Pollution atmosphérique, drogue dure du XXIème siècle

 


22 mois. C’est l’espérance de vie en moyenne qu’un citoyen de plus de 30 ans pourrait espérer gagner si les villes européennes luttaient plus efficacement contre la pollution atmosphérique du trafic routier. Tim Nawrot (professeur d’épidémiologie) bouscule les tabous et montre que l’exposition à la pollution de l’air devient le plus grand facteur à risque de crises cardiaques devant la caféine ou la cocaïne. La Chine montre qu’il n’y a pas de frontière dans la lutte contre la pollution aux particules fines. Mesdames, messieurs, osez l’écogeste pour mieux respirer : parader en vélo nu ou en maillot de bain pour protester contre le niveau extrême de dioxyde de carbone en milieu urbain. 

 

 

Vue aérienne sur la pollution atmosphérique à Pékin

 

 

Réduire la pollution atmosphérique dans les villes, c’est bon pour les poumons et l’espérance de vie. Les résultats du programme européen Aphekom redonnent un nouveau souffle aux militants de la qualité de l’air.

 

En moyenne, les habitants de Bucarest gagneraient 22 mois d’espérance de vie, 19 mois pour Budapest, 7,5 mois pour Marseille et une prévision de 3 000 décès évités pour le cas de la France. Car le phénomène est encore trop mal connu. Les particules fines, ça peut être mortel et provoquer asthme chez les plus jeunes, graves maladies respiratoires ou cardio-vasculaires pour les moins jeunes. 


Un enjeu de santé public donc, mais un enjeu économique aussi. Car en pleine crise budgétaire, les pays européens seraient bien inspirés de suivre le seuil de particule fine (10 microgrammes/m3) fixé par l’organisation mondiale de la santé (OMS). La chasse aux particules fines via la baisse du trafic routier pourrait rapporter une économie annuelle de soins de 31,5 milliards d’euros. C’est ce qu’on appelle un argument convaincant pour les ministres des finances de la zone euro. 
 
Améliorer la qualité de l’air, lutter contre les embouteillages monstres et la congestion routière n’est pas seulement un beau projet européen. La Chine, championne du monde toute catégorie du nombre d’émissions de CO2, a décidé de réduire de 17 % ses émissions de gaz à effet de serre.

Fini les taux de croissance économique à deux chiffres, l’heure serait à la production de richesse de « qualité » (7% contre 10 %). Le premier ministre Wen Jiabao a fixé un nouveau cap pour la période 2011-2015 : privilégier la consommation nationale sur les exportations, maîtriser les criantes inégalités sociales et développer les énergies renouvelables au dépend du charbon.    


Comment ? En investissant massivement dans le secteur de l’éolien, de l’hydraulique et des centrales nucléaires. Car question nuage épais de pollution au-dessus de la tête de ses citadins, l’Empire du Milieu est un habitué des records de rejets de gaz carbonique (5 millions de véhicules en circulation à Pékin).

 

Un tabou est tombé avec la publication (revue médicale The Lancet ) d’un rapport scientifique porté entre autre par Tim Nawrot. Le professeur d’épidémiologie signe la rubrique « personnalité de la semaine ». Plus dangereux en proportion que la cocaïne, la caféine ou l’alcool, la pollution atmosphérique. C’est la « drogue dure » qui touche le plus grand nombre de personnes. Mode de vie urbain oblige. Selon le professeur d’épidémiologie, trafic routier et pollution seraient responsables de 12 % des crises cardiaques à l’échelle mondiale.

Un écogeste pour mieux respirer : rejoignez l’action militante qui n’a pas froid aux yeux intitulée le « WorldNakedBikeRide » (tournée mondiale nue à vélo). Chaque année, à Philadelphie, à Londres, à Toronto ou encore à Barcelone, des militants défilent à vélo sans chemise et sans pantalon ou en maillot de bain pour alerter sur les conséquences de la pollution atmosphérique et promouvoir les bienfaits du déplacement en vélo. La préfecture de police de Paris a annulé l’édition 2007 pour « exhibition sexuelle ». Alors saurez-vous relever le challenge écolo le 11 juin prochain à Marseille ?

 

 

 

 

Photo : Kan Jinlong - Fotolia

 

Publié par Christophe Baudouin
le mardi 8 Mars 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
jeudi 10 Mars 2011 à 10:48 Par Christophe Baudouin
 

Dans le corps du texte, elles y figurent bien.
Rappelons quand même que cette étude de l’impact de la pollution atmosphérique sur l’espérance de vie est réalisée sur 3 ans dans 12 pays européens par le programme scientifique européen Aphekom et coordonnée par l’institut de veille sanitaire (inVS).

jeudi 10 Mars 2011 à 10:13 Par IED Factory, Stéphane
 

Pouvez-vous citer vos sources pour les chiffres avancées de cette étude ? Où peut-on la trouver ?
Merci de votre réponse.

mercredi 9 Mars 2011 à 17:58 Par Lumiere
 

Ah oui j'oubliais, pour les passionnés de la compétition des énergies renouvelables, la bataille des demi-finales a lieu du 15 au 30 mars 2011 sur la qualité des installations "énergie renouvelable" et des politiques mises en œuvre par les collectivités. Allez Grenoble, popolopopopo...po !

http://www.res-league.eu/fr/french-league/french-news/dernier-effort-avant-les-demi-finales-de-la-ligue-des-champions-enr?Itemid=4

mercredi 9 Mars 2011 à 17:25 Par Lumiere
 

L'écologie ça ne pacifie pas forcément les mœurs. D'accord !

Mais connaissez-vous de la ligue EnR des énergies renouvelables ? Non ? Et pourtant, des entreprises, des intercommunalités, des petites, des moyennes, voire des grandes collectivités locales (à la tête des élus, faut-il le rappeler) se sont lancées dans la bataille des programmes les plus innovants catégorie : solaire et biomasse. Alors oui, je sais, ça ne révolutionne pas le monde, certes, mais ça permet tout de même d'encourager l'ensemble des acteurs à promouvoir les énergies renouvelables à l'échelle locale.... et d'une manière ludique !

mercredi 9 Mars 2011 à 16:30 Par gus
 

non mais n'importe quoi! c'est quoi ce conflit parigo-marseillais à toutes les sauces. Déjà qu'en foot ça veut plus rien dire du tout, mais alors en plus s'ils doivent s'approprier l'écologie, on marche sur la tête !!!! Rien à voir ! Les gars faut sortir un peu! Retournez dans votre cour de récré...

mercredi 9 Mars 2011 à 14:53 Par Christophe Baudouin
 

@boulogne n'aime pas marius
Je ne savais pas qu’on pouvait transposer le derby Paris/Marseille sur le terrain de l'écologie. C'est vrai tout est possible, et je dois reconnaître qu’il y a de l’idée : pourquoi pas lancer un championnat national, voire européen (une ligue des champions en quelques sorte) sur la baisse du seuil des particules fines dans les villes ? L'esprit d'une compétition sportive en politique : de quoi faire réagir un passionné de l'OM et sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, pour abaisser le seuil de particules fines (actuellement de 18,5 microgrammes/m3)dans la cité phocéenne...

mercredi 9 Mars 2011 à 14:32 Par boulogne n'aime pas marius
 

Une info qui enfin rend justice à notre belle capitale ! J'ai lu le rapport et ENFIN on reconnaît que Paris est moins polluée que Marseille! Donc les marseillais vous êtes plus risque que nous! Alors bougez vous s'il vous plaît et arrêtez de nous polluer !!

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !