Lyon offre des hôtels aux abeilles sauvages

 

 

La ville de Lyon accueille des butineuses au cœur des jardins publics, grâce au projet Urbanbees. Une initiative originale pour protéger les mille espèces d'abeilles sauvages présentes en France.

 

 

                             Lyon offre des hôtels aux abeilles sauvages

 

 

Dans le parc de la Tête d'Or à Lyon se dressent de drôles de constructions. Des étagères en bois avec auvents, accueillant des rangées de bûches, une spirale en pierre et des carrés de terre nue grillagée... Ce sont des hôtels pour abeilles sauvages, installés dans le cadre du projet Urbanbees.
Il existe près d'un millier d'espèces d'abeilles en France, dont une seulement produit le miel de notre petit déjeuner. Elles ont des corps rouges, noirs ou bleus, vivent solitaires ou en essaim, nichent dans du bois creusé ou dans des trous au sol... Mais toutes butinent et sont essentielles à la reproduction des plantes à fleurs en transportant le pollen.

 

 

  • Des pollinisateurs menacés

C'est pour protéger ces pollinisateurs essentiels qu'est né le projet Urbanbees, qui réunit entre autre l'association Arthropologia, le laboratoire Inra d'Avignon, la ville de Lyon et l'Union Européenne. Les abeilles sauvages sont aujourd'hui menacées par la disparition de leurs habitats et par le manque de nourriture due à la pollution et à la monoculture.
Jusqu'en 2014, des hôtels à abeilles vont être installés sur une vingtaine de sites à Lyon et dans sa banlieue. La ville s'est aussi engagée à renoncer aux phytosanitaires dans ses espaces publics et à favoriser une végétation variée et adaptée aux abeilles.
Des expériences de ruches urbaines, cette fois avec des abeilles domestiques, ont déjà montré que les butineuses s'acclimatent très bien à la ville. La température est un peu plus chaude, les pesticides sont quasiment absents et les plantes très variées permettent de récolter du pollen presque toute l'année

 

 

  • Un mode d'emploi pour accueillir les abeilles

Le projet Urbanbees permettra aussi d'observer et de mieux connaître les abeilles sauvages.
Le but final est d'établir «  un modèle de gestion pour augmenter la biodiversité des abeilles sauvages en milieux urbain et péri-urbain  », selon l'association Arthropologia. D'autres villes européennes devraient alors prendre le relais, en sachant déjà quels habitats et quelle flore conviennent le mieux aux butineuses sauvages. Avec l'espoir de voir ces dernières reconquérir aussi les campagnes : un tiers de notre alimentation, et près des trois quarts des espèces cultivées ont besoin d'insectes pollinisateurs pour se reproduire...

Une spirale en pierre, des bûches et des branches de bambous offrent des habitats variés pour satisfaire chaque espèce d'abeille sauvage (photo Anne-Louise Dupin).

 

Publié par Anne-Louise Dupin
le mercredi 18 Aout 2010 à 19:48

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mercredi 22 Septembre 2010 à 13:38 Par Monikaline
 

Bonjour aux amis des abeilles. Au pays Basque j'ai un jardin"sauvage" et les insectes s'y plaisent. Je vais vite construir des hotels avec mon petit-fils de 7 ans.Bravo aux villes qui vont en faire autant. C'est une idée pour les écoles.

vendredi 20 Aout 2010 à 09:06 Par daviaud claude
 

bravos ,très bien cette initiative , sans ces amis nul vie sur cette terre.Bannissons pesticides insecticides et tout traitements chimiques de nos campagnes et jardins .Laissons un coin de friche au fond du potager.Plus jamais d'engrais chimique et de d'herbicides.
AU SECOURS DANGER IMMINENT

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !