Pollutions aux PCB : quelles responsabilités ?

 

200 vaches et chèvres abattues en Saône et Loire en 2002, 2000 vaches abattues et 42 communes contaminées dans le département de la Loire en 2008… c’est aujourd’hui une petite ville de Mayenne, Grez-en-Bouère, qui fait les frais d’une pollution aux polychlorobiphényles (PCB).

           

Derrière ce nom barbare se cachent 209 molécules classées comme « probablement cancérigènes » pour l’homme, en raison des effets chroniques qu’elles entraînent sur le foie, la reproduction et la croissance. Très peu biodégradables, les PCB s’accumulent dans la chaîne alimentaire après rejet dans l’environnement et se retrouvent après transfert dans tous les milieux, mais aussi dans les plantes, les animaux ou chez l’homme.

          

Lorsqu’une pollution est constatée, il est parfois très difficile de déterminer son origine. Aprochim, une filiale du groupe Chimirec, se trouve aujourd’hui au cœur de cette question de responsabilité. Implantée en Mayenne depuis 1988, l’entreprise est spécialisée dans le retraitement des matériaux souillés aux PCB. Ceux-ci ont en effet été largement utilisés dans l’industrie pour leurs qualités d’isolation électrique, de lubrification et d’inflammabilité avant l’interdiction de la mise sur le marché d’appareils en contenant depuis 1987.

           

Suite à une directive européenne, un plan national d’élimination des PCB a été lancé en 2001 pour organiser la décontamination des appareils les plus polluants, notamment les transformateurs électriques, avant le 31 décembre 2010. Ceux-ci ont donc été acheminés vers les 5 centres spécialisés de traitement européens, dont Aprochim. Si la responsabilité de la société ne peut pas être exclue, et celle-ci se dit d’ailleurs prête à dédommager les agriculteurs dont la production de lait et de viande ne peut plus être commercialisée, il est toutefois possible que d’autres causes soient à l’origine de la contamination que connait aujourd’hui Grez-en-Bouère : mauvaise condensation de chaudières au fioul de particuliers, brûlage d’emballages de produits agricoles… 

                  

Suite à plusieurs plaintes déposées par des riverains inquiets pour leur santé et par des associations locales de protection de l’environnement, une information judiciaire a été ouverte en décembre dernier pour « faits de pollution et mise en danger de la vie d’autrui ». Aprochim n’est peut être pas le seul responsable dans cette contamination, mais cette affaire intervient alors qu’une autre affaire est portée devant le tribunaux : d’anciens collaborateurs de l’entreprise accusent Jean Fixot, le Président de la société-mère Chimirec, et six cadres d’avoir éliminé de façon illégale des déchets en diluant des huiles contaminées aux PCB avec d’autres qui ne l’étaient pas et d’avoir falsifié des contrôles. Le procès s’ouvre en mai prochain au tribunal correctionnel de Paris. 

       

             

Publié par Marion Gautier
le mardi 21 Février 2012

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mercredi 7 Mars 2012 à 23:14 Par salve
 

Bonsoir le mataf et tout lecteur ici présent.

Je cite votre propos : "Je crains que dans un proche avenir un fou ou autre appui sur le bouton ou casse quelques maudites fioles".
Oui ? Et après ? Nous disparaitrons ? Ce sera de toute façon le cas. Tout n'est qu'une question de temps, et de dimensions : un par un, ou population par population comme dans les années quarante en Allemagne avec un fou notoire ?

Alors que la terre tourne sur elle même depuis des temps largement supérieur à ce que nous pouvons concevoir à l'échelle humaine, et qu'elle tournera encore quand une multitude de siècles se seront écoulés, quelle différence cela fait qu'une espèce pas plus vieille que la nôtre mais hautement imbue d'elle même casse une fiole ou autre "création civilisatrice" dont nous encombrons la planète.

Ça me dépasse que nous soyons à ce point sûr de nous mêmes quand tout, vraiment TOUT, suit un cycle ne permettant pas de conserver indéfiniment une certitude quant à notre supposée survivance dans un avenir hypothétique.

Combien d'espèces vivantes ont déjà dans le passé totalement disparues de la surface de la planète pour ne plus revenir ?

Mais nous, avec notre supposée intelligence ou conscience de nous même, nous croyons-nous capable de tout maîtriser.

Autant rivaliser avec la rotation terrestre, vous ne croyez pas ? Si ce n'était que nous tenons tant à transmettre la vie, comme tout ce qui a cru au cours des âges sans qu'il y ait autre chose que la "simple" dynamique universelle pour l'animer, comment comprendre alors que nous avons déployé des moyens tant industriels que "civilisateurs/factices" dont les conséquences semblent annoncer un avenir sombre pour la perpétuation de la vie.

Alors donner tant de valeur à ce qui n'est finalement qu'infime déjà à l'échelle terrestre, mais plus encore à l'échelle du système solaire, je ne suis pas de cet avis.

La vie est certes quelque chose de magnifique, tout comme ses manifestations, mais tout cela reste marqué du sceau de l'éphémère... justement !

Alors qu'un fou y mette fin ou pas, ce n'est dommage que pour nous. La terre me semble-t-il ne sera pas le moins du monde affectée par notre disparition. Et si elle l'était, ce serait plutôt en bien vu le comportement que nos civilisations nous font adopter, ou même notre cécité individualiste nous poussant à croître et à nous multiplier tant sur un plan matériel que grégaire, que nous en oublions notre condition première de créature terrestre soumise à l'existence de notre environnement !

Je ne propose rien de plus que cette vision des choses, et si cela fait court, c'est peut-être qu'une vie n'est pas si longue que ça. Quant à la vie, cette merveille de la nature, nous n'en profitons que bien imparfaitement avec nos sociétés avilissant dorénavant tout ce qu'elles touchent : pétrole, métaux précieux, bois exotiques, et cætera.

Je vous souhaite tout de même d'accomplir ce qui vous tient à cœur dans le temps qui le vôtre.

Cordialement

vendredi 2 Mars 2012 à 09:03 Par Alloicilaterre
 

Pourquoi s'étonner que certaines de ces société polluent alors qu'elle utilisent des composés hautement nocifs pour la fabrication de leur produit ?
Parce que c'est toléré et appartir de là, il n'y a plus de limite ...
Il y a bien des centrales nucléaires, des OGM...
Pourquoi ces sociètés ne sont-elles pas d'avantage contrôlées, surveillées ?

mardi 28 Février 2012 à 09:49 Par le mataf
 

Je fais parti d'une association qui milite et se bat pour la sauvegarde de notre environnement, principalement les zones humides côtières et là aussi beaucoup de bla bla autour de nous mais peu d'acteurs ;
Pour se faire valoir il est de bon ton de se faire mousser sur un article de presse ou de dire tout et rien sur internet, mais lorsqu'il faut mouiller sa chemise et affronter nos ennemis, j'ai bien dit nos ennemis il n'y a plus grand monde.
Pour faire bouger et avancer notre légitime combat ,deux actions sont à mettre en oeuvre le dialogue et la concertation en premier lieu puis les actions physiques.
Pour moi nul combat est perdu d'avance face au cynisme de nos industriels et lobbies agricoles pour ne citer que ceux là.
Face à l'argent les tribunaux sont par intérêts ou contrains d'être cléments voir complices.
L'avenir de notre terre n'est pas dans le développement exponentiel de notre évolution égoïste et irrationnelle.
Je crains que dans un proche avenir un fou ou autre appui sur le bouton ou casse quelques maudites fioles

samedi 25 Février 2012 à 18:50 Par salve
 

Salut à tous,
Toutes les réactions ne se voient pas forcément par écrit...
Elles sont aussi beaucoup plus décisives en actes.
Mais il faut reconnaître qu'il est difficile de se tirer d'une sujétion orchestrée par le monde industriel, parfois à son insu, au nôtre, et parfois cyniquement entretenue...

Signalons aussi que si nous sommes touchés par ces PCB, il convient de souligner que ce qui importe, c'est principalement que le milieu vivant soit touché, et conserve apparemment ce polluant en son sein. C'est bien plus alarmant que notre "infection" préoccupante mais individuelle, alors que l'environnement représente le substrat nécessaire à la vie.

Les responsabilités qui seront examinées au tribunal ne sont à mon sens que le reflet de nos lacunes humaines à peser le poids de nos agissements, et de leur conséquences.
Les mis en examens ne sont, autant que d'autres, que des individus arrivés grâce à notre croissance à des positions décisionnaires qui n'ont rien de légitimes à une échelle planétaire.
Mais aller lutter contre notre hégémonie, c'est presque aussi vain que de vouloir empêcher la terre de tourner !
Il serait trop long d'évoquer toutes nos interactions avec l'environnement, et le poids de nos sociétés ici.

Même si les mis en examens se voient condamnés, qu'en sera-t-il de notre développement/croissance dans les temps à venir ?

Cordialement

vendredi 24 Février 2012 à 18:31 Par le mataf
 

Hé bien dite donc ,ce n'est pas la motivation hein!, nous sommes pourtant tous concernés par ces poisons, allons il faut réagir , fini les vacances .

mardi 21 Février 2012 à 13:36 Par le mataf
 

Oui mais non ! c'est pas moi c'est l'autre !
C'est toujours et encore la même histoire , celle du chien qui se mord la queue .
bla...! bla..! parole... parole...et encore des paroles

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !