Les fournitures scolaires écolos de la rentrée

 

Les fournitures scolaires écolos ont la cote et l’aval ministériel ! L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie et le Ministère de l’Ecologie et du Développement durable sont sur les rangs pour aider les consommateurs à acheter écolo et durable en cette fin de mois d’août. Car pour beaucoup d’entre nous, qui dit fin de vacances d’été, pense immédiatement aux courses de la rentrée.


fourniture-scolaire-ecologique


De nombreux produits comme les cahiers, les classeurs ou encore les tubes de colle, les correcteurs, les stylos, les feutres et les surligneurs ont un impact non négligeable sur l’environnement ou la santé : bourrés de solvants et autres substances toxiques ou tout simplement gourmands en ressources, mais bien souvent nécessaires à la scolarité de nos enfants, difficile de s’en passer ! Pas de panique néanmoins, il existe souvent des versions écolos de tous ces articles de papeterie courants.

Au cœur des rayons, c’est bien la loi de la « jungle des labels », comme la nomme le Ministère, qui règne ! Pas aidé, il est vrai, par l’affluence record dans les magasins et hypermarchés, le consommateur est bien souvent perdu face à l’offre pléthorique de produits dits « écolos », ou encore éco-responsables, bardés de labels comme autant de promesses de bonne conscience verte. Il en est néanmoins auxquels on peut se fier, comme l’Ecolabel européen, ou encore la marque NF Environnement pour le marché français. Certains labels étrangers sont également gages de qualité environnementale comme l’écolabel allemand Blue Angel ou encore le Nordic Environmental Label des pays scandinaves. Tandis que les mentions FSC et PEFC indiquent que les produits de papeterie proviennent de forêts exploitées de manière durable.

La seule question, à quel prix ? Si l’ADEME soutient que les cahiers NF Environnement sont loin d’être les plus chers, et se situeraient plutôt au milieu de la gamme des prix, qu’en est-il des autres fournitures ? D’autant que la facture de la rentrée s’avère déjà plutôt salée !

Pour concilier bonne volonté écologique et respect des coûts, le premier réflexe à avoir n’est autre que de passer outre la vieille tradition qui voudrait jeter cahiers et trousses au feu, avec la maîtresse au milieu, une fois les grandes vacances venues ! Faites l’inventaire des fournitures qui restent de l’année scolaire écoulée : ciseaux, gommes, règles, trousses et cartables n’ont pas nécessairement besoin d’être renouvelés chaque année.

Le cartable, justement, cristallise une bonne partie de l’attention : véritable marqueur social, le cartable est souvent perçu comme le baromètre de la popularité dans la cour de récré. Mais la nouveauté, c’est que l’on comptabilise désormais son impact environnemental : de sa fabrication à son élimination, un cartable représente 59 kilogramme de dioxyde de carbone, soit ce qu’émettrait votre enfant s’il subtilisait votre voiture pour une petite virée de 370 kilomètres. Balèze pour quelqu’un dont les pieds ne touchent pas encore les pédales, sans parler du permis.

Bref, il vous faudra dans la mesure du possible et de l’usure, tenter d’éviter le passage automatique au rayon cartables, au risque de passer pour un éco-dictateur auprès de votre progéniture. Difficile en effet de faire avaler à nos chères têtes blondes que le cartable de l’année dernière fera aussi bien l’affaire que le modèle dernier cri que tous les copains arborent déjà ! Il ne reste plus qu’à espérer que l’éco-consommation devienne à la mode dans les cours de récréation.

Ou alors s’en remettre à l’ éducation aux éco-gestes au quotidien : mieux consommer et ne pas gaspiller, ce n’est pas seulement à trois jours de la rentrée que cela s’inculque et s’apprend, mais bien toute l’année. D’autant que la solution passe aussi par une consommation et un mode de vie raisonnés tout au long de l’année : privilégier les stylos plume à réservoir aux stylos bille ou aux cartouches, ou encore aller à pieds ou à vélo à l’école plutôt qu’en voiture etc…

Il faut « saisir l’occasion des traditionnelles courses de la rentrée scolaire pour sensibiliser les enfants aux impacts de la consommation sur l’environnement », comme le préconisent l’ADEME et Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Trasnports et du Logement. Mais ensuite il faut tenir les bonnes résolutions de début d'année sur le long terme !

Publié par Isabelle Tissot
le lundi 29 Aout 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
lundi 29 Aout 2011 à 17:35 Par le mataf
 

L'écologie vu par des politiques , du pipeau !
Comment vont faire les petites gens pour fournir à leurs enfants de tel fournitures scolaire hors de prix ,c'est peut-être cette rigolote de ministre sans doute qui va pondre une loi à la sarko ?.
Un stylo à plume vous avez dit? ces chères têtes blonde ne savent pas écrire avec une plume ;
Allez en classe à pied ou à bicyclette ,bon pour les citadins car à la campagne les transports en commun ne sont pas adapter pour les enfants isolés .
Ces fournitures fabriquées en chine ne sont pas chères ,mais le citoyen lambda n'a pas d'autres alternatives que d'acquérir ces produits là souvent dangereux pour leurs santé.
Tant qu'aux parents ne vous laissez pas manger par vos rejetons lord de l'achat du cartable ou autre chose ,c'est ça et pas autre chose point à la ligne!
Comme pour les maternités sarko et sa bande doivent redonner les richesses volées aux laborieux ;
"LIBERTE" des marchands " EGALITE" va te faire foutre! "FRATERNITE" tu peut crever
Cocorico ! VIVE LA FRANCE

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !