Fukushima, toujours en alerte radioactive

 

 

A Fukushima,  l’actualité, c’est toujours la lutte contre les rejets radioactifs. Deux mois après la catastrophe, la centrale enregistre de nouvelles et inquiétantes fuites radioactives. Les conséquences du pire accident nucléaire civil depuis Tchernobyl gagnent désormais les agriculteurs. En France, on tente aussi de tirer les enseignements de Fukushima via un audit. SOS Japon : c’est l’écogeste en forme de bouteille à la mer. Le 31 mai prochain, Jane Birkin réunit les artistes pour un appel aux dons au profit des victimes du séisme et du tsunami. 

 

Vue sur Sendai au Nord-est du Japon

 

Rien n’est jamais tout à fait réglé dans l’archipel. Deux mois après le terrible séisme et tsunami, les rejets radioactifs continuent à la centrale de Fukushima. L’opérateur Tepco a injecté des millions de tonnes d’eau dans les réacteurs. Mais pour les techniciens, la course contre la montre est toujours engagée pour refroidir les réacteurs. Vendredi dernier, un ouvrier est mort après avoir été victime d’un malaise sur le site.  

 

Naoto Kan prend ses responsabilités. Le 1er ministre japonais a décidé de renoncer à son salaire
(14 000 € mensuel) tant que la crise perdurera à la centrale de Fukushima. Une situation qui risque de durer si l’on en croit Tepco, qui fait état de nouvelles fuites d’eau radioactive avec le déversement d’eau contaminée dans l’océan Pacifique.   

 

Après la pêche et le tourisme, les répercussions de l’ accident nucléaire du 11 mars dernier touchent désormais les agriculteurs. Des milliers de têtes de bétail devront être abattues dans un rayon de 20 km autour de la centrale accidentée. La zone d’exclusion rend en effet impossible pour les éleveurs l’alimentation des vaches et des chevaux pris au piège de l’atome. 

 

Fukushima, toujours en alerte radioactive


En France, exploitants, autorités de contrôle, associations, pouvoirs publics, réfléchissent pour une meilleure sécurité des installations nucléaires. Un audit pour éviter le pire. Et côté concertation, ça démarre plutôt fort. « L’ASN (l'Autorité de sûreté nucléaire française) se voile la face. Ne pas prendre en compte le risque humain (malveillance) et terroriste dans le cahier des charges, c’est refuser de voir en Fukushima l’imprévisible, un accident nucléaire qui ne devait pas avoir lieu selon les probabilités de Tepco  », explique Sophia Majnoni de Greenpeace. 

 

Côté ONG, tirer les enseignements de la crise nucléaire nipponne c’est en quelque sorte élargir le scénario du pire : du crash d’avion, à l’action terroriste en passant par l’acte de malveillance ou le défaut de maintenance. Bref, « envisager d’autres facteurs de risque qui n’avaient pas été pris en compte auparavant, pour Sophia Majnoni. (…) Il faut aller au bout de la démarche, sinon c’est sûr que les nouvelles mesures de sécurité vont péricliter. C’est pourquoi le cadre européen est très important, notamment pour remettre aux normes certaines installations des pays d’Europe de l’Est ». 

 

Pour l’ ASN, Fukushima montre que ce sont les phénomènes naturels extrêmes (séisme, tsunami)
qui ont mis à mal les circuits de refroidissement et endommagé gravement le réacteur n°1. Il convient donc de réévaluer les marges de sûreté des installations nucléaires face à des situations de séisme, d’inondation ; et à l’épreuve de force de la « perte des fonctions principales de sécurité (électricité, refroidissement, confinement). »  

 

La personnalité de la semaine : Noé Pflieger, secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes


Noé Pflieger, secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes signe une rubrique « personnalité de la semaine », militante. Naoto Kan renonce à son salaire de 1er ministre, tant que la crise ne sera pas finie. « C’est bien, c’est ce qui s’appelle prendre ses responsabilités politiques. » Mais est-ce bien suffisant ?
« Je dirais que c’est plutôt le strict minimum. OK la centrale Hamaoka située dans une forte zone sismique est en cours d’arrêt. Mais en tant qu’humaniste et militant écologiste, j’aurais préféré un plan énergétique de dénucléarisation plutôt qu’un geste symbolique qui va lui attirer des sympathies à un moment où il est ouvertement critiqué pour sa gestion de la crise. » Et voir un 1er ministre français démissionner ou renoncer à ses rétributions suite à une mauvaise gestion d'un problème ?
« C’est sûr, on n’aurait jamais vu ça ! »      

 

Le 31 mai, c’est SOS Japon, l’ écogeste de soutien et de mobilisation en faveur des 130 000 sinistrés du Japon.  

Catherine Deneuve, Alain Souchon, Charlotte Rampling, Lambert Wilson, Arno, M ou encore Arthur H, ont répondu présent pour ce concert de solidarité. Après la représentation du 6 avril donnée à Tokyo et la vente aux enchères de son sac noir Hermès pour la modique somme de 115 000 €, Jane Birkin récidive en musique au profit des victimes du séisme et du tsunami. Au Théâtre du Châtelet et en direct sur les ondes de France Inter, ce sera duos, solos de musique, lecture de textes et de poèmes. Bref,
un appel aux dons au bénéfice de la Croix-Rouge Japonaise qui passe aussi par Internet : www.sosjapon.net. 

 

Photo : Sendai - fotolia/a41cats

 

Envie de débats ? Retrouvez le dossier de la rédaction :  La France peut-elle sortir du nucléaire ?  


Publié par Christophe Baudouin
le mardi 17 Mai 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 24 Mai 2011 à 18:05 Par tabou
 

Fusion nucléaire, ciel ! Cachez (Tepco) ce mot que je ne saurais voir...

lundi 23 Mai 2011 à 15:00 Par atome
 

Suite aux récentes déclarations de Tepco sur la fusion du combustible nucléaire des réacteurs 1, 2 et 3, la société de l'énergie atomique du Japon affirme que les autorités ont perdu leur crédibilité dans la gestion de crise nucléaire nipponne... Indignez-vous, comme dirait l'autre

vendredi 20 Mai 2011 à 11:31 Par c'est du propre
 

Masataka Shimizu a démissionné de son poste de directeur général de Tepco. C'est vrai au Japon, on démissionne, en même temps vu la crise nucléaire et la perte abyssale de 11 milliards d'euros pour Tepco, c'est la moindre des choses...

mercredi 18 Mai 2011 à 09:17 Par atome
 

Je ne sais pas si c'est 1 bonne nouvelle, mais voici le rétroplanning de Tepco :

juillet 2011, baisse des rejets radioactifs
janvier 2012, refroidissement et stabilisation des réacteurs

mardi 17 Mai 2011 à 18:30 Par Christophe
 

Rectification : ce sont bien des millions de tonne d'eau qui ont été injectés depuis 2 mois par Tepco dans les cuves des réacteurs de Fukushima. Et pour assouvir votre désir du détail, le ratio est précisément de 7 tonnes d'eau injectée par heure dans la cuve du réacteur numéro 1...

mardi 17 Mai 2011 à 14:33 Par Thierry
 

Des millions de tonnes d'eau... Réfléchissez un peu avant d'écrire des âneries pareilles !!!!

mardi 17 Mai 2011 à 11:50 Par b.b
 

Sans rire, c'est pour éviter aux maîtres impatients d'aller récupérer eux-mêmes leurs animaux à côté de la zone de contamination ?

mardi 17 Mai 2011 à 10:51 Par Lumiere
 

Opération sauvetage des animaux domestiques de Fukushima : 27 chiens et 2 chats retrouvés ...

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !