De la viande provenant d’animaux clonés dans nos assiettes ?

L’Agence de sécurité des aliments au Royaume-Uni a confirmé que de la viande issue d'embryon d'une vache clonée a été introduite dans la chaîne alimentaire

 



De la viande issue d’animal cloné dans les assiettes britanniques ! D’après une enquête de l’Agence de sécurité des aliments (FSA) au Royaume-Uni, de la viande de bœuf provenant de vache clonée a bien été introduite dans la chaîne alimentaire. Dix ans après l’affaire de la maladie de la vache folle, le débat est relancé sur la qualité de la viande en Grande-Bretagne. La complexité et le flou des règles européennes sur les animaux clonés sont également visés.

 

 

 

manifestation-londres-viande-animale-clonee

Londres le 6 août, manifestation de l'organisme Compassion in world farming contre la consommation de viande issue d'animaux clonés. Les activistes portent tous des masques à l'effigie du premier ministre David Cameron en signe de protestation contre le clonage (crédit photo : AFP / Ben Stansall).

 

 

 

  • La sécurité alimentaire au centre des préoccupations éthiques


L’affaire fait les gros titres outre-manche. L’agence de sécurité des aliments au Royaume-Uni (FSA) a révélé que deux taureaux élevés en Grande-Bretagne provenaient d’embryons d’une vache clonée aux Etats-Unis. Pour la petite histoire, les deux taureaux ont été abattus depuis. Mais l’un des deux bovins a bien été introduit dans la chaîne alimentaire. Problème : aucun contrôle sanitaire n’avait été effectué au préalable par la FSA en dépit des règles européennes sur la sécurité alimentaire. Dix ans après la maladie de la vache folle, voilà de la viande bovine issue d’animaux clonés dans les assiettes britanniques. Et ceci, sans que le consommateur en soit averti.

 

 

 

washington-manifestation-lait-viande-animaux-clones

Washington février 2007, marche contre le lait et la viande provenant de vaches clonées dans la chaîne alimentaire aux Etats-Unis (crédit photo : AFP / Chip Somodevilla).

 

 


  • Le consommateur est roi ?


Mais l’affaire de la viande bovine clonée ne s’arrête pas là. Toujours en Grande-Bretagne, de nouvelles révélations mettent au jour que du lait de vache clonée serait régulièrement vendu à l’insu des autorités sanitaires; et du consommateur. Suite à des enquêtes journalistiques ( The Guardian ), un éleveur laitier anglais a reconnu introduire dans sa production du lait de vache clonée. Cette nouvelle affaire de sécurité alimentaire relance le débat sur les règles européennes floues sur le clonage. Ainsi, l’éleveur écossais du taureau élevé en Grande-Bretagne pensait qu’il ne faisait rien d’illégal.


Mais pour l’industrie laitière britannique, aucune étude n’a montré pour l’heure le caractère dangereux du lait et de la viande de la progéniture de clones. La FSA a quant à elle dit ignorer le nombre d’animaux cloné importé au Royaume-Uni. Une façon de rassurer les consommateurs britanniques ?

 

 

 

 

Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?

Envoyez vos propositions à christophe@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le mardi 17 Aout 2010

 



Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez sûrement :

 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 17 Aout 2010 à 14:43 Par Christophe Baudouin
 

@Thomas

Au niveau Européen, c'est le principe de précaution qui domine pour le clonage.

Car pour l'heure, aucune étude n'a montré le caractère nocif de la viande issue d'animal cloné.

mardi 17 Aout 2010 à 13:30 Par Thomas
 

En quoi la viande d'un animal cloné peut-elle être nocive?
N'est-ce pas plutôt un moyen de produire plus et donc baisser les prix et offrir un meilleur pouvoir d'achat?

mardi 17 Aout 2010 à 11:50 Par Gloops
 

"Tout va mal et on ne sait absolument pas à quel point", dit en substance la FSA, ne précisant pas "nous avons pris toutes les précautions utiles pour être certains de ne pas pouvoir savoir" (point sur lequel on peut leur faire confiance) et paraît-il cela doit rassurer les consommateurs ?
Je suppose qu'il y a autant de quoi être rassuré que lorsqu'on nous a dit que le nuage de Tchernobyl avait contaminé la Ruhr mais pas l'Alsace, le Pays Basque mais pas l'Aquitaine, l'Italie du Nord mais pas la Provence.
Cultivons des OGM et des clônes, il en restera toujours quelque chose.

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !