).

 

 

 

reforme-retraites-bernard-accoyer

 

 

Mais voilà que des députés n’ont rien trouvé de mieux que de lancer une cavalcade contre le président de l’Assemblée nationale. « Accoyer démission », « putchiste », le service d’ordre de l’Assemblée nationale a dû s’interposer devant les appartements privés de Bernard Accoyer. C’est tout simplement du jamais vu sous la Vème République !  

 


Bref, ce coup de théâtre est symptomatique du climat politique délétère en France. Pas un seul jour ne passe sans un nouveau rebondissement. La presse étrangère en a même fait ses gros titres : « Honte », « Sarkogate ». Mais l’affaire ne s’arrête pas là. L’Elysée est désormais menacé de poursuite par la justice européenne suite à sa douteuse politique d’expulsion et de stigmatisation des Roms.


Enfin l’ écogeste cette semaine pour un monde meilleur : une autoroute de la mer pour sauver les Pyrénées ?

 

 

 

ferry-norman-bridge-autoroute-de-la-mer

Le ferry Norman-Bridge (crédit : Raoul Dobremel). 

 


C’est une initiative franco-espagnole avec à la clé de gracieuses subventions (34 millions d’euros). La première autoroute de la mer Saint-Nazaire / Gijón a de l’ambition. Objectif : désengorger les axes routiers de la façade atlantique et protéger la chaîne des Pyrénées.

 

 

  • Vous avez dit autoroute de la mer ?

 

L’idée est de détourner une partie du trafic routier vers la mer. Ingénieux, n’est-ce pas ? Mais le ferry doit émette moins de co2 que la somme des camions qu’il transporte. C’est pourquoi le Norman-Bridge a pour mission un taux de remplissage de 50 %.


Dans cette première rotation maritime mercredi, on était loin du compte : 9 poids lourds au départ sur les 150 possibles. C’est vrai, ce n’était pas la foule des grands jours au départ du port autonome de Saint-Nazaire !

 

 

 

ferry-norman-bridge-autoroute-de-la-mer

 


Mais l’autoroute de la mer est à ses débuts commerciaux. Quatre ans de subventions en tout et pour tout pour rendre crédible cette liaison maritime. C’est le temps imparti au Norman-Bridge pour convaincre les transporteurs routiers du fret maritime entre l’Europe du Nord et l’Espagne. L'avantage économique, le voici : la traversée en bateau est facturée 450 euros contre 480 par la route. 

 

 

Publié par Christophe Baudouin
le samedi 18 Septembre 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
dimanche 19 Septembre 2010 à 07:02 Par Arranoxola
 

scandaleux d'imposer, aux citoyens que nous sommes, la tronche d'une des plus grosse fortune d'Europe,sachant que cet individu a fait voter par le parlement Européen des aides pour le monde agricole en matière de jachère et qu'il en fut le principal bénéficiaire...Je rappelle que nous sommes dans une république, et sous prétexte qu'ils marchent dans un jardin, les "arrogants" resteront toujours des "arrogant"

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !