Coupe du monde 2010 : les pelouses en Afrique du Sud ne connaissent pas la crise

Découvrez le troisième volet Coupe du monde de la rédaction Durable.com

 



Pendant que les spectateurs ont les yeux rivés sur la Coupe du monde 2010, un autre match fait rage. Celui de l’accès à l’eau pour les populations de la côte sud-africaine. Cette année, l’été austral de décembre dernier a été très rude (10°C au-dessus des moyennes fin novembre). Pire, les précipitations enregistrées à Port Elizabeth (sud du pays) au cours de la saison des pluies (septembre à mars) se sont révélées très faibles. Dommage que le bruit des vuvuzelas dans les stades inquiètent davantage les journalistes que les restrictions d’eau pour cause de sécheresse en Afrique du Sud.

 

 

                                                    secheresse-afrique-du-sud

Photo prise en février 2010 lors de la sècheresse sur la côte sud-africaine. Paysage de l'est de la ville de Port Elizabeth (AFP / Sté&phane de Sakutin).  

 

 

 

 

  • Après la sècheresse, des pelouses vertes dans les stades


Il pleut en Afrique du Sud et pour la plus grande joie des organisateurs de la Coupe du monde 2010. Certes, nos footballeurs internationaux ne seront pas vraiment à la fête sur des terrains plus durs qu’en Europe et parfois détrempés par des gros orages. Ainsi, le gardien de but de la Squadra Azzurra Gianluigi Buffon en a fait l’amère expérience (Italie-Paraguay). Cependant, raison sportive et climatique ne s’accordent pas toujours ensemble. Une partie de la côte sud-africaine a subi ces derniers mois une sécheresse sans précédent. Mais Coupe du monde de football oblige, les stades ne sont pas soumis aux sévères restrictions d’eau de la côte sud-africaine. Les agriculteurs et la population locale : oui ! La fête du football est à ce prix...

 

 

 

  • La loi du sport business…


Au stade Nelson Mandela Bay Stadium, les pelouses ne connaissent pas la crise malgré la sécheresse de l'été austral fin 2009. De véritables pelouses vertes pour un contraste saisissant à l’extérieur des enceintes sportives modernes de l’Afrique du Sud. Triste paysage : l’herbe est grillée dans le centre ville de Port Elizabeth. Et oui, pendant que nos commentateurs débattaient allègrement de la main de Thierry Henri (France-Irlande), la sècheresse touchait de plein fouet Port Elizabeth fin novembre. Depuis, les 11 réservoirs d’eau de la ville diminuent de 5 % tous les mois. Alors forcément, les importantes consommations d’eau requises pour entretenir le spectacle footballistique mondial posent problème pour l’après Coupe du monde. Sans l’arrivée de fortes pluies, le risque est de voir une aggravation de l'approvisionnement d'eau s'abattre à Port Elizabeth avec une production agricole au ralenti.  



Pour le moment, chaque famille est soumise à une restriction d’eau de 500 litres par jour. Dans le Western Cape, agriculture locale et consommation excessive des luxueux hôtels (lieu de résidence des équipes nationales du Japon, du Danemark et de la France) ne font pas bon ménage. Le 1er mars dernier : les réservoirs atteignaient difficilement la barre des 39,2 % de leur capacité dans la région. La solution pour le porte-parole de la météo de la province Jarth Sampson : " une inondation " (AFP).

 

 

  • A Port Elizabeth, des prédateurs chassent les pigeons et leurs déjections au stade Nelson Mandela Bay Stadium.


L'occasion de retrouver le sujet insolite de la rédaction, Coupe du monde 2010 : les faucons s'invitent dans les satdes

 

 

Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?
Envoyez vos propositions à christophe@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le vendredi 25 Juin 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
dimanche 4 Juillet 2010 à 12:23 Par caron david
 

encore une foit l'honne va réagire quand le problene cera inévitable allore quil faudrait agire je suis triste mais bon cella est dans la natures de l'honne j'ésepere me tronpe!mais l'histoires mous dit le contraire

vendredi 25 Juin 2010 à 19:07 Par mkh
 

l'important ces de participer 123 viva l'agerie meme la france

vendredi 25 Juin 2010 à 19:05 Par mimo
 

l'algerie en force aller 123viva l'algerieb et l'inportant ces de gagner

vendredi 25 Juin 2010 à 11:22 Par pape83
 

Dans le futur l'eau deviendra "l'or blanc", c'est connu au plus haut niveau et nous subirons "la loi du marché"... les laissés pour compte connaitrons toujours les mêmes problèmes , l'argent toujours l'argent " source de nos maux ".Que faire ?!!

vendredi 25 Juin 2010 à 08:58 Par chuchen
 

HONTEUX !!!Cela montre l'égoïsme des pays riches et l'importance de l'argent par rapport à l'être humain... La disqualification de la France laissera place à un pays pauvre de gagner, espèrons le...

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !