La biodiversité marine de Cabo Pulmo en danger

Un nouvel eldorado pour riches millionnaires ?

 



Au Mexique, le scénario est des plus classiques. Voilà que des écologistes s’insurgent contre un projet touristique du promoteur espagnol Hansa Urbana à Cabo Pulmo. Le futur domaine de 4.000 hectares doit voir le jour à deux pas d'un Parc national créé en 1995 autour d'un récif corallien protégé; un des trois seuls d'Amérique du Nord. Ce qui n’effraie guère les autorités mexicaines. Car en ligne de mire du plan « Cabo Cortès », c’est une manne financière importante pour l’économie de la région avec un afflux de touristes fortunés. Après la biodiversité menacée en mer Méditerrannée, c'est au tour des eaux de Cabo Pulmo de craindre pour leur paradis sous-marin. 

 

 

 

cabo-pulmo-biodiversite-marine-en-danger

Cabo San Lucas au Mexique, la station balnéaire de luxe dans la région de Basse Californie à proximité de Cabo Pulmo ( crédit photo : AFP / Luis Acosta).

 

 

 

 

  • Cabo Pulmo : une future station balnéaire pour riches ?


Au Mexique, Cabo Pulmo est un véritable havre de paix. Plages de sable blanc, richesse des fonds marins, le récif serait vieux de 25 000 ans. Pour la petite histoire, le commandant Cousteau présentait ce petit paradis au large de la mer de Cortès comme « l’aquarium du monde ». C’est le seul récif corallien dans la mer de Cortès et un des trois seuls d'Amérique du Nord. Oui mais voilà, le projet touristique du promoteur espagnol Hansa Urbana menace ce site unique. Hôtels, résidences secondaires, terrains de golfs, piste d’atterrissage pour « jets », marina, le tout alimenté par une usine de désalinisation et à proximité de la réserve marine nationale. Les habitants du petit village de Cabo Pulmo tentent de donner de la voix contre le projet « Cabo Cortes ». En vain ?

 

 


  • Des millionnaires sur la côte de Basse Californie 


Les criques sauvages, la plongée et le surf séduisent déjà une clientèle aisée sur la côte de Basse Californie au Mexique. A proximité du paradisiaque Cabo Pulmo, une station balnéaire de luxe a surgi non loin de Cabo Pulmo. Avec le projet « Cabo Cortès » de près de 4 000 hectares, on passe à une autre échelle de tourisme ; en totale contradiction avec le plan de sauvegarde du littoral. Mais que font les autorités mexicaines dans cette affaire ? Et bien elles cautionnent le développement immobilier dans le désert ! Car en ces temps économiques moroses, difficile de dire non aux gracieuses retombées économiques du tourisme. Le ministère de l’Environnement avait déjà donné son aval en 2008 au Groupe Hansa Urbana.


Difficile de stopper le business du développement immobilier dans le désert ? Même Alejandro Gonzales, le directeur immobilier du Parc Maritime National, est fataliste sur la question. La marge de manœuvre serait pour lui de contraindre au maximum le futur projet touristico-immobilier sur les normes environnementales à adopter.

 

 

 


Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?
Envoyez vos propositions à christophe@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le mercredi 4 Aout 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mercredi 4 Aout 2010 à 19:32 Par Création de site internet Bretagne
 

Scandaleux ! Ce genre de projet devrait être tout simplement impossible !
Et si c'était le seul... Il y en a malheureusement partout sur la planète à proliférer. C'est vraiment le reflet de la bêtise humaine. ça donne envie de s'engager dans des actes barbares ou de rentrer à Greenpeace, ou... Vous avez des idées?
Le fric, le fric...

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !