Le péril vert : algues toxiques et OGM

 


Y a du rififi dans l’air entre les agriculteurs et France Nature Environnement (FNE). A trois jours du populaire salon de l’agriculture, le collectif FNE (3 000 associations) a lancé une campagne d’affichage choc contre les excès de l’agriculture intensive. Des images qui font grand bruit dans le monde agricole, mais aussi du côté politique. Voici le match Nathalie Kosciusko-Morizet vs Bruno Le Maire qui s’indigne plus de l’image donnée aux éleveurs que des algues vertes toxiques sur les plages. Enfin l’écogeste : mangez Ariane, la pomme bien sûr, sans traitement et presque sans pesticide. 

 

 

Pollution algues vertes

 

 

France Nature Environnement choisit la manière forte pour faire bouger les belles promesses du Grenelle de l’environnement pour une agriculture de qualité. C’est dans le rôle de « Tontons flingueurs » que l’association croise le fer contre la culture des engrais et le business du système productiviste de l'agriculture : toujours plus de rendements !


Finie donc la communication « politiquement correct » et place désormais aux visuels provocs (un homme pointe un épi de maïs sur sa tempe) pour alerter sur la dangerosité des OGM, les ravages des engrais sur l’appauvrissement des sols, la pollution des nappes phréatiques (nitrates) et la prolifération toxique des algues vertes sur le littoral breton (50 000 tonnes chaque année).

Côté politique, le buzz des images chocs gagne nos ministres. 

 

Il y a comme qui dirait du grabuge entre Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet. C’est un « scandale » et une « provocation » pour Bruno Le Maire. Mais pas du tout monsieur le ministre, lui rétorque Nathalie Kosciusko-Morizet (ministre de l’Ecologie), c’est un « droit d’expression » qui est au cœur du principe de concertation du Grenelle de l’environnement avec la société civile.

 

L’action militante dérange, surtout quand elle bouscule la puissante fédération agricole (FNSEA) : après le tollé des organisations professionnelles d’élevages de porc, la censure de la régie publicitaire RATP, c’est au tour du Conseil régional de Bretagne de dégainer : une plainte contre FNE pour atteinte à « l’image de la région ».

Une chose est sûre, en plein salon de l’agriculture, Bruno Le Maire qui signe la rubrique « personnalité de la semaine » se prépare à ce que Michel Audiard appelait « des nuits blanches, des migraines, des nervous breakdown comme on dit de nos jours ».

 

Agriculteurs = pollueurs ? Partagé entre la « consternation et la « colère », le ministre de l’Agriculture n’y voit qu’un grossier amalgame dans cette campagne pub au lieu de se pencher sur les moyens pour lutter contres les algues vertes. Non monsieur le ministre, le visuel de la plage envahie d'algues vertes pour la campagne n’est pas un grossier photomontage.

L’écogeste cette semaine : mangez, croquez, dégustez la pomme Ariane, c’est bon pour la santé. 

« Mangez des pommes », vous connaissiez la chanson et la satire (férocement drôle) qui visaient la campagne de Jaques Chirac (1995). A l’approche du feuilleton présidentiel de 2012, un futur candidat appellera peut-être à manger la pomme Ariane.

Ferme et acidulée, cette variété de pomme est naturellement résistante aux races communes de la tavelure ; ce qui permet d’utiliser moins de pesticide. Disponible d’octobre à mai sur les étales marchandes, la pomme Ariane est aussi en dégustation au salon de l’agriculture. Alors croquez-là ! 

 

 

Photo : iStockphoto


 


Publié par Christophe Baudouin
le mardi 22 Février 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
jeudi 5 Mai 2011 à 10:52 Par Christophe Baudouin
 

Action en justice annulée contre France Nature Environnement. La Région Bretagne retire sa plainte suite à la campagne choc de FNE contre les algues vertes.

vendredi 25 Février 2011 à 12:09 Par jo
 

pour reprendre l'expression de @jeans. Mr Lemaire, ce qui est un scandale c'est que vous ne connaissiez rien à l'agriculture !!!! C'est honteux de voir son ministre de tutel sur un plateau télévisé et incapable de répondre à des questions aussi bêtes comme la saison des poires ou reconnaître une race de vache sur une photo. Honte à vous !!! Et en plus vous faites le malin. Il paraît que les affaires étrangères vous attirent.... Et bien allez-y !!! Et arrêtez de salir notre profession.

Pour répondre @nervousbd, je suis paysan et je milite pour une agriculture paysanne. Ce qu'il faut ce n'est pas changer et critiquer les agriculteurs et paysans, mais bien le système! Aujourd'hui, c'est toujours plus de rentabilité, plus de pognons pour les mêmes.... Les lobbies agricoles. Alors oui des efforts ont été faits, mais pas dans le bon sens et pas suffisamment. Je veux pouvoir me regarder en face quand je vais bosser dans mes champs. Et c'est pas avec les OGM et les pesticides ou les conditions d'élevages que l'on connaît que tout cela va changer. Si on veut que les écolos nous traitent avec respect et reconnaissent qu'on peut aider à sauver l'environnement, posons nous les bonnes questions. Et demandons aux pouvoirs publics de financer de VRAIS projet de développement durable ! Parce que c'est clair, tout seul on y arrivera pas. Environnement et agriculture c'est pas incompatible!

mardi 22 Février 2011 à 22:35 Par nervousbd
 

OUI les algues vertes se déversent sur le litoral chaque année. OUI elles profitent de l'eutrophysation des eaux de surfaces et donc du milieu marin. Mais ce genre de campagne fait fit complètement des efforts gigantesques opérés par les agriculteurs au prix de mises au normes de leurs élevages, à l'adaptation des pratiques agronomiques et souvent aussi par la disparition des exploitations car elles n'étaient plus viables. Cette campagne ignore aussi que les algues profitent aussi de la pollution domestiques (les 3/4 des assainissements individuels sont hors normes et l'habitat est très dispersé en Bretagne) alors qu'est ce qu'on fait des stations balnéaires qui multiplient leur population par dix en été? On vire les gens? Marre de supporter les annneries de ces parigos en mal d'écologie.
Signé un écolo avant l'heure qui vit et travail jour et nuit (je suis véto) au contact des agriculteurs bretons

mardi 22 Février 2011 à 13:37 Par Finette
 

Enfin! On va peut-être enfin oser dire et peut-être enfin oser faire! Voici deux décennies que l'on sait où l'on va avec nos pratiques agricoles (culture et élevage) aberrantes. Il y a vraiment urgence à freiner la course aux rendements et au fric. Il y a seulement trois semaines les Tunisiens demandaient "du pain et de l'eau" en même temps que la démocratie! Nous sommes en train de créer - et pas seulement en Europe - une société clivée entre ceux qui pourront s'offrir des produits de qualité et donc les moyens de mieux survivre et les autres. Car nous sommes ce que nous mangeons et la démocratie c'est d'abord pour tous la possibilité de manger et boire correctement, quitte à apprendre à dépenser un peu plus pour cela, à s'informer (et être informé) et à se prendre en main pour s'approvisionner et préparer les repas, à boycotter ce qui est pur rendement, ce qui vient de trop loin ou est "préfabriqué" avec n'importe quoi. Il y a à faire un travail de responsabilisation autant du côté des agriculteurs-producteurs que de celui des consommateurs. C'est, aujourd'hui, un aspect essentiel du progrès.

mardi 22 Février 2011 à 12:58 Par Steph
 

Ce que peu de commentateurs ont relevé depuis le début de cette polémique, c'est que les pouvoirs publics ont été fort prompts à s'émouvoir d'une prétendue accusation des agriculteurs, et conséquemment à voler au secours d'une profession qu'ils présentent comme injustement attaquée.
Si le sommet des syndicats dominants semble soutenir cette vision tronquée, la "base" des agriculteurs et paysans est, elle, bien plus nuancée : ils sont en effet de plus en plus nombreux à admettre que depuis 40-50 ans ils se sont fait piéger par la course aux rendements, la mécanisation et la chimie industrielle. De même, nombreux sont les agriculteurs conventionnels qui reconnaissent les effets délétères de cette industrialisation sur l'environnement, les consommateurs et les paysans eux-mêmes, ainsi que leurs familles.
Curieusement, syndicats dominants et ministères sont nettement moins diserts sur la lente disparition du consensus industriel-chimique au sein de la base du monde rural. Le réveil n'en sera que plus difficile.

mardi 22 Février 2011 à 10:20 Par mataf
 

A la solde des puissants des empoisonneurs et de la fnsea tu es ministre .
Tous comme tes prédécesseurs tu manque de courage et doublé d' un démago comme ton gouvernement.
Laisse les vrais agriculteurs (bio et ceux qui ont consentis à faire d'énormes efforts afin de nous faire consommer des aliments plus saints )moins de chimie,moins de production

mardi 22 Février 2011 à 08:24 Par jeans
 

Mr Le Maire, ce qui est un scandale, ce n'est pas les affiches de FNE, mais la réalité des côtes de Bretagne !

mardi 22 Février 2011 à 08:06 Par GEGE2
 

Si les vrais paysans défenseurs de notre beau territoire et ardents défenseurs de notre bien etre s'unissaient avec tous les défenseurs de la nature contre les lobbies industriels (le tueur des petits paysans du monde:MONTSANTO entre autres)et la grande disribution nous pourrions préparer un vrai avenir à nos enfants!!!

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !