Greeters 93, c’est de la bombe baby

 

 

« La Seine-Saint-Denis, c’est de la bombe baby ». A n’en pas douter, ça ressemble fortement au leitmotiv des greeters du 93 ; ces bénévoles d’Aubervilliers, de Montreuil, de Saint-Denis ou du Pré-Saint-Gervais qui font découvrir leurs quartiers, leurs villes aux touristes étrangers ou provinciaux. Greeters, un mode d’échanges et de rencontres venus tout droit de New-York histoire de sortir de l’image fantasmée des ghettos. Désormais c’est un réseau international, pour renouer avec un tourisme à visage humain ? Eléments de réponses au cœur du 93.

 

Greeters 93 et l'île de Saint-Denis

 

Réseau : Australie, Etats-Unis, Belgique, Argentine, France, Côte d’Ivoire, bref international.
Fondatrice : Lynn Brooks, 1992, voir New-York et ses habitants sans crainte via l’association Global Greeter Network. Profession : greeters, des hôtes bénévoles créateurs de lien social. Compétences : pas de guides professionnels, mais des anonymes passionnés. Mission : accueillir gratuitement les touristes en petits groupes et sortir des sentiers battus. Point de rencontre : un métro. Plus-value : curiosité, chaleur humaine, les bonnes adresses, les anecdotes, les gens, les impasses qu’il faut absolument voir. 

 

 

Greeters 93, sortir des sentiers battus  

 

Aller au-delà de la barrière du périphérique. Août 2010, c’est le top départ de l’aventure greeters en Seine-Saint-Denis sous l’impulsion du comité départemental du tourisme. Une vraie communication à moindre coût pour le département aux préjugés tenaces. Et les touristes sont au rendez-vous, tous désireux de connaître enfin l’art de vivre à la française, à la parisienne ou à la banlieusarde. Une cinquantaine de visites à l’actif des greeters du 93 depuis le début et des touristes venus des quatre coins du monde via le réseau associatif : Canadiens, Australiens, Etats-uniens, Singapouriens, Néerlandais et même des Pas-de-Calaisiens, etc. 

 

 

Greeters 93, faire du tourisme autrement

 

Hélène Sallet-Lavorel, directrice adjointe du comité départemental Tourisme 93, nous explique le phénomène greeters. « Ce sont surtout des touristes étrangers (beaucoup d’anglo-saxons) qui font appel aux bénévoles. C’est très compliqué de les faire venir dans le 93, tellement Paris est attractif. Certains habitants sont toujours surpris d’entendre parler de tourisme en Seine-Saint-Denis. Le concept de greeters permet d’offrir quelque chose de différent, de gratuit, basé sur le principe de l’échange et du partage. Pour moi ce sont les vraies valeurs du tourisme de qualité et notre département est capable de relever ces enjeux. »

 

Changer l’image du territoire ? « On est dans une logique métropolitaine car les touristes ne connaissent tout simplement pas la Seine-Saint-Denis. C’est pourquoi le réseau 93 est rattaché à l’association Paris Greeters (2007). Nous avons une vingtaine de greeters dans le département qui proposent de faire découvrir ou de redécouvrir des quartiers méconnus dans une dizaine de communes de la Seine-Saint-Denis. Ce sont tous des bénévoles, certains sont des jeunes retraités, d’autres des jeunes actifs. Ils sont surtout fiers d’habiter ces lieux de Montreuil, de Pantin ou de Saint-Denis et de les montrer sous une image plus pittoresque qu’à l’accoutumée. »

 

La personnalité de la semaine : Rachel, 60 ans, passionnée et jeune greeter du 93

 

« J’avais du temps et je connaissais pas très bien Saint-Ouen malgré le fait que j’y habite depuis 40 ans. Je me suis documentée sur la ville, puis je me suis lancée car c’était un bon moyen de montrer la richesse de ce coin à seulement 10 minutes de Paris. Le plus souvent j’emmène des petits groupes de 1 à 6 personnes, presque en famille, voir le château de Saint-Ouen, les anciens bains douches, les structures industrielles, la vue sur la mer (la Seine), les constructions de Jean Nouvel ou encore le marché aux puces. »

 

L’écogeste contre l’uniformisation touristique d’une des plus belles capitales au monde : Paris

 

 Votre mission si vous l’acceptez : résoudre l’enquête et parcourir en long, en large et en travers… Paris. QuiveutpisterParis.com, c’est le loisir pédestre, original, entre amis, en famille ou en solo, en tout cas idéal pour faire des rencontres. Cet été, QuiveutpisterParis propose l’antidote ludique contre un Paris
« musée » aseptisé : des jeux de piste, un capitaine pour chaque équipe, de la réflexivité et des énigmes à la pelle histoire de sortir du train-train tour Eiffel-Notre-Dame-Sacré-Cœur. Avis aux amateurs, moyennant 10 €, Béguin Express c’est le prochain jeu de piste programmé samedi 20 août à 13h30 tapante ! 

 

 

Photo : Flickr - vitruve (L'Ile Saint-Denis)

 

Envie de plages abandonnées et de crustacés ? Ne manquez pas notre dossier sur le tourisme responsable


Publié par Christophe Baudouin
le mardi 9 Aout 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
vendredi 22 Mars 2013 à 11:05 Par Loulou
 

C'est dans le 93 que j'ai été traité de 'sale blanc' et autres noms d'oiseau. C'est là que j'ai travaillé pdt qqs années, la peur au ventre et le dégoût au coeur. Alors, ne me parlez pas de votre machin touristique.

lundi 15 Aout 2011 à 10:38 Par L'escargot qui s'en tape le coquillard !
 

Bravo à cette Américaine des USA : pour un fois que quelqu'un fait quellque chose pour les cités, anciennes ZUP,maintenant ghettos, c'est une riche idée à mon avis.
Parce que je connais aussi ce côté-là. BRAVO, BRAVO, pour cette initiative. Si les politiques pouvaient penser un peu plus à ces cités, on y vivrait mieux.

vendredi 12 Aout 2011 à 11:26 Par nicolas
 

Avec 5 morts depuis le début des émeutes, je ne crois pas que la GrandeBretagne ait besoin du réseau des greeters; mais d'une vraie politique contre l'exclusion sociale.

C'est du pur angélisme que de parler de tourisme en pleine émeute

mardi 9 Aout 2011 à 23:53 Par aurore95
 

@larumeur

je crois bien que Totteham, Manchester, Birmingham, Londres vont avoir besoin du réseau des Greeters à l'avenir; y a comme qui dirait un air des Clashs, (London's Burning en ce moment

mardi 9 Aout 2011 à 11:26 Par larumeur
 

Espérons que CNN relatera les greeters dans le 93, ça mettra un peu de débat contradictoire sur l'interprétation des banlieues en France vue des Etats-Unis...

mardi 9 Aout 2011 à 10:38 Par claire vigeant
 

La demande de tourisme "sincère", à la rencontre des populations, de leurs habitudes et manière de vivre a toutes les chances de se développer. Et les greeters y sont sans doute pour quelque chose. Bravo ! Sur Aubervilliers, comme dans d'autres Villes de la Seine Saint Denis, il y a beaucoup à voir : découverte des jardins partagés cachés dans la Ville, balade sur le canal, patrimoine agricole et industriel, sans oublier notre Dame des vertus et le Fort d'Aubervilliers.

Claire Vigeant
Association Aubervilliers s'éclaire.
Aubervilliersseclaire@gmail.com.

mardi 9 Aout 2011 à 10:08 Par Lumiere
 

Du moment qu'il y a un métro, ça reste Paris pour les touristes étrangers. Eh ben ouais, la Seine-Saint-Denis ça se visite et y a pas que des émeutes ou des voitures qui flambent tous les 15 jours. Faites passer le message en boucle...

mardi 9 Aout 2011 à 09:26 Par Georges41
 

Bonnne initiative que les greeters. Oui la Seine-Saint-Denis bat des records en termes de chômage, de problèmes de sécurité, d'inégalités; mais le 93 a aussi un patrimoine, une histoire industrielle et des coins jolis.

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !