Le resto-bus de Robert

Les Anonymes - La chronique du vendredi

 

 

Voyage culinaire sur quatre roues. Aux commandes, Robert, la petite quarantaine, le sourire joufflu et la bedaine assumée. Au menu, une ligne de bus avalée selon les cafés, restos et autres bistrots en bordure de macadam. Pas d’assiette, ni couverts. Un simple passionné de gastronomie à l’imagination débordante, accessoirement conducteur de bus depuis une quinzaine d’année. Robert joue avec les mots comme avec les mets. On s’y croirait.

 

 

Robert, le chauffeur de bus trois étoiles

 

 

« Bonjour Mademoiselle, qu’est ce que je vous sers ? » « Un ticket tarif normal s’il vous plaît. » « Bien Mademoiselle. Et avec les compliments du chef ! ». Entrée peu conventionnelle à bord du bus de Robert. Le travailleur est conducteur. L’homme, un inconditionnel des fourneaux. Aussi généreux que bavard, il en fait profiter sa clientèle. « Attention, ici on parle de vraie gastronomie. Pas de la cuisine marketing ou de laboratoire. L’authentique ! Celle de ma grand-mère. » Le ton est donné. Marx et compères peuvent aller se rhabiller.

 

Chauffeur-cuisinier

 

Etrange de retrouver un tel passionné au volant d’un bus de ville. « C’est mon grand regret, la cuisine ne sera jamais mon métier. Quand j’étais plus jeune, il m’a manqué un peu de plomb dans la cervelle. Et puis la vie a fait que… Du coup, à défaut de nourrir mes clients, je les transporte ». Une amertume diluée dans un positivisme sans faille. Plutôt que de se morfondre sur une orientation loupée, Robert transforme le voyage de ses passagers en découverte des restaurants et bistrots qui longent le trajet.

 

Robert les a quasiment tous testés. Alors, il conseille et déconseille. Son savoir est encyclopédique. Pour chaque plat, Chef Robert cite les meilleures adresses. « La cuisine se partage, mais pour les adresses les plus incroyables, je ne les donne qu’aux vrais passionnés. Ce serait comme donner un grand Bordeaux à un Anglais. Il vous l’engloutirait sans même l’apprécier ! »

 

Top chauffeur

 

Le tout agrémenté de recettes ou souvenirs culinaires. Un régal ! Les passagers, beaucoup d’habitués à cette heure de la journée, mangent les paroles du cuisinier-chauffeur. « Alors Madame Dumond, elle était comment votre poule au pot ? » La mère de famille trouvait que sa volaille n’était pas assez tendre en fin de cuisson. Problème résolu grâce à Robert !

 

Le sujet du jour ? La finale de Top chef, l’émission sur M6. Robert est déçu. Il avait misé sur un candidat éliminé en demi-finale, Paul-Arthur. « J’aimais bien ce garçon. Il avait du style. Mais je suis quand même content de la gagnante. Elle a l’air solide, elle a la technique et elle sait de quoi elle parle. Pas comme ce Lignac. Je me demande bien à quoi il sert ! » Le coup de frein est à la mesure de l’estime portée au membre du jury de Top Chef…

 

Brigade et amendes

 

Le feu repasse au vert et l’arrêt est en vue. « Attention voilà la brigade ! J’espère que vous avez poinçonné vos titres de transports ! » La brigade n’est autre qu’un groupe de contrôleurs prêt à dégainer pour les passagers clandestins. Fins connaisseurs du personnage, ils blaguent avec le conducteur. « Alors Robert, les amendes tu les sens comment ? Saignantes ou à point ? » Dialogue surréaliste. Le carnage n’est finalement pas au rendez-vous. Les chasseurs de gibier égaré reprennent leur route.

 

Et le métier de chauffeur dans tout ça ? « Et bien vous voyez ? J’occupe les gens, je lance les sujets. Je fais l’animation ». Non mais la pénibilité, les grèves, les usagers impolis, les accidents ? « Non mais ça c’est pour les journalistes ! Moi j’aime mon métier parce que je peux partager ma passion. C’est juste ce qu’il faut retenir. Vous imaginez la chance que j’ai ? Et puis vous savez, les gens vous leur parlez de quelque chose qui les branche et ils sont sympa avec vous. Et la bouffe, c’est culturel ! ». Bavard sur la cuisine, quasi muet sur son métier, difficile d'en savoir plus. « Je demande rien de plus que de gagner suffisamment pour me faire un vrai bon resto de temps en temps ». Robert, chauffeur de bus trois étoiles.

 

 

Crédits : Fantini&Rossini - Fotolia.com

 

Publié par Delphine Rigaud
le vendredi 15 Avril 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
vendredi 15 Avril 2011 à 13:18 Par Falaina
 

Il est midi et quart en Irlande, je viens de lire cet article, et maintenant... j'ai les crocs ! De gastronomie française, par ce que, quoi qu'on en pense quand on vit en France, on est quand même super bien lotis question qualité des produits.

Petite particularité cocoriquesque : je vous assure, cher compatriotes, les français sont, avec les espagnols et les italiens, un des seuls peuples à parler de bouffe... à table et la bouche pleine :) ... Dieu que ça me manque !

vendredi 15 Avril 2011 à 11:34 Par jpgene
 

Mais il est où ce bus là???

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !