Le verre comme source lumineuse

 

 

Après les LED, ces mini ampoules basse consommation qui ont coloré nos intérieurs, découvrons aujourd'hui le premier verre émetteur de lumière ! Après plusieurs années de recherche et de développement, l’entreprise française de design Saazs, en partenariat avec Saint-Gobain, présente le Planilum, le premier « verre actif éclairant ». Encore très élitiste pour le moment, il devrait se démocratiser d'ici à 2012.

 

 

                                         Hyphen Tomas Erel pour Saazs 2009

 

 

  • La lumière évolue

 

Le panorama de l'éclairage a basculé. Les ampoules traditionnelles sont peu à peu retirées du marché. A la place, des ampoules basse consommation et des LED. Les premières consomment peu d'énergie, mais contiennent du mercure, un métal toxique. Les petites LED pourraient être une solution écologique d'avenir... si elles n'étaient pas si éblouissantes ! Mais une nouvelle technologie voit désormais le jour : le planilum, un verre plat émettant de la lumière. Développé par Saazs et Saint-Gobain Innovation/Quantum Glass, il s'agit du " tout premier verre qui éclaire efficacement sans éblouir, ni chauffer ni polluer. "

 

 

  • La Planilum : Révolution de l'éclairage

 

Ainsi c’est un nouveau chapitre de l’histoire du design écologique qui s’ouvre. Six ans de recherches, récompensées par une pluie d’Awards, dont un Janus de l’industrie décerné par l’Institut français du design. Si la lumière de ces « lightpieces » s'allume et s'éteint à partir d'un simple interrupteur, plus besoin d'ampoules ni d'une source lumineuse distincte ! La lumière est émise directement par le panneau de verre et son intensité est répartie sur la surface du matériau, recto verso.

 

 

  • Le planilum : un néon évolué ?

 

Ce nouveau matériau éclairant est constitué de plaques de verre refermant un gaz excité par courant électrique, comme pour des néons. La comparaison s’arrête là car le planilum se présente sous la forme de feuilles de 20mm d’épaisseur, éclaire par sa surface plane et consomme seulement 100W pour l’éclairage d’une pièce à vivre de 40m². Une efficacité qui la situe entre une ampoule classique et un néon. La société espère améliorer l’efficacité lumineuse des plaques pour arriver en moins de trois ans au même niveau que celui du néon.

 

 

  • Le planilum : une solution écologique d'avenir

 

Mais côté écolo, le planilum n'a rien à envier au néon. Recyclable à 90%, son impact environnemental est quasi-nul car il est composé uniquement de verre, de phosphore et de gaz naturel. Ce nouveau matériau ne chauffe pas, permettant ainsi de l’utiliser dans un nouveau cadre puisqu’il est de ce fait possible de toucher directement la plaque sans se brûler. Et cerise sur le gâteau, sa durée de vie est de 50.000 heures, soit près de vingt ans d’utilisation !

 

 

Publié par Elodie Hercouët
le mercredi 10 Mars 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
jeudi 18 Mars 2010 à 19:23 Par Barbalili
 

Petite info sur les ampoules à basse consommation, une journaliste scientifique à mesuré les ondes basses fréquences émisent par ces ampoules au mercure et les résultat sont déplorables!! Elles émettent ( seulement quand elles sont allumées) énormément d'ondes à asses fréquences... Qui ont été reconnues cancérigènes si je n'me trompe!! Vivement le Planilum!!

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !