Le Cabaret Vert sur la route de l’éco-festival

 

 

Charleville-Mézières, le Cabaret Vert, ça vous parle ? Certes, la caisse de résonnance médiatique est moindre comparée aux poids lourds que sont devenus les Vieilles Charrues, les Francofolies ou les Eurockéennes de Belfort. Ici, pas d’armada publicitaire d’Heineken ou de Coca Cola. L’éco-festival Rock et Territoire du Cabaret Vert, ce sont trois jours de concert (26, 27, 28 août) éco-responsable, alternatif et à visage humain au cœur d’une zone géographique pas franchement prisée des touristes : les Ardennes.  

 

Le Cabaret Vert sur la route de l'écofestival

 

48 000 festivaliers, 2 scènes live pour 30 artistes programmés, l’association FLaP récidive en musique, en ateliers graff et en BD avec le Cabaret Vert. C’est la 7e édition et quelques grands noms de la scène pop rock répondent présents : Peter Doherty, Iggy & The Stooges. Atypique ? Oui, car le but n’est pas de faire venir les plus grosses rock stars de la planète, mais de créer un événement musical de qualité sur le site du square Bayard de Charleville-Mézières ; autant vous le dire, hors des sentiers battus. Le tout dans une démarche de valorisation des entreprises locales et dans un esprit de biodiversité culturelle (musiques actuelles de la région). 

 

Le Cabaret Vert ne se distingue pas seulement par ses toilettes sèches et ses 100 points de tri sélectif. Dans ce trou de verdure, on a imaginé une Charte de l’ Environnement. A côté de la logistique des bennes à ordures ménagères ou pour les traditionnels gobelets plastiques, les modes de production artisanale sont privilégiés. Pas de produits industriels et donc moins d’emballages plastiques à traiter. Pour les amateurs de bière, prière de s’adresser aux brasseurs locaux ou aux bières Trappistes belges Chimay. Agir local, pensez global. Une méthode qui a permis de rapporter 1 710 000 € dans les caisses de Charleville-Mézières. 

 

Cabaret Vert, Jean Perrissin programmateur et auteur de la Charte de l’Environnement 

 

Jean Perrissin et le Cabaret Vert, une histoire de festival pas comme les autres. « Sur scène, pas de pub Heineken ou Kronenbourg. Nous avons des messages de sensibilisation pour la collecte des déchets
« Ici, je trie aussi ». (…) A même le site, nous avons nos ateliers de confection bois, plastiques pour la décoration et de stockage du matériel qui est réutilisé chaque année. Ça nous évite des va-et-vient coûteux de camions pour transporter la logistique. Concernant le montage de la scène, on passe par un prestataire local (Europe Sonorisation) histoire de faire jouer l’économie locale.
»

 

L’identité du festival ? « Cabaret Vert s’est construit comme une alternative aux gros festivals. Le pass trois jours est à 45 euros avec une programmation qui défend la diversité musicale, mais aussi culturelle avec un espace BD, des compagnies d’arts de la rue, un stand graff. Pas de malbouffe, ni d’omniprésence publicitaire des grands groupes de bière. Dans les stands, ce sont surtout des produits artisanaux, avec des limonades, des jus de fruits et des brasseurs de bières locaux. Pour autant, le Cabaret Vert ne se veut pas les universités d’été d’Europe Ecologie. C’est un événement festif et non moralisateur. »

 

La personnalité de la semaine : Tiken Jah Fakoly, artiste ivoirien et philosophe rasta pour une « planète vivable » 

 

Le reggae, l’Afrique et l’engagement citoyen, ça parle à Tiken Jah Fakoly (African Revolution, son 8e album) programmé fin août au Cabaret Vert. « J’ai grandi dans une petite ville de Côte d’Ivoire sans électricité et sans eau potable. Il fallait parcourir deux à trois heures de marche chaque jour pour aller chercher de l’eau dans un puits. Donc forcément, ça forge une conscience écologique. Aujourd’hui encore, quand je suis loin du Mali et en tournée sur des festivals, je fais attention à bien éteindre les lumières et à ne pas gaspiller bêtement l’eau dans les hôtels. »

 

L’écogeste : en TER, en covoiturage ou en vélo, les solutions faibles en CO2 ne manquent pas pour se rendre au Cabaret Vert

 

Sur la route du festival du 26 au 29 août, ce sera TER pour les autochtones de la région Champagne-Ardenne. C’est plus simple, moins gourmand en émission de gaz à effet de serre et aussi moins cher. Pendant les live du Cabaret Vert, les trajets en train TER ou Intercités à destination de Charleville-Mézières sont à moitié prix sur présentation du Pass’Festival. Pour les autres, consolez-vous, il y a toujours le convivial et le très inattendu covoiturage. Festivaliers, des places sont encore disponibles pour un départ de Bruges, Lille et Vannes.  

 

Photo : Rod Le Hiboo

Retrouvez notre dossier fort en décibels :  Faites de la musique éthique et solidaire

Publié par Christophe Baudouin
le mardi 23 Aout 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 30 Aout 2011 à 23:15 Par c4m1ll3
 

Prochaine étape pour Charleville, le festival des marionettes !

mercredi 24 Aout 2011 à 14:33 Par David
 

J'habite a Charleville et je peut vous dire que c'est loin d'être un trou perdu, il y a beaucoup d'animation et bien sur le Cabaret Vert !!! =D

mercredi 24 Aout 2011 à 14:25 Par Christophe Baudouin
 

@nicolas
pour la fierté des habitants de la région, il me semble qu'un certain Arthur Rimbaud est né à Charleville en 1854

mercredi 24 Aout 2011 à 12:22 Par nicolas
 

Entre les Vieilles Charrues et Cabaret Vert, sans hésiter je choisis Vieilles Charrues pr sa programmation. Mais originaire de Champagne-Ardenne, je trouve que c une superbe initiative pour la région, car c clair les clichés de paysans, de trou paumé, de bouseux continuent toujours...

mardi 23 Aout 2011 à 14:42 Par tonton
 

C'est un vrai plan de communication le cabaret vert; parce que les Ardennes eh bah y a pas grand monde qui se déplace pour visiter le territoire; ça au moins le mérite de faire parler des groupes de la région, de Charleville-Mézières, et de montrer que nous aussi dans notre trou paumé on s'est créer un grand festival... on n'est pas des bouzeux dans le 08 nom d'une flûte!

mardi 23 Aout 2011 à 11:42 Par aurore95
 

en un siècle, nous avons détruit, abîmé énormément de ressources que nos ancêtres ont essayé de protéger. Oui l’environnement, l’éco-festival c’est important comme dans l'organisation d'événements si on veut laisser une planète potable à nos enfants.

mardi 23 Aout 2011 à 10:05 Par Lumiere
 

Jouer pour un éco-festival comme le Cabaret Vert ça ne devrait pas être une exception, comme de de bien gérer les déchets et d'appeler les festivaliers à bien trier les déchets. Tous les festivals devraient être responsables normalement, parce c'est du bon sens...parole de scoot

mardi 23 Aout 2011 à 09:27 Par Georges41
 

Diversité musicale, atelier BD, graff, arts de rue, et surtout Iggy & The Stooges sur scène, moi je dis que tu bonheur....et je crois aussi au tangoooo corse

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !