Green : documentaire sur les ravages de la déforestation en Indonésie

 



48 minutes de plongée dans l’enfer de la surexploitation forestière en Indonésie. " Green ", film documentaire de Patrick Rouxel, nous donne à voir la face cachée de l’industrie minière et du bois. Primé lors du festival 2009 de Manaus au Brésil, " Green " montre le drame de la déforestation à travers les yeux d’une femelle orang-outan.


 

 

indonesie

Rizières et volcans à Bali en Indonésie (crédit photo : nathalie bucquet - Fotolia.com).

 

 

  • Un festival dédié à la lutte de l’Etat d’Amazonas


Le 7ème art s’invite à la semaine du Développement Durable. Du 1er au 7 avril, une sélection des meilleurs moments du festival Amazonas 2009 est projetée sur les écrans. Créé en 2004 à Manaus, le festival Amazonas propose documentaires et longs métrages sur les questions brûlantes de l’environnement. Prix du Jury 2009 de l’Amazonas Film Festival, " Green " de Patrick Rouxel est un film militant. Engagé pour la défense des forêts tropicales, le réalisateur français a choisi des images chocs pour dénoncer ce qu’il appelle un " crime ". Le drame de la déforestation en Indonésie est filmé sous l’angle de la mort d’une femelle orang-outan : Green.

 

  • Des orangs-outans menacés d’extinction

 

Production indépendante, le documentaire " Green " pointe du doigt les conséquences de l’action de l’homme au sein des forêts tropicales. L’habitat menacé des orangs-outans met en péril leur survie. Le fragile équilibre de la biodiversité en Indonésie, avec sa diversité d’espèces animales et végétales, semble rompu. L’Indonésie possède le taux de déforestation le plus élevé au monde. Pas moins de 2 millions d’hectares disparaissent chaque année. En 1950, la forêt occupait une surface d’environ 160 millions d’hectares. Aujourd’hui, l'Indonésie compte moins de 48 millions d’hectares de forêts.

 

 

 

 

 

  • La culture de l’huile de palme


Film coup de poing, le réalisateur français dénonce le pillage du patrimoine indonésien via la culture de l’huile de palme. La transformation de ces forêts en cultures extensives pour le marché international est jugée responsable de la coupe à blanc des arbres. Toutefois, le documentaire ne donne pas la parole aux acteurs de ce système économique. Caméra au poing, Patrick Rouxel prend donc le parti pris de la situation des orangs-outans victimes de la déforestation.

Courez donc à l’UGC Ciné Cité La Défense. À l’occasion de la semaine du Développement Durable, une sélection des meilleurs moments du festival Amazonas 2009 est proposée actuellement au public. Et ceci, jusqu’au 7 avril.

 



Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?
Envoyez vos propositions à christophe@durable.com



Publié par Christophe Baudouin
le vendredi 2 Avril 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
jeudi 15 Septembre 2011 à 15:30 Par Christophe Baudouin
 

@mildemil

Si je ne me trompe pas la musique est signée de Frédéric Sanchez del Rio.

Mais vous pouvez vous rendre sur le site officiel du documentaire de Patrick Rouxel, greenthefilm.com

jeudi 15 Septembre 2011 à 15:04 Par mildemil
 

super documentaire qui montre la dur réalité.mais pire dans tout est que que l'n voie dans ce film ce passe tout les jours dans le monde avec de plus en plus ampleur.
Ps quelqu'un connaitrais la music a la fin du film ?

mercredi 22 Décembre 2010 à 11:20 Par renanito
 

Le film en version intégrale
http://www.dailymotion.com/video/xg7cq5_green-the-last-days-of-an-orang-utan-documentary_animals

vendredi 16 Avril 2010 à 11:18 Par president du C.H.E.Folklore
 

la notion de profit sera toujours le maître mot; ceux qui sont les" décideurs" se moquent totalement des dégats causés. il faudrait pouvoir les obliger à se rendre sur place et les responsabiliser .Les politiques ayant besoin du soutien financier ( élections) ;nul n'use bouger!

mardi 6 Avril 2010 à 10:02 Par Simon bureau
 

Tout exploitation excessive est au détriment du reste ! Il est évident qu'il faut limiter et réglementer les exploitations qu'elles soient forestières, humaines, économiques. Des labels existent pour des produits fabriqués à base de bois ou copeaux de bois. Ainsi certains fabricants de panneaux mélaminés obtiennent des labellisations PEFC ou FSC apportant plus respect vis à vis de l'environnement.

vendredi 2 Avril 2010 à 18:25 Par Charly
 

Il faudrait passé directement du petrole a l'electricité et
surtout pour les transport public.

vendredi 2 Avril 2010 à 17:50 Par Christophe Baudouin
 

@so

Un film documentaire n'a pas pour vocation de jouer aux justiciers, mais + de montrer une certaine réalité du terrain.

En revanche, je suis d'accord avec toi !

Patrick Rouxel prend un parti pris : la défense des orangs-outans. Mais au détriment d'une compréhension plus en profondeur de l'exploitation de la culture de l'huile de palme et de la surexploitation minière.

Documentaire efficace et militant, dommage pour le manque de perspective du sujet...

vendredi 2 Avril 2010 à 14:56 Par so
 

il faudrait donner la parole aux acteurs et oû savoir s'ils sont les responsables de ses déforestations.

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !