L’incontournable « chaleur verte »

 

            

Outre la production d’électricité à travers l’éolien, l’hydraulique ou le solaire, les énergies renouvelables peuvent aussi être directement utilisées comme « chaleur verte » pour produire de l’eau chaude ou chauffer un bâtiment. Ces énergies renouvelables thermiques constituent d’ailleurs la première source d’énergie renouvelable en France et sera l’un des principaux moyens pour atteindre les objectifs du Grenelle de l’Environnement qui vise 20% d’énergies renouvelables dans la consommation totale d’ici 2020.

 

L’augmentation des prix des énergies traditionnelles, que ce soient l’électricité, le gaz ou le fioul, mais aussi les impératifs de réduction des émissions de dioxyde de carbone, notamment dans les réseaux de chauffage incitent au développement de ces nouvelles énergies thermiques. Les nouvelles réglementations en matière de construction sont également exigeantes en matière de consommation d’énergie et encouragent l’utilisation de solutions alternatives.

 

Le solaire thermique permet par exemple de produire de l’eau chaude ou du chauffage grâce à des capteurs thermiques vitrés. Ceux-ci transmettent l’énergie solaire à des absorbeurs métalliques réchauffant un réseau de tuyaux où circule un fluide caloporteur qui chauffe ensuite l’eau. Cette technologie a toutefois un peu souffert de la concurrence des panneaux photovoltaïques dans les années 2009-2010, et des faibles incitations financières de la part des pouvoirs publics.

 

Autre source de « chaleur verte », la géothermie, domaine dans lequel la France a de nombreux atouts par rapports à ses partenaires européens. Avec le deuxième parc installé en Europe, après la Suède, la France a en été pionnière dans ce secteur. Des investissements importants en matière de géothermie ont en effet été réalisés entre 1975 et 1985, avant un ralentissement de ceux-ci liés à des difficultés techniques… et au contrechoc pétrolier. La géothermie, procédé qui convertit en chaleur l’énergie provenant de la terre ou des nappes d’eau souterraine,  présente pourtant de nombreux avantages, car contrairement à d’autres énergies renouvelables, sa production est en continue, de jour comme de nuit et en toute saison.

 

Les pompes à chaleurs géothermiques, et en particulier les planchers chauffants, se développent aujourd’hui fortement, notamment en Aquitaine et en Ile de France avec entre 10.000 et 20.000 installations nouvelles chaque année. D'autres régions pourraient être concernées, mais la difficulté de la géothermie est que les ressources ne sont pas toujours situées à proximité des lieux de consommation.

                             

Publié par Marion Gautier
le jeudi 7 Juin 2012

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !