Le dilemme nucléaire de la transparence

 


Stop aux « investissements radioactifs » ! Greenpeace part en croisade pour dénoncer le financement de projets nucléaires par les grandes banques. Et BNP Paribas est bien dans la ligne de mire de l’ONG. L’Union française de l’électricité (UFE) fait les comptes et met en ligne les pannes des centrales nucléaires et électriques. Sophia Majnoni de Greenpeace signe la rubrique « personnalité de la semaine ». Enfin l’écogeste, une série de lois pour l’abolition du sac plastique en Californie ? 

 


                                        

centrale-nucleaire



Vers plus de transparence pour le parc des centrales électriques et réacteurs nucléaires français ? Mardi dernier, l’UFE a décidé de mettre en ligne des informations fiables sur la sécurité des installations. Et c’est le top de la semaine !   

« Ces informations comporteront le nom de l’unité de production concernée, sa puissance, la date et l’heure de l’incident. Elles seront complétées au plus tard le lendemain par les causes de l’arrêt et la date estimée de remise en service », souligne l’association. Rendez-vous donc sur le site Internet du réseau de transport d’électricité (RTE). 


« L’Inde merveilleuse… Ses saris, ses couleurs, son Taj Mahal… Et ses réacteurs nucléaires en zone sismique financés par la BNP. » Greenpeace lance sa campagne et épingle BNP Paribas pour ses « investissements radioactifs ». Voici le flop de la semaine !

Mais où va notre argent ? C’est la question que s’est posée Greenpeace en enquêtant sur les placements bancaires dans le nucléaire. L’ONG alerte sur l’opacité de ces financements et la dangerosité des sites concernés. A Jaïtapur (Inde), deux réacteurs EPR seraient en construction sur une faille sismique. Angra3 (Brésil), c’est l’autre chantier controversé avec des normes de sécurité qui dateraient d’avant la catastrophe de Tchernobyl.


Dans la rubrique « personnalité de la semaine », Sophia Majnoni (spécialiste nucléaire Greenpeace) lance son coup de gueule suite au projet EPR de Jaïtapur : « Pourtant, l'Inde n'a pas signé le traité de non-prolifération (TNP) et la sécurité de ses installations nucléaires est très insatisfaisante. Ce pays ne dispose pas d'une autorité de contrôle de sûreté indépendante (…) Malgré cela, quatre banques (HSBC, BNP Paribas, la Société générale et le Crédit agricole) sont prêtes à financer ce projet, dangereux d'un point de vue industriel, mais très sûr d'un point de vue financier, grâce à la garantie de l'Etat français… » (Alternatives Economiques)


Enfin l’écogeste, une série de lois pour l’abolition du sac plastique en Californie ?

C’est officiel, Arnold Schwarzenegger est en guerre contre le sac plastique. Après l’échec de l'été dernier, le gouverneur de l’Etat de Californie est bien décidé à mettre un terme à cet objet polluant inscrit dans nos modes de vie. Pour votre information, un sac plastique non biodégradable met plus de 400 ans à se dégrader...

 

 

 

Photo : énergie nucléaire / iStockphoto

 

Publié par Christophe Baudouin
le samedi 18 Décembre 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !