La viande artificielle contre les émissions de gaz à effet de serre

 

Avis aux amateurs de bonne chère. Une équipe internationale de chercheurs a réussi à fabriquer de la viande artificielle de porc. La technique utilisée par ces scientifiques néerlandais est celle de la multiplication des cellules musculaires de porc via un mélange avec d’autres produits d’origine animale. Cette découverte relance le débat sur la production de viande en laboratoire annoncée comme positive par ses partisans pour l’environnement et la santé. 



                        

 

  • De la production de viande sans animaux


En novembre dernier, une équipe de chercheurs néerlandais a franchi un cap au sujet de la viande en laboratoire en améliorant les études sur la manipulation des cellules musculaires. Amateurs de bonne chair, rassurez-vous, la viande artificielle dans vos assiettes n’est pas pour demain. La technique de l’ingénierie tissulaire reste pour le moment au stade de l’expérimentation. En effet, le résultat de cette viande produite sans animaux n’est pas suffisamment probant (les détracteurs parlent d’une viande plate, pas assez « animale » esthétiquement) pour passer à l’étape de la commercialisation.


  • L’élevage intensif du bétail et les émissions de CO2…


Selon l’ organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO), la production de viande serait responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre. L’élevage intensif du bétail est mis en cause, ainsi que  sa culture de l’alimentation avec la fabrication d'engrais à l’aide de sous produits pétroliers, sans oublier les transports pour acheminer la viande. Bref, autant de facteurs qui sont pointés du doigt par les experts dans la production de gaz à effet de serre.


  • Raisons écologiques et sociales


Le débat sur la production de viande en laboratoire fait écho à la défense de grandes causes internationales. Ainsi, les militants pour la défense de l’environnement et de la lutte contre la faim dans le monde se saisissent du travail des scientifiques comme une possible alternative. Produire de la viande à grande échelle serait envisageable avec cette technique de l’ ingénierie musculaire. Mais, reste aujourd’hui à trouver la bonne formule de production économiquement viable. En revanche, d’un point de vue écologique, il est indéniable que la viande artificielle aurait des retombées positives dans la lutte contre l’augmentation des émissions de CO2.

Les chercheurs tablent sur une échelle de 10 ans avant de commercialiser la viande artificielle. « Une personne qui a laissé tomber la viande ne recourra pas à cela parce qu'elle pense que c'est moralement condamnable de manger de la chair, de même que ne recourra pas à cela une personne qui ne veut rien manger de non-naturel », déclara au journal The Guardian Kerry Bennett de la UK Vegetarian Society. Il faudrait peut-être demander l'avis de José Bové sur la question ?



Consultez le rapport de la FAO sur les effets de l'agriculture animale sur l'environnement.


Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?

Envoyez vos propositions à idees@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le mercredi 6 Janvier 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 17 Aout 2010 à 13:08 Par JORIE
 

Je trouve scandaleux de sacrifier des terres arables pour produire de la viande industrielle au lieu de relancer la production agricole (céréales). le bilan nutritionnel est négatif, sans compter le désastre écologique de ces animaux artificiels ou naturels produits à l'échelle industrielle. Cette dérive productiviste aboutira à une alimentation pour les pauvres et une alimentation pour les riches. Ignoble;

samedi 9 Janvier 2010 à 20:28 Par Christophe Baudouin
 

@hu : le débat écologique qui fait rage version dilemme : la vache ou les voitures ?

A toi de voir, ici : http://www.youtube.com/watch?v=zLGOFyZbNFc

samedi 9 Janvier 2010 à 01:04 Par hu
 

Une étude a prouvé que les pets de vaches perturbent le climat! Je me demande bien comment ils ont pu mesurer tout ça!
En tout cas, les végétariens pourront goûter au joie d'un bon steak sans se soucier de leur appartenance !

jeudi 7 Janvier 2010 à 11:33 Par Léonore
 

Et si le débat concernait surtout les pays les plus amateurs de production intensive, à savoir les Etats-Unis ou encore l'Argentine justement?
Si seulement l'élevage se limitait à quelques vaches paissant tranquillement dans un pré, ce serait le bonheur! malheureusement on en est loin... et ene ffet Nadia, la souffrance incroyable infligée aux animaux en élevage industriel n'est pas une question secondaire non plus, mais comme ça ne nous implique pas directement, forcément on est moins concernés!
en tout cas ça fait plaisir de voir tous ces commentaires, preuve que la question commence à effleurer les esprits, enfin. La cause animale dans le problème de l'élevage se résoudra en posant le problème écologique et non éthique, c'est comme ça, mais c'est une solution.

jeudi 7 Janvier 2010 à 10:05 Par Rémy Garrigue
 

Une possibilité de plus est toujours bonne à avoir sous le coude, qu'elle soit appliquée à petite, moyenne ou grande échelle. Cela peut intéresser les gens qui ont choisit d'être végétarien par refus de l'élevage en masse et tout ce que ça implique.

Un petit témoignage pro-veg : je vis en Inde depuis un an, et je ne peux que constater que des centaines de millions de végétarien vivent très bien jusqu'à des ages avancés. De même que d'autres centaines de millions d'hindou qui tournent au poulet et au mouton.
A tout fin utile, je précise que bien que fils de végétarienne, je ne le suis pas moi même.

En tout cas, merci à Christophe pour cet intéressant article.

mercredi 6 Janvier 2010 à 21:58 Par Christophe Baudouin
 

Maxi mea culpa !
Bonne résolution version 2010 : relire non pas 2 mais 3 fois les textes...;-)

mercredi 6 Janvier 2010 à 20:56 Par Pseudo
 

Avis aux amateurs de bonne chère. La chaire est celle où monte Monsieur le Curé pour dire son sermon. Le porc sur la photo est un veau.

mercredi 6 Janvier 2010 à 18:55 Par Finette
 

Le peuple d'ingénieurs que nous sommes devenus et qui ne jure plus que par la technologie est convaincu que la vie ne peut être sauvée que par l'intervention de l'Homme dans tous les domaines, y compris voire surtout dans la nature mais personne n'ose poser la vraie question: pourquoi avons-nous peur de manquer de nourriture (même si nous sommes convaincus qu'on peut se contenter de peu de viande)? Parce que nous savons que pour survivre tous les animaux (dont l'Homme)ont besoin d'une certaine surface de sol et que désormais nous avons conscience que la surface de notre terre est chaque jour plus limitée en raison de la surpopulation. Même une production de viande artificielle ne résoudra pas le problème. La survie n'est pas qu'une question de nourriture, même si pour un temps on arrive à entretenir cette illusion.

mercredi 6 Janvier 2010 à 17:20 Par philippe de Casabianca
 

Les solutions au changement climatique ne peuvent pas passer par une seule solution. C'est comme la santé: on a besoin de divers aliments pour être en bon état. Alors si on peut avoir une agriculture plus saine et plus équilibrée, tant mieux, mais il faudra aussi savoir mieux s'habiller,se chauffer, se déplacer. Robert Kandel le lontre bien cf http://www.cefic.be/Templates/shwNewsFull.asp?HID=1&NSID=730

mercredi 6 Janvier 2010 à 14:37 Par Christophe Baudouin
 

Pour information, la viande en laboratoire reste à l'état d'expérimentation et n'est en aucune manière une mesure destinée à mettre à mal les chefs étoilés de la cuisine traditionnelle française.

Ce qui est sûr, c'est que le législateur devra trancher la question pour garantir le niveau de sécurité de ce produit; si un jour il y a commercialisation.

Christophe

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !