Au Japon, la chasse aux barbus rime avec les économies d'énergies

Le port de la barbe banni pour les employés du service public de la ville d'Isesaki au Japon

 


Dans la ville d’Isesaki, au nord-est du Japon, il ne fait pas très bon aller au travail avec une barbe ! Les employés des services publics sont priés de se présenter à leur travail rasés de près. Et ceci pour la bonne cause. Celle de la réduction de la consommation de l’air conditionné dans les bureaux. En ces temps de crise économique et budgétaire, les éco-gestes s’imposent plus que jamais comme la solution durable et économique à l'échelle des municipalités !

 

 

 

japon-economies-energies

La mégalopole de Tokyo et ses 12 millions d'habitants (crédit photo : TommL - Istockphoto.com).

 

 

 


  • Attention, port de la barbe interdit à la mairie

 


Au Japon, la ville d’Isesaki fait la chasse aux barbus dans les entreprises de service public. C’est à leur plus grande surprise que les employés de l’administration de la municipalité d’Isesaki ont appris la nouvelle. La mesure vise à réduire la facture d’électricité de la ville à l’approche des températures estivales. Décidemment, le dicton fait de plus en plus d’adeptes : il n’y a pas de petites économies ! C’est qu’au Japon la dette publique atteint des records inquiétants pour l’équilibre de la croissance économique : 9 700 milliards de dollars ! Et si la limitation de la consommation d’énergie était en passe de devenir une cause environnementale et économique nationale ?

 

 


  • Le Développement durable façon insolite !


Les économies d’électricité sont bien parties pour devenir le nouveau cheval de bataille des municipalités en ces temps de disette budgétaire. L’argument prête à sourire, surtout venant des autorités de la ville. Ainsi, les hommes barbus auraient une fâcheuse tendance à abuser de la climatisation au moment de l’été chaud et humide qui s’abat chaque année au pays du soleil levant. Pour le moment, aucune association de défense des libertés individuelles ne s’est levée pour mettre en cause la mesure insolite. Déjà en 2005, la  campagne « cool biz » de réduction des énergies dans l’archipel donnait le ton. Les employés japonais étaient alors incités à laisser vestes et cravates au vestiaire pour des tenues décontractées. La « barbe ou la clim », avouez que cet éco-geste laisse songeur, non ?

Selon le ministère de l’environnement japonais, la campagne baptisée « cool biz » aurait permis de réduire les émissions de CO2 de 1 720 000 tonnes. Soit le volume de CO2 rejeté par près de 3,85 millions de foyers japonais sur un mois.

 

 

  • Toujours sur le thème de l'insolite et de la politique de réduction de la consommation d'énergie :

retrouvez l'article de Sitan Koita Les routes et autoroutes dans le noir pour réduire de 40 % les dépenses en électricité.

 

 

Vous avez des idées pour l'info durable du jour ?
Envoyez vos propositions à christophe@durable.com

 

Publié par Christophe Baudouin
le lundi 12 Juillet 2010

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !