Pollution, Madrid à bout de souffle

 


Peur sur la ville ? Nuage de pollution, centre-ville embouteillé, rejets record de gaz carbonique, à Madrid l’alternative au « tout-voiture » devient urgente. Surtout que les madrilènes risquent leur peau à respirer cet air tout sauf pur, selon Javier Gonzalez Medel (Association défense de la santé publique de Madrid). Et pourtant, de l’autopartage aux énergies renouvelables, la ville « durable » n’est pas qu’une belle utopie. Preuves à l’appui cette semaine avec l’ éclairage public renouvelable de Toulouse et la géolocalisation des places de parking en forme d’écogeste. 

 

 

Congestion du réseau routier à Madrid

 

 

A Madrid, la justice et les écologistes tapent du poing sur la table suite au nuage de pollution surréaliste qui s’est abattu sur la capitale mercredi dernier.


C’est vrai, à Madrid la législation européenne en matière de seuil de pollution atmosphérique a rarement été respectée. C’est vrai, l’anticyclone quasi estival a fait exploser les niveaux de particules fines (PM10) autorisées sur une année. Cependant, à conditions climatiques exceptionnelles, mesures d'urgences exceptionnelles. Oui, mais pas pour le maire de la capitale qui a pris la décision « courageuse », voire « historique », dans sa lutte anti-pollution d’appeler les automobilistes à prendre les transports en commun ! Autopartage, gratuité ponctuelle des transports publics, vélos en libre service, tout ne serait que pur fantasme pour réduire le trafic routier.   

Face à cette pluie de particules carbones, des associations écologistes ont porté plainte contre le maire Alberto Ruiz-Gallardon pour « délit contre l’environnement ». Pire, le Parquet général de l’Etat a mis en demeure la ville d’abaisser ses seuils de pollution.


Attention danger. Javier Gonzalez Medel signe une rubrique « personnalité de la semaine » qui fait suffoquer un peu plus les madrilènes. Selon lui, la mortalité en Espagne pourrait connaître une augmentation de 5 % en raison des pics de niveau de dioxyde d’azote (NO2) dus à la congestion du trafic routier. Déjà, 16 000 personnes/an meurent « prématurément » des conséquences de la pollution (Commission européenne).


A Toulouse, pour réduire la pollution en ville on innove.

Fini le gaspillage lumineux, oublié les factures salées d’électricité, place désormais à l’éclairage public produit à la force du piéton. Dans la ville rose, les piétinements des passants sur le trottoir alimentent l’énergie des réverbères.
Grâce au mouvement des piétons (énergie cinétique) transformé en énergie électrique via un générateur, badauds, anonymes, peuvent ainsi illuminer, à leur passage, le trottoir emprunté. 70 % d’énergie économisée, peut-être une bonne idée pour le maire de Madrid Alberto Ruiz-Gallardon ?


Au chapitre des bonnes idées pour lutter contre les gaz à effet de serre en ville : la géolocalisation des places de parking.

Un écogeste ingénieux pour ne plus tourner en rond pour une simple place de parking. Mis en place à San Francisco, Lyberta expérimente ce système de géolocalisation en France (Toulouse). Ainsi, des capteurs incrustés sous le bitume détectent les places de stationnement disponibles. L’automobiliste est alors informé de cette heureuse surprise par SMS, smartphone, voire sur des panneaux numériques publics. 

 

 

 

 

Photo : autoroute M-40 périphérie de Madrid / iStockphoto


Publié par Christophe Baudouin
le mardi 15 Février 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mercredi 13 Avril 2011 à 10:56 Par Nestor Poireau
 

Bien vu ! Nous avons nous-même réagi à cette info en publiant un reportage sur un archi madrilène qui milite pour l'éco-construction. ttp://www.fototravel.net/blog/madrid-r-s-e/madrid-sostenible.html

vendredi 18 Février 2011 à 09:53 Par Christophe Baudouin
 

Ana Botella !
ça ne vous dit rien ? Mais si voyons, l'adjointe au maire de Madrid Alberto Ruiz-Gallardon et conseillère (affûtée) pour l'environnement qui avait appelé les madrilènes à ne pas faire de sport en plein air pendant l'épisode du nuage de pollution.

vendredi 18 Février 2011 à 09:19 Par Christophe Baudouin
 

" La crise économique asphyxie plus les gens que la pollution ".

La phrase est signée de ...

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !