La méthanisation des déchets, les balbutiements de la filière française

 

     

Il est des solutions technologiques dont la mise en œuvre permet de répondre à plusieurs défis écologiques et environnementaux à la fois. C’est le cas de la méthanisation, qui est un procédé permettant de réduire le volume des déchets organiques, tout en produisant de l’énergie et de l’engrais.


 


Pour produire du biogaz, la recette est simple : dans une cuve d’où vous aurez pris soin d’enlever l’oxygène, mélangez des déchets organiques d’origine agricole, agro-industrielle, ménagère ou provenant des collectivités à une bonne dose de bactéries, chauffez le tout à une température comprise entre 35 et 55° et recueillez le gaz qui se dégage. En plus de ce biogaz composé majoritairement de méthane (de 50 à 70%), le procédé de méthanisation par digestion anaérobie permet de récupérer un digestat organique pouvant être utilisé comme engrais, et dont les propriétés fertilisantes sont meilleures que celles du fumier ou du lisier brut.

                             

Mais la valorisation des déchets organiques ne s’arrête pas là. A partir du biogaz obtenu, il est possible de produire de l’électricité, de la chaleur – et pourquoi pas les deux simultanément en optimisant l’installation grâce à la cogénération – ou encore de purifier le biogaz pour obtenir du biométhane. Avec des propriétés identiques au gaz de ville, le biométhane est directement injectable dans le réseau de distribution de gaz pour les usages classiques (chauffage, cuisson, eau chaude sanitaire) ou bien acheminé vers une station d’approvisionnement d’une flotte de véhicules roulant au gaz naturel, comme c’est le cas pour les bus de l’agglomération de Lille par exemple.

 

Si on la compare à l’incinération, à l’enfouissement ou encore au compostage à l’air libre, la méthanisation présente de nombreux avantages environnementaux. La digestion en cuve fermée minimise les dégagements gazeux dans l’atmosphère (méthane, CO2) et limite les odeurs pour les riverains.  Elle permet également de produire localement une énergie renouvelable, et de réduire les émissions de carbone dues au transport du fumier ou des déchets qui sont traités au plus près de leur lieu de production.

                 

Dans un contexte d’augmentation de la consommation de viande et de produits animaux dans le monde, la méthanisation sera une des pistes à privilégier pour réduire l’impact environnemental de l’élevage sur la pollution atmosphérique et la pollution des sols. Par ailleurs, la vente du biométhane ou de l’électricité produite à partir de biogaz, permet aux agriculteurs d’obtenir un complément de revenu stable pendant l’année, tout en utilisant une partie de l’énergie et de la chaleur produite pour leur propre consommation. La filière biométhane participe ainsi à la poursuite des objectifs européens en matière d’énergies renouvelables et d’utilisation de carburants verts.

 


En France, le développement de la méthanisation a donné lieu à des initiatives aussi originales qu’écologiques, comme le projet « Equimeth » développé pour valoriser les fumiers équins des centres équestres des environs de Fontainebleau, ou encore le circuit de récupération des déchets fermentescibles des magasins Auchan dans la région Nord.

 

L’ampleur et le coût des projets constituent néanmoins un frein au développement des installation de méthanisation en France. Ajouter à cela le manque d’expérience par rapport aux pays pionniers comme la Suède et l’on comprend pourquoi la filière n’en est aujourd’hui qu’à ses balbutiements en France. Les décrets permettant l’injection de biométhane dans le réseau de distribution de gaz naturel n’ont été publiés qu’en novembre 2011, et bien que plusieurs centaines de projets soient à l’étude, très peu injectent effectivement aujourd’hui.

             

        

Publié par Laura Françoise dit Miret
le jeudi 28 Juin 2012

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par le mataf
 

France ! France que tu est pénible avec tes hésitations , tes compromis, tes magouilles , tes ni ni! tes oui oui!tes oui mais peut-être! .
Je constate sans étonnement d'ailleurs que ce nouveau gouvernement fait fi de l'écologie (les copains d'abord).
Ceci étant dit ,la méthanisation des déchets agricoles est je crois une des bonnes solutions pour la production d' énergies renouvelables et l'élimination rentable de certains déchets agricoles.
Mais voila les coûts semblent une fois de plus être un sérieux frein à toutes initiatives ou projets.
En taxant tous les produits pétroliers , les industries polluantes, toutes les villes ne faisant peu ou pas d'efforts au niveaux environnement ,tout les ports de plaisances avec leurs "tuperwares" ne quittant jamais les pontons , en taxant aussi tout les bénéfices de total et ceux boursiers des banques et des grosses entreprises, des autoroutes , d'EDF § GDF , les transporteurs routiers etc !!! en voila un financement à peu de frais , mais! mais! encore des y'a qu'a , faut qu'ont, si ma tant en avait ont l' appellerait mon oncle .
Pauvre pays sans projets ni avenir

jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par le mataf
 

France ! France que tu est pénible avec tes hésitations , tes compromis, tes magouilles , tes ni ni! tes oui oui!tes oui mais peut-être! .
Je constate sans étonnement d'ailleurs que ce nouveau gouvernement fait fi de l'écologie (les copains d'abord).
Ceci étant dit ,la méthanisation des déchets agricoles est je crois une des bonnes solutions pour la production d' énergies renouvelables et l'élimination rentable de certains déchets agricoles.
Mais voila les coûts semblent une fois de plus être un sérieux frein à toutes initiatives ou projets.
En taxant tous les produits pétroliers , les industries polluantes, toutes les villes ne faisant peu ou pas d'efforts au niveaux environnement ,tout les ports de plaisances avec leurs "tuperwares" ne quittant jamais les pontons , en taxant aussi tout les bénéfices de total et ceux boursiers des banques et des grosses entreprises, des autoroutes , d'EDF § GDF , les transporteurs routiers etc !!! en voila un financement à peu de frais , mais! mais! encore des y'a qu'a , faut qu'ont, si ma tant en avait ont l' appellerait mon oncle .
Pauvre pays sans projets ni avenir

jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par salve
 

Salut à tous,

J'aime bien venir là. J'y trouve généralement des articles intéressants et pertinents, montrant que les alternative ne sont pas si illusoires.

Encore faut-il qu'elles rentrent dans les mœurs. Les habitudes sont longues à prendre, mais une fois installées, on voit mal comment on avait pu faire autrement.

Merci en tout cas de régulièrement mettre en ligne ces informations pertinentes.

Par contre, je relève ceci : "Dans un contexte d’augmentation de la consommation de viande et de produits animaux dans le monde, la méthanisation sera une des pistes à privilégier pour réduire l’impact environnemental de l’élevage sur la pollution atmosphérique et la pollution des sols". J'ai plutôt entendu parler du coût croissant de cette industrie et justement de sa dépense énergétique ou hydrique pour alimenter les cheptels, et m'étonne qu'on parle d'augmentation de la consommation de viande.

D'ailleurs, les subventions délivrées par la communauté européenne au secteur agricole ne devraient-elles pas rester stationnaires, ou réparties autrement (je cite : "La filière biométhane participe ainsi à la poursuite des objectifs européens en matière d’énergies renouvelables et d’utilisation de carburants verts") ? C'est ce qu'il semble à voir comment la communauté européenne se comporte en ces temps de crise de l'euro.

Mais n'étant pas documenté, j'en resterai là.

P.S. : eh, le mataf, jeudi 1 janvier 1970, c'est étrange. Y a-t-il eu une manip' causant cette bizarrerie ?

jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par salve
 

Salut à tous,

J'aime bien venir là. J'y trouve généralement des articles intéressants et pertinents, montrant que les alternative ne sont pas si illusoires.

Encore faut-il qu'elles rentrent dans les mœurs. Les habitudes sont longues à prendre, mais une fois installées, on voit mal comment on avait pu faire autrement.

Merci en tout cas de régulièrement mettre en ligne ces informations pertinentes.

Par contre, je relève ceci : "Dans un contexte d’augmentation de la consommation de viande et de produits animaux dans le monde, la méthanisation sera une des pistes à privilégier pour réduire l’impact environnemental de l’élevage sur la pollution atmosphérique et la pollution des sols". J'ai plutôt entendu parler du coût croissant de cette industrie et justement de sa dépense énergétique ou hydrique pour alimenter les cheptels, et m'étonne qu'on parle d'augmentation de la consommation de viande.

D'ailleurs, les subventions délivrées par la communauté européenne au secteur agricole ne devraient-elles pas rester stationnaires, ou réparties autrement (je cite : "La filière biométhane participe ainsi à la poursuite des objectifs européens en matière d’énergies renouvelables et d’utilisation de carburants verts") ? C'est ce qu'il semble à voir comment la communauté européenne se comporte en ces temps de crise de l'euro.

Mais n'étant pas documenté, j'en resterai là.

P.S. : eh, le mataf, jeudi 1 janvier 1970, c'est étrange. Y a-t-il eu une manip' causant cette bizarrerie ?

jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par salve
 

Salut à tous,

J'aime bien venir là. J'y trouve généralement des articles intéressants et pertinents, montrant que les alternative ne sont pas si illusoires.

Encore faut-il qu'elles rentrent dans les mœurs. Les habitudes sont longues à prendre, mais une fois installées, on voit mal comment on avait pu faire autrement.

Merci en tout cas de régulièrement mettre en ligne ces informations pertinentes.

Par contre, je relève ceci : "Dans un contexte d’augmentation de la consommation de viande et de produits animaux dans le monde, la méthanisation sera une des pistes à privilégier pour réduire l’impact environnemental de l’élevage sur la pollution atmosphérique et la pollution des sols". J'ai plutôt entendu parler du coût croissant de cette industrie et justement de sa dépense énergétique ou hydrique pour alimenter les cheptels, et m'étonne qu'on parle d'augmentation de la consommation de viande.

D'ailleurs, les subventions délivrées par la communauté européenne au secteur agricole ne devraient-elles pas rester stationnaires, ou réparties autrement (je cite : "La filière biométhane participe ainsi à la poursuite des objectifs européens en matière d’énergies renouvelables et d’utilisation de carburants verts") ? C'est ce qu'il semble à voir comment la communauté européenne se comporte en ces temps de crise de l'euro.

Mais n'étant pas documenté, j'en resterai là.

P.S. : eh, le mataf, jeudi 1 janvier 1970, c'est étrange. Y a-t-il eu une manip' causant cette bizarrerie ?

jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par le mataf
 

Bizarre ! bizarre ! vous avez dit bizarre , comme c' est bizarre.
Oui vous faite bien de nous mettre en évidence L'augmentation du coût des élevages de tout ces animaux et leurs impacts sur l'environnement en y ajoutant l' emprise des cultures fourragère ou autre sur les terres agricoles.
Notre pays peut- il s'engager seul ou presque dans cette voie ?, l'Europe est -elle prête financièrement ?.
Dans tout les cas de figure nous somme à l'aube de prendre de grandes décisions ceci est inéluctable et vitale .

jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par GFDM
 

C'est clair, c'est simple - quoique documenté - et c'est intéressant à lire. Merci.

jeudi 1 Janvier 1970 à 01:00 Par GFDM
 

C'est clair, c'est simple - quoique documenté - et c'est intéressant à lire. Merci.

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !