Le lycée Kyoto de Poitiers à zéro énergie fossile

 



Objectif zéro énergie fossile pour le lycée Kyoto de Poitiers. Depuis la rentrée de septembre 2009, les apprentis cuisiniers et serveurs du lycée technique de Kyoto inaugurent un établissement innovant en termes d’éco-conception. A la baguette, l’architecte François Gillard qui est à l’origine de la création d’un lycée de 500 élèves 100 % énergie propre. 

 

 

Angles sur l'anglin

                              Angles sur l'anglin dans le Poitou-Charentes (crédit photo : bluesky6867 - Fotolia)

 

 

  • Le processus du zéro énergie fossile


Façade du Lycée Kyoto de Poitiers Architecte concepteur, François Gillard réussit le pari du lycée écologique de Kyoto, situé à Poitiers en Poitou-Charentes. Performance : si les calculs sont bons, la facture énergétique annuelle doit désormais s’élever à 35 kilowattheures par mètre carré. Le challenge 100 % énergie propre est à la hauteur de la dimension de ce lycée d’une superficie totale de 16 500 mètres carrés avec à la clé un internat de 54 logements. Initiative lancée par la région Poitou-Charentes en 2004, la qualité de l’isolation est une des recettes de l’établissement qui fonctionne sans utiliser les énergies fossiles. Au programme : épaisseur d’isolants extérieurs conséquents, revêtement d’un bardage en mélèze, façades constituées de fibre de bois et de laines de verre de 25cm.

 

 

  • Production d’énergie renouvelable


Une démarche qui place l'économie d’énergie au centre de la construction pour des travaux réalisés par le cabinet d’architecte SCAU. L’été, ce sont les ouvertures situées au plafond de la verrière qui assurent la ventilation naturelle. L’hiver, la production d’eau chaude provient d’un incinérateur d’ordure destiné à alimenter un réseau de chaleur dans le quartier de Saint-Eloi. L’idée pour François Gillard est de récupérer la chaleur produite par cet incinérateur en pure perte au moment de l’été à l'aide d'une cuve de 1000 m3 d’eau à 90°. Une conception architecturale optimisée également via des murs en béton qui ont pour but de « conserver l’inertie thermique » du bâtiment. Ainsi, la mise en place d'un processus performant d’isolation permet de garder la chaleur ou la fraîcheur en fonction de la variation des températures saisonnières.     

 

 

  • Photovoltaïque et micro-cogénération


Lycée technique de Kyoto Baptisé du nom du protocole environnemental signé en 1997, le lycée Kyoto se met à la page des énergies renouvelables. Une installation panneaux solaires photovoltaïques de 800 mètres carrés assure en partie la production d’électricité. Pour compléter les besoins en électricité de l’établissement, un système de micro-cogénérations a été installé et fonctionne à partir d’huile de colza. Les deux micro-cogénérations ont pour objectif également de pallier à la baisse en température de la cuve et de restituer la production des 90° de chaleur pour tenir jusqu’à l’hiver.

 

 

Une initiative soutenue par le bureau d’études Cosyrest pour une consommation annuelle du lycée de Kyoto de 35 KWh/m2. Soit une facture énergétique en terme de chauffage qui est 12 fois moins élevé et 32 fois moins concernant la consommation totale d’électricité qu’un lycée respectant les normes thermiques européennes de 2004.    

 



Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?
Envoyez vos propositions à christophe@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le mercredi 3 Mars 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mercredi 3 Mars 2010 à 15:25 Par Christophe Baudouin
 

@Monique Meiss
Merci pour ces encouragements !

Aucune idée si le meilleur des mondes se trouve ici, toujours est-il que vous pouvez déjà relayer cette information : Groupe Durable.com est un des leaders sur le développement durable avec 1 million 400 visiteurs uniques par mois sur l'ensemble de ses sites web avec ideesmaison.com, Durable.com et veosearch...

Bonne journée

mercredi 3 Mars 2010 à 14:51 Par monique meiss
 

Pour ce site : BRAVO ! BRAVO !
Le meilleur des mondes se trouve ici !
Bel exemple pour notre jeunesse " a-dorée " ou " à dorer "
J'ai déjà transmis à ma petite voisine qui a pris ce problème à bras le corps ... Elle vit dans le midi et moi à Paris , grand merci pour elle !!! Monique Meiss

mercredi 3 Mars 2010 à 11:32 Par Guenaut Jacques
 

Je cherche un job et une formation dans ce domaine

mercredi 3 Mars 2010 à 06:31 Par Catapano
 

l'autorité de la construction doit fournire avec le permis deconstruire,l'information sur
les moyens que l'on dispose et faire que les enormes gachi dans la construction notamment publique soit interdites. lespossibilitées

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !