Grenelle de l’environnement c’est l’heure du bilan !

 


L’heure de faire les comptes du Grenelle de l’environnement a sonné. Le célèbre « new deal écologique » voulu par Nicolas Sarkozy a du plomb dans l’aile à force de ratés (taxe pique-nique) et de mesures avortées (taxe carbone). Et pourtant, un rapport d’évaluation du Grenelle de l’environnement coordonné par le cabinet Ernst & Young plaide pour de réelles avancées politiques. C’est Jean-Louis Borloo qui signe la rubrique de la « personnalité de la semaine ». Enfin l’écogeste, un mur contre la mer peut-il sauver les îles Marshall ? 

 

 

 

energie-renouvelable-eoliennes

Parc éolien des Longs Champs à Fienvilliers (Picardie) - crédit : François Lo Presti/AFP. 

 

 

 

Le Grenelle est-il mort ? Trois ans après l’euphorie du discours sur le « new deal écologique », c’est la question que se posent les associations de défense de l’environnement. Et c’est le flop de la semaine !


jean-louis-borloo-et-chantal-jouanno Ce bilan d’ « étape » ne serait pas à la hauteur des 268 mesures du Grenelle de l’environnement négociées en 2007. Sceptiques, des acteurs du Grenelle s’interrogent sur plusieurs dossiers laissés en suspend : quid de la division par deux des pesticides ? Quid de l’étiquetage environnemental des produits de grande consommation ? Le fret ferroviaire est-il à l’arrêt ? Enfin, mais où est donc passée la création d’une organisation mondiale de l’environnement ?

 

 

Mais oubliée l’éco-redevance sur les camions, finie la polémique sur la taxe pique-nique ou encore de la taxe carbone renvoyée aux calendes européennes, le Grenelle de l’environnement a aussi sa part de succès. Et c’est le top de la semaine ! 


60 % des engagements pris en 2007 sont réalisés ou en passe de l’être. Le verdict du rapport d’évaluation du cabinet Ernst & Young commandé par le ministère de l’écologie sauve les meubles et peut-être ce qui reste de la fibre écologique du gouvernement.


Le cabinet reste tout de même plus mesuré que le ministre Jean-Louis Borloo. Car la copie est à revoir. Un cinquième des décisions du « Grenelle » fait défaut faute de budget ou de volonté politique. 


Eurêka ! Dans la rubrique « personnalité de la semaine », Jean-Louis Borloo a trouvé « La » méthode politique de concertation dont il faut s’inspirer : « Le Grenelle est non seulement devenue une formidable marque de fabrique mais surtout le symbole de la démocratie participative... pour de vrai » (Le Monde), plaide le ministre de l’écologie.


Enfin l’écogeste cette semaine : un mur pour lutter contre l’érosion et les inondations aux îles Marshall ? Cet ensemble paradisiaque composé de 29 atolls et de 5 îles en plein Pacifique fait appel aux donateurs pour financer la construction d’une digue à hauteur de 20 milliards de dollars. Objectif : rester au-dessus du niveau de la mer !


Publié par Christophe Baudouin
le samedi 6 Novembre 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !