Oléoduc Keystone XL : le veto d’Obama

 

Victoire de la mobilisation citoyenne et associative contre le projet Keystone XL aux Etats -Unis : Barack Obama a rejeté la demande de permis de la firme TransCanada pour la construction d’un immense oléoduc qui devait permettre le transport du pétrole extrait des sables bitumeux du Canada jusqu'au golfe du Mexique, sur plus de 2700 km.

    

  

Le premier tronçon du pipeline dit Keystone, entre la province canadienne de l’Alberta et l’Illinois a été mis en service en juin 2010 dernier. Le très contesté projet Keystone XL vise à prolonger la portion existante pour relier le sud des Etats-Unis. L’objectif de ce nouvel oléoduc est ainsi d’augmenter les importations de pétrole en provenance du Canada pour réduire la dépendance énergétique des Etats-Unis vis-à-vis des pays du Golfe. La perspective de raffiner ce pétrole sur le sol américain signifie par ailleurs la création de plusieurs milliers d’emplois, argument non négligeable pour l’administration Obama en cette période de crise économique mais aussi de campagne électorale.

  

C’était sans compter l’intense mobilisation de groupes écologistes et des riverains contre ce projet. Le tracé initial devait traverser la région du Nebraska, dans laquelle se trouve une zone aquifère fragile. Les associations de protection de l’environnement ont notamment dénoncé les risques de contamination de l’eau par des fuites dans ces nappes phréatiques qui permettent l’alimentation en eau potable de près d’1,5 million de personnes.

   

Second sujet de contestation pour les écologistes : le type de pétrole transporté dans ce pipeline. Celui-ci proviendrait des poches de pétrole visqueux et lourd présentes dans les sables bitumeux. Ce type d’exploitation, dite « non conventionnelle », s’avère très polluante et vorace en énergie.

   

Avec le veto du Président Obama à la demande de permis de TransCanada, les associations de protection de l’environnement ont gagné une première bataille, mais pas encore la guerre… TransCanada a annoncé qu’une nouvelle demande de permis basé sur un tracé différent sera déposée d’ici 2013.

  

La bataille contre le « pétrole sale » de l’Alberta sera rude pour les groupes écologistes face aux puissants lobbies pétroliers américains. Une étude du groupe de recherche indépendant Maplight a montré que 118 membres de la Chambre des Représentants (sur 435) comptabilisent des entreprises issues de l’industrie pétrolière et gazière parmi leurs dix plus gros donateurs de campagne…




Publié par Marion Gautier
le mardi 24 Janvier 2012

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !