La gare TGV de Bellegarde innove en matière énergétique

Le pôle multimodal de Bellegarde fait peau neuve

 



Rapprocher Paris de Genève. C’est l’ambition affichée au départ du projet " Haut-Bugey " avec en perspective la modernisation de la gare TGV de Bellegarde-Valserine. Mais au cœur des Alpes, c’est bien la démarche développement durable qui domine le pôle multimodal de Bellegarde. Le bureau d’étude d’architecte de l’AREP signe un design moderne en forme de soucoupe avec de vraies idées d’ énergie propre

 

 

 

bellegarde-riviere

Rivière de la Valserine dans le parc naturel régional du Haut-Jura (crédit photo : David Mathieu - Fotolia.com).

 

 

 

  • La gare de Bellegarde ressuscitée grâce au développement durable


gare-bellegarde Relier Paris à Genève en trois heures. C’est le pari initial de la gare de Bellegarde version XXI ème siècle. Mais le projet de modernisation du vieillissant pôle d’échange (TGV, TER, cars, bus, taxis) se veut également un vrai tour de force de l’architecture durable. Le projet " Haut-Bugey " joint haute qualité environnementale et efficacité de la desserte TGV. Sur les contreforts de Bellegarde, l’AREP signe un bâtiment " énergie propre " innovant à l’échelle de la région Rhône-Alpes. Une double structure composée de deux coques superposées a pour ambition de limiter les déperditions d’énergie.    


 

 

  • Un dôme en forme de soucoupe


dome-bellegarde Sensation " science fiction " garantie pour les amateurs de design contemporain. La gare est habillée d’un dôme en forme de soucoupe volante. Mais ce drôle de toit aux allures d’objet non identifié accueille un festival d’initiatives durables. Energie solaire via la toiture transparente, système de pompes à chaleur, panneaux solaires, puits canadiens, isolation thermique, sont de rigueur pour la nouvelle gare. Mais le clou de ce dispositif environnemental : c'est une double coupole (intérieure opaque en bois et extérieure translucide en ETFE) à la manière d’un plenum (volume d’air) isolant. Ce système d’isolation optimisée réussit par ailleurs à conjuguer préchauffage de l'air en hiver et ventilation naturelle en été.

 


Combien ça coûte, comme dirait l'inusable présentateur du JT de 13h sur TF1 ? Sachez pour votre information que le projet de cette gare en forme circulaire située sur la rive des gorges de la Valserine se porte à hauteur de 35,3 millions d'euros. 

 



Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?
Envoyez vos idées à christophe@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le mardi 1 Juin 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 1 Juin 2010 à 22:23 Par Anne Le Boudec
 

Magnifique!
Et lorsque l'on prend le train(solution durable s'il en est), comme c'est le cas de notre petite famille, on ne peut plus s'arrêter dans les gares qui ne sont pas labellisées TGV car elles sont supprimées, comme sont supprimés les rails qui les desservaient. A peine peut-on prendre un car -qui n'assure presque jamais les correspondances pour se rendre en 4 heures à 100 km de Lyon. Désolée de jouer les grognons de service, mais les gares TGV dans des villes sinistrées, ça ne me paraît pour ma part que poudre aux yeux. Paris-Genève pour les financiers pressés, c'est plutôt ça le but, et Bellegarde su Valserine restera dans sa reculée géologique et temporelle.

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !