L'aventurier Hulot à la conquête de l'Élysée

 


L’interminable suspense a pris fin. Nicolas Hulot, s’est déclaré candidat pour les élections présidentielles de 2012. Du lobbying à l’action politique, l’animateur d’Ushuaïa saute le pas. L’histoire retiendra que c’est à Sevran, ville de Seine-Saint-Denis, que le cap présidentiel a été franchi. Une profession de foi pour une « société nouvelle » qui irrite à gauche, agace le camp de la majorité, fait réagir les éditorialistes, et jette le trouble sur l’organisation des primaires. Enfin, cette semaine, Omar et Fred vous prodiguent l’écogeste : devenez ambassadeur des gestes simples et écolos sur la plateforme defipourlaterre.org.


 

                          


L’ex-présentateur vedette de TF1 snobe le JT de 20 heures pour annoncer sa candidature aux Français. C’est à Sevran, dans la salle des fêtes, que Nicolas Hulot a lu son discours. Détail qui a son importance. Sevran, petite commune de Seine-Saint-Denis doit faire face entre autres à des problèmes d’inégalité et de trafic de drogue. Sevran plutôt qu’un salon parisien ou un plateau télé, le choix se veut symbolique. Ça tombe bien. Nicolas Hulot souhaite « ouvrir la voie à une société nouvelle, écologique et sociale ».

Changer de cap. Les inégalités se creusent, le sentiment de précarité est prégnant pour une large frange de la population. A Sevran, Nicolas Hulot « découvre qu’en France il y a des riches et des pauvres » (Ndlr. Critiques de son film Le Syndrome du Titanic). Faux répond le candidat qui reprend la thématique de l’écologie politique selon Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Surtout, Hulot dénonce les méfaits du capitalisme sauvage : « Il faut s’affranchir de ce monde de profit et du marché sans limite. Ce monde qui abaisse l’esprit public. »

Le message est clair. Les enjeux sociaux, économiques et écologiques sont indissociables. Pas question de laisser le terrain social au PS ou à l’UMP. Qu’en est-il pour les primaires « vertes » ? Après le flou,
Nicolas Hulot précise que son objectif n’est pas de diviser le camp d’EELV. Oui au débat des primaires, mais avec quelques exigences : élargir le corps électoral (abaisser l’adhésion à moins de 20 €) pour des primaires ouvertes. 

 

L'aventurier Hulot à la conquête de l'Elysée

Une candidature qui énerve au PS et agace certains à l’UMP qui auraient peut-être aimé l’avoir à leur côté pour se racheter une virginité écologique. L’UMP Bernard Debré dégaine et tire sur la popularité de la personnalité préférée des Français. Une popularité qui ne fait ni l’élection, ni un bon président de la République : « Il a de très, très belles émissions, ses produits dérivés sont très bons, tels que le shampooing ou le savon, mais je ne vois pas où [sa candidature] pourrait conduire » (France 2).


Car cela ne vous a sans doute pas échappé, mais Nicolas Hulot n’a pas le pedigree du professionnel de la politique. Ni assistant parlementaire, ni expérience dans la vie politique locale, aucun mandat politique ; sur ce point il rejoint Dominique de Villepin qui n’a jamais brigué de mandat à une élection. Hulot,
un novice en quelque sorte doté de sérieux atouts « cathodiques » avec son émission phare Ushuaïa.
Un capital sympathie à la place d’un capital politique, voilà pour le péché de Nicolas Hulot. 

Chez les éditorialistes, le pouvoir de séduction du journaliste, présentateur et réalisateur fait également réagir. Au Dauphiné Libéré, Gilles Debernardi analyse l’ambition politique de l’aventurier Hulot sous l’angle de sa légitimité : « L'explorateur d'Ushuaïa s'aventure dans une jungle incertaine, terra incognita des primaires (…) la popularité ne fait pas l'élection. Sinon, Mimie Mathy serait à l'Elysée et Yannick Noah à Matignon. »

L'écogeste : pour tous ceux qui ne se « résignent pas au déclin conjoint de l’humanité et de la nature », une solution, devenez ambassadeur des gestes simples, solidaires et bons pour la planète sur defipourlaterre.org.

Engagez-vous comme dirait l’autre ! Ça se passe sur la toile, à la maison, au bureau, à bicyclette ou en voiture. La Fondation Nicolas Hulot, pardon la nouvelle Fondation pour la Nature et l’Homme (changement de nom et pas de sigle, FNH) vous invite à témoigner de la bienfaisance de vos écogestes au quotidien. A l’instar du célèbre duo comique sur Canal +, Omar et Fred, ayez le bon réflexe.
Dites tout le bien que vous pensez des lampes basse consommation LBC, des AMAP (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), du compost au fond du jardin ou encore du coach carbone sur defipourlaterre.org. Déjà, plus de 90 000 engagés sur la plateforme.

 

 

Retrouvez notre article " Sain Nicolas ", sortie de sa première biographie.

 

Photo : Flickr - Regards de Bretagne 

 

Publié par Christophe Baudouin
le mardi 19 Avril 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !