Citoyens, politiques, une semaine pour se mettre au vert

 


Et si nous changions nos comportements ? En pleine semaine du développement durable (1er au 7 avril), l’Observatoire du bilan carbone des ménages en profite pour dessiner le profil-type du ménage français le plus gaspilleur et gros producteur d’émission de gaz à effet de serre. Attention, cadres, retraités, célibataires aisés, vous êtes dans le viseur. Au palais de l’Elysée, on chasse le gaspillage d’énergie. Le fastueux palais a fait une annonce pour le moins surprenante. Fini les dépenses élyséennes en énergie, place au système de récupération de chaleur des eaux usées. Enfin l’écogeste, profitez de la semaine du développement durable pour devenir accro à la Bleuette ; la baguette éco-responsable qui sent bon le terroir.

 

 

Citoyens, politiques, une semaine pour se mettre au vert

 

 

Qui pollue le plus ? A cette question éminemment sensible, conflictuelle même, l’ Observatoire du bilan carbone des ménages dessine le portrait type du ménage français le plus émetteur de CO2.

 

Peut-être le connaissez-vous ce mauvais élève gros producteur de CO2 ? Il parcourt l’Europe, les Etats-Unis ou les pays émergents pour sa culture personnelle et ses voyages d’affaires. Il bénéficie d’un niveau de vie plutôt élevé (cadre supérieur, retraité) et vit de préférence loin des embouteillages des grandes agglomérations au profit des villes de moins de 20 000 habitants.

 

Après tout, pourquoi s’embêter avec les contraintes de circulation des mégalopoles lorsque l’on peut jouir des avantages de la ville : loisirs, infrastructures culturelles, sportives, etc. Son gros défaut est de prendre souvent l’avion. Environ 38 % du total des émissions de CO2 pour un cadre supérieur et 31 % pour un riche senior selon l’étude de l’Observatoire.  

 

Citoyens, politiques, une semaine pour se mettre au vert


Les plus aisés, qui ont la chance de bénéficier des avantages de la mondialisation tant professionnels que d’un point de vue des loisirs, constituent les plus gros pollueurs. En revanche, contrairement à un
a priori, ce sont bien les célibataires (10 685 kg de CO2) qui émettent le plus de CO2 devant les familles (4 612 kg de CO2/individu pour les foyers de 3 voire 4 personnes).  

 

A l’Elysée, difficile de baisser le train de vie de la somptueuse résidence du chef de l’Etat. Et pourtant,
au palais on s’active aussi pour réduire la consommation d’énergie fossile exorbitante par rapport au ménage moyen français. Certes, Nicolas Sarkozy n’est pas « monsieur tout le monde ». Mais à l’Elysée, on aimerait bien montrer l’exemple. L’objectif est d’éviter la production de 206 tonnes de CO2 par an via un système de récupération de chaleur des eaux usées.


« Degrés Bleus », c’est le nom de code du système de récupération de chaleur des eaux de salle de bain et des cuisines. C’est bien connu, à l’heure du Grenelle 2, il n’y a pas de petites économies. Alors au programme cet été : énergie locale et renouvelable pour chauffer les annexes de l’Elysée et le bureau de Nicolas Sarkozy. La géothermie et la pompe à chaleur dans les coulisses du palais, peut-être un bon moyen de compenser les émissions de CO2 du dernier airbus présidentiel.

 

La personnalité de la semaine : Bertrand Delanoë


Du palais de l’Elysée au groupe scolaire Wattignies, on cherche aussi à capter la chaleur dans les égouts. Bertrand Delanoë, le maire de Paris, qui signe la rubrique " personnalité de la semaine " se félicite du système de récupération de chaleur pour cette école du 12e arrondissement. Economies d’énergie, environ 30 000 euros de facture annuelle de chauffage en moins pour le groupe scolaire Wattignies,
pas de doute, ce mode de récupération d’énergie fait des émules. Voilà qui devrait également réjouir les 400 élèves de cette école. Car se chauffer via les calories des eaux de lave-linge ou de lave-vaisselle pour un établissement scolaire, c’est une première. De quoi faire oublier l’ancien chauffage au gaz de l’école.


Enfin l’ écogeste, devenez accro à la Bleuette : la baguette de pain éco-responsable.

 

La Bleuette, c’est avant tout une farine de qualité qui provient des blés dits CRC (Cultures et ressources contrôlées). Pas de pesticide, ni de traitement chimique, c’est pourquoi des fleurs,
plus exactement des bleuets, poussent tout autour des cultures de blé. 

Bon à savoir. La baguette Bleuette n’est pas plus chère qu’une baguette de pain traditionnelle ;
son prix varie de 0,80 à 0,90 centimes d’euro selon les boulangeries. Pour s’en convaincre, rendez-vous à la semaine du développement durable ou sur Bleuette.fr.

 

Photo : iStockphoto


Retrouvez notre article " Observez en temps réel les émissions de CO2 de la planète ".

 

Publié par Christophe Baudouin
le mardi 5 Avril 2011

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 5 Avril 2011 à 11:05 Par le mataf
 

Halte à la démagogie ,si le petit cite son palais ,louche !
Demandez donc à un employé ,à un ouvrier,à un retraité d'investir massivement afin de réduire ses émissions de carbone hein !.Pour cela il lui faudra changer de voiture , d'électro-ménager, de mode de chauffage,rendre son habitation plus "passive" avoir une alimentation "plus écologiste" etc,,,!etc,,! AVEC QUELS MOYENS ?

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !