2013, année internationale de la coopération dans le secteur de l'eau

 

Selon les données de l'ONU, en moyenne 5 000 enfants meurent chaque jour dans le monde de maladies dues à l'inaccessibilité à l'eau potable et à des installations sanitaires précaires. Pourtant, on affirme que tous les citoyens du monde peuvent profiter d'une eau propre simplement parce qu'il y en a assez sur la planète. Très préoccupée par cette situation, l'Assemblée générale des Nations-Unies (AGNU) a choisi l'année 2013 comme « Année internationale de la coopération dans le domaine de l'eau » (A/RES/65/154).

L'UNESCO a su faire d'une pierre deux coups

C'est en décembre 2010 que cette idée de l'AGNU a germé, sous l'impulsion de plusieurs pays dont le Tadjikistan. Mais il s'agit en réalité de deux événements qui ont été célébrés le mois dernier. En effet, la journée mondiale de l'eau était prévue à la date du 22 mars 2013, avec l'ONU-Eau à l'organisation. Et comme le choix s'est porté sur l'année 2013, l'ONU-Eau décida alors de choisir cette date pour les deux événements avec un thème unique. Les préparatifs ont ainsi été confiés à l'UNESCO. Un panel de participants a été convié à La Haye, ville choisie pour abriter les célébrations officielles. Il s'agit entre autres d'ONG, d'agences des Nations-Unies, de responsables de gouvernements et des acteurs du milieu universitaire spécialisés en écologie, énergies vertes, protection environnementale entre autres.

La nécessité d'une coopération dans le secteur de l'eau


Les Etats membres et les participants ont convenu sur la nécessaire coopération dans le secteur de l'eau pour qu'elle soit accessible partout dans le monde. Mais pour y arriver, il était important d'aborder la question sous un angle scientifique, culturel, religieux, économique, politique. Les énergies vertes pourraient par exemple permettre d'obtenir de l'eau potable même dans les régions les plus isolées. Et puis lors des échanges, il a été mis en avant que sans une compréhension commune de tous les besoins et défis relatifs à l'eau, une franche coopération ne peut ni durer, ni connaitre un succès. La recherche d'une entente générale sur les questions les plus brûlantes a donc guidé les participants durant cette journée. Ils ont également parlé des initiatives du genre réalisées par le passé et qui se sont soldées par une réussite. Par ailleurs, pour les participants, une collaboration saine ne peut se faire s'il n'y a pas une bonne éducation des populations sur la question de l'eau dans l'environnement. La formation aux métiers verts s’avère une solution non négligeable. La coopération devrait également concerner la gestion des eaux transfrontières selon certaines réactions. On retient que tout le monde était d'avis que cette journée mettrait en avant un pan important des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Les points saillants de cette journée


La célébration a débuté par des propos introductifs tenus au nom de l'UNESCO et de la commission économique européenne de l'ONU (ONU-CEE). Les échanges ont ensuite portées sur le sous-thème suivant : « La coopération de l'eau en action : témoignages et engagements ». Lors des débats, le Président du Tadjikistan, S.E. Enomali Rahmon, en a profité pour faire part des recommandations sur une conférence similaire qui a eu lieu en 2011 à Douchanbé, la capitale de son pays. C'est d'ailleurs dans cette ville que cette célébration sera clôturée à la fin de l'année.

La question de l'eau dans l'environnement et le quotidien des populations est très préoccupante. L'ONU estime que d'ici à 2050, une personne sur 4 pourrait vivre dans une nation où il y a un manque criard d'eau potable. Un système de coopération fructueuse devrait permettre aux pays autosuffisants de venir en aide à ceux qui sont grandement dans le besoin, d'où l'importance de cette célébration.

Publié par Rédaction Durable
le lundi 22 Avril 2013

 



 
Réagissez !
Enregistrer
 
mardi 30 Avril 2013 à 02:26 Par hooo
 

s'il s'agit de payer les armes pour faire la guerre cela est facile mais sauver des vies innoncente devient compliquer

mardi 30 Avril 2013 à 02:26 Par hooo
 

s'il s'agit de payer les armes pour faire la guerre cela est facile mais sauver des vies innoncente devient compliquer

vendredi 26 Avril 2013 à 08:30 Par patricia
 

il faut juste faire un petit rappel : l'eau est le 3em secteur le plus corrompu après l'armement et le BTP ! Alors que c'est une ressource vitale pour l'humanité. Que font nos gouvernants pour moraliser tout cela, où trempent-ils aussi dans cette corruption, ceci expliquerai cela ?
Alors que l'on voit bien que la ressource eau va finir par se raréfier. Ce qui montre bien que les économies d'eau doivent se faire au quotidien par chacun d'entre nous !
pour info 60 millions de consommateurs, dans son numéro de juillet 2011, teste des douchettes à économie d'eau et préconise la pose de matériel d'économie d'eau sur les robinets et WC.
L'étude montre qu'une famille de 4 personnes peut réduire de 30% sa facture d'eau (de 150 m3 /an à 100 m3) soit 50 m3 d'économie d'eau par an, tout en gardant le même confort.
Il est indiqué que ces matériels d'économie d'eau permettent au final une économie entre 217 et 267 € /an ce qui représente 45% de la facture d'eau (30% d'économie pour l'eau et 15% supplémentaire sur l'énergie).
plus d'infos sur http://www.activeau.fr/test_60_millions_de_consommateurs.htm

Videos Nos reportages
Articles Les + commentés
 
Newsletter Newsletter
Newsletter !

Une info par semaine !