Inondations dans le Var : des alertes météo sous-estimées

 

 

Les inondations meurtrières dans le Var ont suscité le questionnement parmi les élus politiques et responsables administratifs. Les sénateurs ont déploré des « déficiences » dans la gestion du risque d'inondations en France. Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie a reconnu, que les autorités avaient « sous-estimé le risque de submersion et de ruissellement » (AFP). En moins de 24 heures, il a plu l’équivalent de six mois de précipitations dans le département du Var. 25 personnes ont péri dans les intempéries et treize sont portées disparues. les secours ont annoncé la fin des opérations de sauvetages.

 

 

                                      Inondations dans le Var : des alertes météo sous-estimées

 


Trois jours après les inondations dans le Var,la population s'est interrogée sur les causes  et sur la mise en place du dispositif d'alerte météo (Crédits: AFP).

 


  • Après le bilan, le questionnement

 

Après le choc des inondations et un bilan provisoire lourd, la population s’est interrogée sur  les causes de la catastrophe. « La catastrophe était-elle prévisible » ? Ou encore « le dispositif d’alerte a-t-il été correctement mis en place » ? Chantal Jouanno a reconnu que le risque de submersion et de ruissellement  a été « sous estimé». L’Association des maires ruraux de France a remis en question le dispositif d'alerte météorologique dans les colonnes du Figaro. Les maires ont dénoncé plusieurs failles, notamment sur la responsabilité de la préfecture.

 

 

  • « Les préfectures se déresponsabilisent »

 


«  Les préfectures se déresponsabilisent en envoyant aux mairies les messages d’alertes venant de Météo France, sans préciser le degré de gravité », a expliqué l'Association des maires ruraux de France dans Le Figaro. Les élus locaux ont soulevé d’autres disfonctionnements : « nous sommes abreuvés de bulletins de vigilance orange. Or, une fois sur deux, nous ne sommes pas concernés. (…) l'alerte arrive par fax à la mairie. Or, bien souvent il est trop tard et la mairie est fermée ».

 

 

  • Des dispositifs  d’alerte trop coûteux

 


Les maires des communes rurales ont proposé «  d’installer des alarmes », mais le dispositif est « trop coûteux ». Les élus locaux ont relevé qu’il y avait des défaillances en ce qui concerne le dispositif de prévention des habitants. La gestion du risque d’inondation a été mal évaluée. Marie-France Beaufils, sénatrice communiste a proposé : « de mettre en place une alerte SMS » (Le Figaro). Vendredi 18 juin, une réunion de crise se tiendra à 15 heures, à Matignon. Le Premier ministre François Fillon sera entouré des ministres pour piloter et évaluer le dispositif d'aide à apporter aux sinistrés.

Publié par Sitan KOITA
le vendredi 18 Juin 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !