Dessalement d’eau de mer à Ashkelon en Israël

La plus grande usine de dessalement d’eau de mer se trouve en Israël, à Ashkelon

 

Au Sud de Tel Aviv, la région d’Ashkelon est confrontée à une sévère pénurie d’eau. Les coupables ? On avance le réchauffement climatique (encore lui) et une surexploitation des ressources. Pour pallier ce problème, les autorités locales ont décidé de se fournir… en eau de mer.

 

                           Israël


  • Le dessalement d’eau de mer : les usines se multiplient

Les sécheresses répétées et les besoins grandissants en eau des populations font naître de plus en plus d’usines de dessalement d’eau de mer, notamment dans la région du Golfe. Autour de la Méditerranée, l’Arabie Saoudite est le pays leader avec 24 % de la production mondiale, l’Algérie avait annoncé la création de 13 stations de dessalement le long de ses côtes, rien de moins, la Libye et Israël enfin ont annoncé leur volonté de doubler leurs capacités respectives d’ici à 2015. A cette date, les experts tablent sur une production mondiale de 100 millions de mètres cube d’eau dessalés par jour.

  • Le dessalement d’eau de mer par des techniques moins énergivores

Les associations environnementales ont longtemps dénoncé les aspects nocifs de ce procédé de production d’eau douce par dessalage de l’eau de mer. La distillation consomme beaucoup d’énergie et les rejets saumurés sur les côtes peuvent nuire à l’écosystème. Aujourd’hui, la technique de l’osmose inverse semble pourtant faire consensus. Il s’agit de purifier l’eau par un système de filtrage très fin qui ne laisse passer que les molécules d’eau et retient le sel, ceci en exerçant une forte pression  qui inverse le phénomène naturel de l’osmose (qui veut que l’eau douce soit attirée par l’eau salée).

  • Le dessalement d’eau de mer à Ashkelon

D’une capacité de 108 millions de mètres cubes par an, l’usine d’Ashkelon est  une des plus grandes au monde utilisant la technologie de dessalement par osmose inverse. Par jour, ce sont 320 000 m3 d’eau qui y sont traités. C’est en 2002 que le contrat de construction et d’exploitation a été remporté par les sociétés partenaires Veolia Eau, Israel Desalination Engineering et Dankner.


Le dessalement d’eau de mer semble être une solution alternative pour répondre aux besoins en eau des populations. L’énergie utilisée reste toutefois toujours importante et un inconvénient de taille se fait sentir : environ 25 % de l’eau traitée ne traverse pas la membrane filtrante et devient beaucoup trop salée pour une utilisation agricole. Elle est donc inutilisable.

 

 

Vous avez des idées pour l'info durable de jour ? Envoyez vos propositions à idees@durable.com


Publié par Florian Martin
le samedi 5 Décembre 2009

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 24 Aout 2010 à 16:09 Par A Nonyme
 

Pourquoi ne pas renvoyer la saumure rejetée par les usines de dessalement dans des marais salants pour récolter et vendre le sel ainsi produit ? Cela ferait une deuxième source de revenus.

lundi 14 Décembre 2009 à 12:57 Par Florian Martin
 

Merci flebouli et les autres pour tous ces apports techniques. Nous avons besoin de vous tous pour que les infos soient le plus intéressantes possibles pour les internautes et qu'elles exposent les pour et les contre sans parti pris. Désolé donc si j'ai pu laisser cette impression. N'hésitez pas à publier vos propres articles sur le site, si vous en avez le temps et l'envie.

Bonne journée, Florian.

mercredi 9 Décembre 2009 à 11:25 Par flebouli
 

Beaucoup d'approximations ou de parti pris techniques dans cet article, par ailleurs intéressant :
- La plus grande usine de dessalement ne se trouve pas à Ashkelon, loin de là. La taille actuelle des plus grandes usines se situe autour de 750 000 m3/j, soit 280 Millions de m3/an (ex Marafiq, Arabie Saoudite).
- L'osmose inverse ne fait absolument pas consensus, loin de là. Dans un soucis d'optimisation de la consommation énergétique tout au long de l'année, la meilleure solution actuellement est l'usine de dessalement hybride : une partie en dessalement thermique, l'autre en osmose (ex Fujairah, UAE). C'est cette solution qui, d'après les experts, devrait à terme faire consensus au moins dans les pays du Moyen Orient, en raison de la forte disparité de consommation électrique entre l'hiver (faible) et l'été (forte à cause de la clim).
- L'eau douce produite, via les réseaux d'assainissement, retourne à la mer. Il n'y a donc normalement pas d'augmentation de la salinité (sauf très localement au niveau des rejets saumurés). Par contre, la saumure issue des unités de dessalement par osmose est beaucoup plus chargée en produits chimiques que celle des unités de dessalement thermique.

En tout état de cause, faire passer le dessalement pour du développement durable est, à mon sens, une ineptie : on repart du principe, comme avec le pétrole des 30 glorieuses, que "la ressource est inépuisable". C'est une erreur, et pour ce qui est de l'eau comme du reste, la seule gestion durable est celle qui consiste à maitriser (voire réduire) notre consommation.

Cordialement.

FLB

samedi 5 Décembre 2009 à 16:35 Par doli
 

Pff c'est rien, l'eau est un cycle courant, il y'a toujours le meme nombre d'eau sur la planete, tout corps est crée avec 65% d'eau, si on tuai les chinois du monde entier on pourrait faire monter de 30 cm le niveau de l'eau planetaire.

Le monde chauffe et c'est pas nouveau, notre impact est minimal sur l'avancement du temps, nous sommes humains, c'est pas la pullution qui fait que les glaciers fondent, c'est le temps, c'est juste le simple passage du temps, meme si on tente d'empecher la fonte ca ne servira a rien, car le temps avance a tout bout de champs, il y'a 50000 ans dans les alpes suisses il y'avait de la glace jusqu'a 2300 metres d'altitude, 40000 ans jusqu'a 1700 m 30000 ans 1200 metres, 20 000 ans jusqu'a 800 m 10000 ans c'etait des marécages boueux, Le lac léman "lac de genève", est composé de la moraine du glacier la plus ancienne, le valais a sa nappe fréatique a 350 m d'altitude grace a la moraine un peu plus jeune, c'etait des marecages jusqu'i a 3000 ans au moment ou les paysans ont descidé de drainer l'eau pour cultiver les terres, ensuite, le temps, il arrive et il est la, on i peu rien, personne n'y peu rien, ca change rien d'arroser le cannabis ou les fleurs, c'est les produits qui sont crées de la planete, et tout i retournera, dans 2000 ans le niveau de l'eau aura augmenté de 6 metres, et dans 3000 ans il n'y aura plus de glaciers . la vie sera toujours possible. il existe un moyen de faire refroidir la terre et recrée ce cycle de vie, LA terraformation n'en est pas la réponse, c'est l'ombre solaire. Cacher le soleil pendent 3 ou 4 jours de la surface de la planete et le cycle pourra recommencer, sans soleil pas de chaleur, sans chaleur, pas de fonte, mais un gonflement aquatique .

Le co2 existe depuis plus de temps que nous, et n'est pas nuisible (effet de serre) ca veut dire protege du changement de température. si tu mes du co2 liquide dans de l'eau, cette eau va geler. car le co2 liquide est a -121 degrés . ceci est le cycle, nimporte quel chercheur tente de trouver l'exacte verité , mais celle la est la seule qui soit bonne, l'air glaciaire est perpetrée toutes les 100000 années. nous ne sommes rien. peu importe la place du monde, tout les 100 ans la planete s'approche du soleil de 1 m soit 1 cm par ans. on i peut rien.

samedi 5 Décembre 2009 à 09:11 Par Edmond MAITRE
 

Comme toute les techniques avancées, elles sont énergivores. C'est le chat qui se mort la queue.

samedi 5 Décembre 2009 à 08:49 Par thierry la roulotte
 

C'est bien la dessalinisation, c'est très bien. Mais dessaliniser pour utiliser une grande partie de l'eau à l'arrosage des champs de pavot et de cannabis, cela m'interpelle....

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !