Cancun 2010 : une simple étape des négociations sur le climat

 

Les politiques et la société civile ont rendez-vous à Cancun (Mexique). Place donc au COP 16 de Mexico et au casse-tête des discussions multilatérales entre les délégations de 190 pays. Un an après Copenhague, le pessimisme perdure toujours en vue d’un accord commun et contraignant pour stabiliser la hausse des températures sous la barre des 2°C. Du 29 novembre au 10 décembre, les villes du monde entier sont bien décidées à s’imposer dans la bataille des négociations dans la lutte contre le réchauffement de la planète. Voici le « Pacte de Mexico » ! Mais du côté de l’ONU, c’est plutôt la mise en garde qui demeure afin de ne pas répéter les mêmes erreurs de gouvernance et d’immobilisme des Conventions cadres des Nations unies. Denis Baupin signe la rubrique de la personnalité de la semaine. Enfin l’écogeste en forme de pied de nez : un contre-sommet dans le Lot-et-Garonne pour dépasser l’impasse politique des sommets internationaux ?

 

 

 

smog-mexico-city

 

 

Problèmes mondiaux = solutions locales ? A l’approche de la 16ème Conférence onusienne sur le climat, les villes du Nord et du Sud font entendre leur voix. Et c’est le top de la semaine !


A Mexico, 70 villes ont signé le « Pacte de Mexico » pour 10 engagements chiffrés de baisse des émissions de gaz à effet de serre. Bref, un appel en direction des ministres de l’Environnement et de leurs conseillers diplomatiques afin à ne pas voir se réaliser un « Copenhague bis ».


Les villes ambitieuses ? Le Maire de Mexico montre la voix avec son « Plan vert » (2007) et cet objectif de 14 % de diminution de CO2 d'ici 2012 pour une agglomération de 22 millions d’habitants. 


Un rapport de réduction des émissions pour faire peur ? Mardi, l’ONU dévoile un scénario catastrophe si les acteurs du COP 16 ne dépassent pas le rapport de force Etats-Unis/Chine sur la question climatique. Les émissions de CO2 pourraient alors atteindre 56 milliards de tonnes en 2020 selon Joseph Alcamo (responsable scientifique du PNUE). Bigre, c’est donc le flop de la semaine !

La mission : aboutir à un texte de compromis contraignant et financier. Comment ? En « transformant les promesses (Copenhague 2009) en actes ». La feuille de route est claire. Cependant, un compromis avec 190 pays réunis la tâche s’annonce une nouvelle fois délicate.

 

Dans la rubrique « personnalité de la semaine », Denis Baupin tacle le manque de volonté politique des chefs d’Etat : « Il n'y a pas de fatalité de l'échec à Cancun. (…) Il y a aujourd'hui un consensus sur la gravité de la situation, malheureusement les Etats ne sont pas au rendez-vous » ; a affirmé l'adjoint " Verts " au maire de Paris.


Enfin l’écogeste : un contre-sommet sur le climat pour dépasser l’impasse politique des sommets internationaux ?


Le mouvement international paysan Via Campesina organise son « Cancun » le 4 décembre prochain dans le village de Cancon (Lot-et-Garonne). L’organisation espère bien créer « Mille Cancun » dans le monde via les actions menées au niveau local de la société civile et des collectivités.

 

 

Photo : smog de Mexico / iStockphoto

 

 

Publié par Christophe Baudouin
le samedi 27 Novembre 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !