Fumée volcanique : dangereux ou pas pour la santé ?

 

Il est clair que le nuage de cendres dégagé par le volcan islandais représente un réel danger pour le milieu aéronautique, qu'en est-il maintenant du point de vue de nos organismes ? Certains experts semblent unanimes sur la question et affirme que la fumée volcanique n’est pas dangereuse pour la santé. Pourtant L’OMS met en garde contre d’éventuelles pluies de cendres.

 

                        nuage volcanique

 

 

Le 16 avril 2010, une sombre fumée en provenance du volcan islandais Eyjafjöll en éruption s'élève au dessus des nuages .(crédits : AFP)

 

 

  • Fumée volcanique : risque ou pas ?

 

 

Le volcanologue Patrick Allard, directeur de recherches au CNRS et spécialiste de l'Islande a accordé un entretien au Journal du Dimanche et explique  « que le nuage est très peu concentré et qu’il ne représente donc pas de danger pour la santé ». Le nuage est tout de même composé de microparticules de magma, du silicate et de gaz. Sans oublier certains acides tels que le chlore, le fluor et le souffre, qui sont eux toxiques quand on les respire à proximité.


Selon le Ministère de la Santé, " il n'y a pas, actuellement, de risque significatif pour la santé du fait de la haute altitude et de la dispersion du nuage de cendres. " Le nuage de fumée se trouve à au moins 6000 mètre d’altitude. L’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle, rappelle, selon France Info, que " toute matière volatile inspirée est dangereuse " mais qu’elle n’en " sait pas plus ".


Ce que craignent les réseaux de surveillance de l’air, ce sont les particules les plus fines, contenues dans ce nuage volcanique. Elles sont capables de voyager sur des milliers de kilomètres et d’atteindre les alvéoles des poumons, au risque de provoquer de l’asthme. En France, loin du cratère, le risque serait cependant minime...

Le professeur Derenne, chef du service de pneumologie-réanimation à la Pitié Salpetrière à Paris, a expliqué au journal l’Express qu’un cas similaire en Islande est arrivé en 1973. A l’époque les vents avaient amené le nuage sur la cote est des Etats-Unis. Et qu’ils avaient alors observé « un taux de mortalité plus  élevé que d’habitude dans ces zones ». Il souhaite néanmoins rassurer et explique  « qu’aucune étude sérieuse n'a à ce jour pu démontrer les effets sur la santé des particules volcaniques à distance du lieu d'émission. »

Publié par Sitan KOITA
le vendredi 16 Avril 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
dimanche 18 Avril 2010 à 09:02 Par hypozeuxe
 

Zut !

Je m'aperçois que pour un mot, je vous ai donné malgré moi la réponse !

dimanche 18 Avril 2010 à 09:00 Par hypozeuxe
 

Toujours moi,

Certes vous avez corrigé certaines des fautes, ...mais pas toutes :
* certains experts affirme
* le soufre
* 6000 mètre
* Salpetrière
* la cote

Un petit tour dans les dictionnaires pendant ou après rédaction de vos articles n'est pas infâmant.

Sur un site plus "exposé", vous auriez été descendue en flèche !

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas du genre pisse-vinaigre : je pense simplement que l'école de journalisme devrait être avant tout l'école de la rigueur, quelle qu'elle soit.

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !