La mafia sicilienne investit l'éolien

Le business du détournement des subventions européennes sur l'éolien

 


Les énergies renouvelables intéressent la mafia. En Italie, le célèbre réseau mafieux Cosa Nostra investit dans la construction de parc éolien. Son nouveau business plan : détourner les subventions et les abattements fiscaux européens sur les investissements énergies renouvelables. Car en Italie, le prix par kilowattheure (180 euros par KWh) est trois fois supérieur à celui des voisins européens. Une véritable aubaine pour les organisations mafieuses. Les observateurs parlent même d’un prix par kilowattheure le plus élevé au monde. Cette information n’est pas tombée dans les oreilles d’un sourd. En Sicile, le réseau mafieux contrôlerait des pans entiers de cette jeune industrie.  

 

 

 

parc-eolien-flickr-eole

 

 

 

  • Une histoire de réseaux mafieux sur l’éolien


Le temps du narcotrafic révolu ? Après le contrôle des déchets (Naples), des blanchisseries, des pizzérias, de l’investissement lucratif dans l’immobilier et la prostitution, c’est au tour de la jeune industrie des énergies renouvelables d’être la cible de la mafia sicilienne. La tristement célèbre Cosa Nostra ou « pieuvre » déploie ses tentacules dans le sud du pays en direction du marché en devenir de l’éolien. En Sicile et en Sardaigne des scandales de fraudes ont déjà éclaté. La tactique consiste à créer des centaines d’entreprises pour tenter de capter les importantes subventions européennes dans le secteur de l’environnement. En réalité, toutes ces entreprises sont rattachées au même groupe : le réseau Cosa Nostra.

 

 

  • Energie éolienne : un nouveau plan business illicite pour les mafiosi


Des mafiosi reconvertis en entrepreneurs avisés du développement durable. C’est un panel de personnalités qui gravit autour de la mafia dans les fraudes organisées aux marchés publics sur la filière du photovoltaïque ou de l’éolien. Des hommes d’affaires, de justice et des élus proches des réseaux mafieux se lancent désormais dans l’escroquerie des fonds régionaux et européens destinés au secteur des énergies renouvelables. Ainsi, des hommes politiques proches de Silvio Berlusconi ont même été mis en cause par la justice. Denis Verdini, haut responsable du Peuple de la liberté (PDL, le parti de Silvio Berlusconi), est soupçonné de corruption dans plusieurs marchés publics, dont l’affaire de l’éolien en Sardaigne. En mars dernier, le procès de construction illicite du parc éolien autour de Mazara del Vallo (province de Trapani) avait mis en lumière le modèle économique mafieux.


Les marchés publics sur la privatisation de l’eau seront-ils la prochaine cible de Cosa Nostra ?

 


Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?
Envoyez vos propositions à christophe@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le lundi 20 Septembre 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
lundi 20 Septembre 2010 à 20:14 Par chuchen
 

Sans commentaire !!! Il faut vraiment les "pincer"...

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !