Les piscines naturelles : entre jardin d’eau et étang de baignade !

 

Mare des eaux polluées envahies de produits chimiques ? Envie d’un retour aux sources dans une eau plus belle, plus saine et plus naturelle ? Les piscines biologiques sont faites pour vous ! Ce concept de piscine écologique invite la nature à reprendre ses droits.

Qu’est-ce qu’une piscine naturelle?

Appelées aussi baignade/piscine biologique,  piscine écologique ou encore étang/bassin de baignade, la piscine naturelle est régulée par l’activité de la faune et de la flore qui filtre mécaniquement l’eau : elle se base sur le principe de l’assainissement naturel. On cherche donc à reproduire un écosystème naturel au sein du bassin. Choisir une piscine biologique plutôt qu’une piscine classique, c’est  concilier le respect de la nature et la recherche de bien-être : on se situe dans une démarche éco-responsable.

Fonctionnement de la piscine naturelle


La piscine naturelle se compose de 3 zones : un bassin de baignade/natation où le particulier peut se prélasser, un bassin d’épuration et de filtration où les plantes aquatiques purifient l’eau, et un espace de régénération où l’eau est oxygénée au moyen de cascades. Sur un système de vases communicants, chaque étang est traité par un autre. Le système mécanique (pompage électrique) qui sert à transporter l’eau du bassin de natation vers un bassin de transition est optionnel, on peut également opter pour une autonomie biologique totale en reproduisant les conditions d’un bassin naturel. Le traitement de l’eau se fait dans le bassin de filtration, en particulier dans la zone de lagunage, habillée de plantes (menthes aquatiques, joncs, roseaux, massettes…). Les racines des plantes libèrent des bactéries nécessaires à l’épuration de l’eau. Ces mêmes bactéries absorbent ensuite les matières organiques polluantes contenues dans l’eau et les transforment en éléments nutritifs pour les plantes : le nettoyage quotidien des bassins est donc calqué sur le cycle la nature.


Conseils et préparation pour votre piscine naturelle


Avant de vous lancer, penser à l’implantation et à l’orientation de votre piscine. La luminosité naturelle du soleil est essentielle pour alimenter les plantes épuratrices, néanmoins, un excès de chaleur anéantirait leur survie. Il faut donc préférer un espace semi-ombragée. D’autre part, prévoyez une zone assez importante pour supporter tous les bassins et donc des travaux de terrassement plus couteux que pour une piscine classique.  Pour faire construire une piscine naturelle, seule une déclaration préalable de travaux est nécessaire, le permis de construire sera demandé dans le cas où la profondeur de la piscine excède 2m et que la surface dépasse les 100m2. Il n’y a aucune contrainte pour les piscines naturelles en terme de réglementation car le code de l’urbanisme ne les reconnait pas, ainsi, il n’y a pas d’obligation concernant le contrôle de l’eau ou la sécurité (bâche, alarme, barrière).

Les avantages et inconvénients de la piscine naturelle


Tout d’abord, parlons de la démarche écologique. L’eau n’est pas traitée via des produits chimiques (poudre de PH, pastilles de chlore), donc ce type de piscine permet de se baigner dans une eau douce non contaminée. Il n’y a donc ni utilisation de produits synthétiques, ni rejet de ces derniers, ni pollution olfactive. De plus, cela permet à des petits organismes de cohabiter (plantes, insectes, grenouilles, poissons).  En ce qui concerne le fonctionnement, la piscine naturelle s’entretient de façon quasi autonome. Elle nécessite moins d’électricité si le système fonctionne sans pompe, on obtient alors une grosse baisse dans les coûts d’entretien. De plus, la présence d’un local n’est pas nécessaire! En terme d’entretien, le nettoyage du fond du bassin de natation à l’aide d’un aspirateur ou d’un robot et la taille des plantes aquatiques dans la zone de lagunage une fois par an est suffisant, ce qui fait également baisser le coût de main d’œuvre. En hiver, le bassin se fond dans le paysage et l’eau de pluie ne crée pas de déséquilibre car la vie aquatique va la recycler. En ce qui concerne les inconvénients de la piscine naturelle, le point le plus désagréable est l’évaporation de l’eau en grande quantité, il faut donc pallier à ce manque par la récupération d’eau de pluie par exemple. D’autre part, la zone de végétation ne doit pas être trop exposée sous peine de voir une prolifération d’algues en grande quantité. Ne pas dépasser non plus une température aquatique de 24 degrés pour ne pas développer les bactéries.

Fiscalité et coûts de construction de la piscine naturelle


Au niveau fiscal, il y a une différence entre un bassin de baignade et une piscine traditionnelle. Cette dernière sera forcément soumise à l’impôt, tandis que les piscines naturelles sont traitées au cas par cas (car la réglementation est absente pour cet aménagement). En ce qui concerne les impôts locaux,  ils sont dus, puisque toutes les piscines, quelles qu’elles soient, sont considérées comme des dépendances bâties isolées. Quant à la taxe d’habitation, et la taxe foncière, elles sont dues pour la surface de n’importe quelle piscine.  En conclusion, la piscine naturelle n’est pas forcément imposable mais elle est soumise à des taxes diverses.   Selon les matériaux utilisés, les surfaces à travailler et les méthodes employées, les prix varient beaucoup. Notons tout de même qu’une piscine naturelle, réalisée par un professionnel (conception paysagère, travaux de maçonnerie, terrassement…) vous coûtera entre  350 et 1200 euros/m2 tandis qu’en auto-construction, on estime que la totalité des travaux sera comprise entre 2000 et 10000 euros, les économies principales se faisant bien évidemment sur la main d’œuvre. Notez que pour la même surface, une piscine naturelle coûte 10 à 20 % plus chère qu’une piscine classique. A vous d’estimer vos talents de bricoleur, le temps et le budget que vous avez à disposition !

Aménagements, Equipements et coûts annexes de la piscine naturelle


Il faut par la suite compter les coûts annexes et facultatifs qui relèvent plus de la décoration ou de la sécurité. La création d’une margelle ou d’une plage autour du bassin de baignade peut se faire en matériaux naturels, le principe étant de rester dans un esprit nature et non de casser avec des matériaux industriels tels que le béton. Les matériaux les plus plébiscités restent la pierre (ou les galets) et le bois rainuré (pour éviter les glissades). Toujours pour une raison écologique, évitez les bois traités et préférez ceux naturellement imputrescibles (Le tek, l’iroko, l’ipo). Ces essences restant assez chères, comptez entre 40 et 100 euros/ m2. Un pool house avec une douche solaire peut également faire son apparition ; ajoutez alors à votre budget, une dépense comprise entre 2000 et 40000 euros pour cette construction et 100 euros pour les premiers modèles de douches solaires. Les plantes nécessaires à la filtration de l’eau sont un achat indispensable : la végétation sert d’énergie naturelle ! Privilégiez des plantes adaptées à votre région, à vos sols et à votre climat. Comptez 20 euros pour chaque plante en moyenne. En terme de sécurité, il est préférable de s’équiper d’une alarme piscine (entre 200 et 500 euros), d’une barrière (entre 15 et 30 euros le mètre) et d’une bâche (environ 1000 euros pour une surface de 200 m2). Enfin, le budget moyen d’entretien  pour une piscine de 50 m2 est de 500 euros pour un bassin de baignade contre 1000 euros pour une piscine classique.

Les petits "plus" 100% écolo


Si vous souhaitez avoir une piscine qui respecte au plus près l’environnement, ne faites pas de maçonnerie et utilisez la terre dans la confection des bords de la piscine. De plus, n’utilisez pas d’UV servant à stabiliser l’eau, le soleil s’en chargera. Enfin, remplissez votre piscine uniquement avec de l’eau de pluie, aussi bien pour le remplissage de départ que pour le maintien constant du niveau de l’eau de baignade.

 

Il n’est jamais trop tard pour le développement durable ! Notez qu’il est toujours possible de transformer votre piscine traditionnelle en piscine naturelle en commençant par exemple par l’installation d’un système de filtration afin que la piscine puisse s’auto-nettoyer ! 

En conclusion, le coût d’une piscine naturelle est important mais il s’agit avant tout de vivre en parfaite harmonie avec l’environnement !

 

Pour plus d’informations sur les piscines naturelles, veuillez-vous referez à notre site  http://piscine-naturelle.durable.com/

Publié par Rédaction Durable
le jeudi 23 Mai 2013

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !