Nourrir le monde: la planète bleue est suffisamment verte

Agri Culture, la chronique du mercredi

 


Aujourd’hui, avec un tiers des surfaces émergées dédiées à un usage agricole, les besoins alimentaires de 6,5 milliards d’humains sont théoriquement couverts. En 2050, y aura-t-il assez de terres pour nourrir 9 milliards d’habitants ? Certains scientifiques pensent que les ressources disponibles en surfaces agricoles étaient d’ores et déjà limitées. Avec le réchauffement climatique et la désertification de certaines régions du globe, couplés à l’expansion de l’urbanisation, les surfaces agricoles devaient même avoir tendance à diminuer. Une étude récente commandée par le ministère de l’Agriculture  vient de prouver le contraire : les surfaces agricoles disponibles sont suffisantes pour nourrir la population à venir, et ce, même dans un souci de préservation de l’environnement et des cycles biologiques.

 

 

agriculture dans le monde

 

 

Depuis 40 ans la population mondiale a augmenté 10 fois plus vite que les surfaces agricoles 


On dénombre près de 12,8 milliards d’hectares de terres émergées sur notre planète. Un tiers de cette surface, 4,8 milliards hectares, est consacré à un usage agricole. Prairies et pâturages permanents en constituent 3,3 milliards, tandis que 1,5 milliards d’hectares sont des terres arables ou de cultures permanentes. La surface de terres cultivées a très peu augmenté ces 40 dernières années. Alors que la population mondiale a progressé de 46% entre 1980 et 2005, les surfaces arables ont augmenté de 4,5% soit dix fois moins. Dans le même temps le rendement moyen agricole a doublé, permettant de nourrir théoriquement l’humanité. Seules 18% des terres sont irriguées, mais ces terres délivrent 40% de la production agricole. 

 

Les ressources en surfaces agricoles sont suffisantes pour nourrir la population à venir


D’ici 2050, la FAO (Food and Agriculture Organization) estime que la production alimentaire mondiale doit augmenter de 70% pour satisfaire les besoins de l’humanité. La surface de terres cultivables encore disponible diverge selon les scientifiques. Cependant les ressources disponibles en terres sont estimées suffisantes pour garantir la sécurité alimentaire mondiale. C’est ce que montre une étude réalisée en 2009 sur la disponibilité des terres cultivables, conduite par Laurence Roudart (Université Libre de Bruxelles) et commandée par le ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. 


Cette étude montre que les « superficies cultivables du monde apparaissent très supérieures aux superficies nécessaires pour garantir la sécurité alimentaire de l’humanité ». Et ce en ne comptant que des terres en culture pluviale (pas d’irrigation), sans mettre en culture des forêts ou des zones protégées, et en tenant compte du réchauffement climatique. L’estimation la plus basse est de 590 millions d’hectares cultivables disponibles dans le monde, la majorité se situant en Amérique Latine et en Afrique sub-saharienne, tandis que les nouveaux espaces sont extrêmement rares au Proche-Orient et en Asie. Paradoxalement, les effets du réchauffement climatique sur la surface cultivable totale seraient positifs, avec une petite augmentation des superficies cultivables dans le monde. 


Enfin, ces 590 millions d’hectares encore disponibles ont été estimés dans l’hypothèse d’une croissance des rendements relativement faible, dans un souci de respect des cycles biologiques et d’une agriculture durable


Près de 43% de la population active mondiale est employée par la pêche, les cultures, les forêts ou le pastoralisme. Deux tiers de la population mondiale fait partie du G20, qui réunit les dix neuf pays les plus riches du globe et l’Union européenne. Le G20 totalise 90% du produit mondial brut, et 65% des terres arables du globe, sur lesquelles poussent près de 77% des céréales mondiales.


Aujourd’hui comme demain il y a donc assez de terres agricoles pour subvenir aux besoins alimentaires de l’humanité. Pourtant en 2011, un milliard de personnes connaissent chaque jour la faim. Si la planète a les ressources pour nourrir les hommes, encore faut-il que les politiques publiques s’accordent sur les prix agricoles, que l’accès aux terres soit mieux réparti, et que les paysans pauvres puissent avoir leur part de progrès. 


Source : www.agriculture.gouv.fr/centre-etudes-prospective 

Photo: Flickr, b.e.n.

 

Publié par Victor Saint-Père
le mercredi 8 Juin 2011 à 06:00

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
lundi 15 Aout 2011 à 15:41 Par L'escargot qui s'en tape le coquillard!
 

Je ne comprends pas où est le problème ? Ou si, mauvaises répartitions des richesses. Je suis bien placée pour le savoir.

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !